L’autre bout du fil – Andrea Camilleri

Le mois de Mai, Mois de la littérature italienne se termine avec Camilleri, L’autre bout du fil, dernier opus sorti en français de la série policière, dicté par l’auteur malvoyant. Je suis retournée avec grand plaisir à Vigata pour retrouver Montalbano et son équipe, Fazio, l’inénarrable Catarella et la trattoria d’Enzo. J’ai aussi souri à cette langue « le Camillerese » comme la nomme Serge Quadruppani dans une longue et affectueuse introduction sous forme de lettre ouverte à Montalbano. Loué sot ile traducteur qui imprime une saveur méridionale à sa traduction. Comme j’aimerais être meilleure italiénisante pour goûter à la VO! .Le commissariat de Vigata est épuisé par les arrivées nocturnes d’embarcations de migrants que les autorités et la population accueille avec bienveillance et lassitude. (le roman est paru en 2016 en Italie avant les horreurs de Salvini). Mais l’intrigue de l’Autre bout du fil se déroule en ville. La couturière Elena qui devait justement réaliser un costume à Montalbano est retrouvée assassinée dans son atelier à coups de ciseaux. L’enquête piétine d’abord jusqu’au rebondissement final (que je me garderai bien de vous dévoiler). Nous assistons à de nouvelles arrivées de migrants, savourons avec Montalbano la délicieuse cuisine locale d’Enzo et celle que Angelina lui prépare, entre pâtes à la boutargue, sardines marinées à l’orange, risotto…Existe-t-il un livre de recettes de la cuisine sicilienne de Camilleri?Catarella adopte le « chat-témoin » du meurtre, le perd, s’y attache – péripéties amusantes – mais hilarantes sont ses transformations des noms propres (bravo encore Quadrupani). J’ai bien ri. Je n’ai pas laissé le livre jusqu’à la résolution de l’affaire.Encore un excellent Montalbano!

LIRE POUR L’ITALIE

Pont Sisto – via Giulia – Campo de’Fiori – Trastevere

CARNET ROMAIN

pont Sisto
pont Sisto

En face de la Place Trilussa, le pont Sisto, piétonnier enjambe le Tibre qui luit comme un miroir mais qui semble bien vide en comparaison  avec la Seine et ses péniches. Ses quais aussi sont déserts malgré une piste cyclable, et une promenade peu fréquentée sous ce soleil magnifique. Les grands platanes se reflètent dans l’eau.

fuite en Egypte
fuite en Egypte

 

 

 

Un musicien joue. Des pakistanais ou indiens vendent des jouets, un autre vendeur a installé une crèche miniature sur le parapet avec la Fuite en Egypte et même une Arche de Noé.

 

 

 

 

La Via Giulia  passe le long du Palazzo Spada, longe des jardins dans les grands murs du Palais Farnèse .

DSCN7335 - Copie
via Giulia

Un arche enjambe la Via Giulia un peu après le consulat de France, il y a aussi une belle fontaine. Nous photographions l’arche, la fontaine…Les soldats italiens qui protègent le consulat français nous grondent :  « pas de photo ! ». Nous en trouvons d’autres à l’entrée du Palais Farnèse,  motorisés. Des barrières de sécurités empêchent de s’approcher, et gâchent l’ordonnancement de la place Farnèse. L’armée italienne veille sur les biens français ! On a juste le temps de s’ébaudir devant les proportions monstrueuses du palais .

campo de'Fiori
campo de’Fiori

 

Tout proche, le Campo de’ Fiori avec son marché aux fleurs très coloré est plus avenant. Dominante rouge à l’approche de Noël : poinsettias, branchages avec de petites baies rouges, cyclamens, verts sapins de Noël. En face se trouve un marché de luxe. On peut y faire ses achats de cadeaux : victuailles, pâtes colorées aux formées variées, mini-bouteilles d’huile d’olive ou de vinaigre de Modène, mini-fiasques de Chianti.

Du marché dépasse un moine de bronze : Giordano Bruno  sur l’emplacement de son supplice et de son bûcher, le 17 février 1600.

Giordano Bruno
Giordano Bruno

Les restaurants ont installé leurs tables en terrasse comme en été. Elles ont l’air chic, on se laisse tenter.

Dominique commande un verre de vin blanc,  nous mangerons plus tard.Je me promène dans les environs et découvre l’autre côté du march : des primeurs à prix raisonnables, oranges et  clémentines de Sicile, radicchio (salade Trévise) brocoli et chou romanesco, artichauts et épinards. Produits locaux.

La via Guibbonati est bordées de boutiques de cuir, sacs colorés, chaussures chics à prix abordables (moins de 100€), confection élégance italienne. J’achèterais tout ! Je débouche sur la Via Arenula où circule le Tram n°8 rejoignant le Viale Trastevere par le pont Garibaldi. Tibre et N°8, je prends mes premiers repères dans Rome. J’arrive sur une place ornée de pins magnifiques avec en son centre des colonnes brunes : Area Sacra Argentina où se trouvent les vestiges de temples de l’époque républicaines mais difficile à identifier. Plus amusant : un refuge pour les chats sauvages du quartier. Un écriteau précise que les mineurs ne peuvent venir seuls et doivent être accompagnés de leurs parents.

Area Sacra - ruines de la Rome républicaine
Area Sacra – ruines de la Rome républicaine

En revenant sur mes pas, je découvre Simply market où nous achèterons les produits de base.

Déjeuner au Maranega : salade composée servie dans un bol de la taille d’un saladier familial : maïs, tomates-cerises, radicchio, roquette et deux « croutons » au fromage (taille d’une belle tartine).

Il fait bien trop beau pour rentrer, nous allons sur la rive ensoleillée du Tibre. Je continue le long de l’Île Tibérine jusqu’à la synagogue – curieux édifice du début du XXème siècle surmonté d’une haute coupole carrée inspirée du style babylonien (selon le Guide Bleu). Vendredi 15h, tout est fermé, synagogue et Musée Juif.

Théâtre de Marcello
Théâtre de Marcello

Le Portique d’Ottavia (Octavie, la sœur d’Auguste) est difficilement visible derrière des échafaudages, une petite église a été construite au milieu de la colonnade, mais il y a un panneau qui reconstitue le monument imposant autrefois. Plus étrange encore, les arcades du Cirque de Marcello, projeté par César, réalisé sous Auguste. Construction rouge brique, puis de pierres blanches surmontées d’habitations avec des fenêtres vitrées. Ce cirque inattendu me parait tout à fait extraordinaire. En face, de l’autre côté d’une rue très large et très passante je devine les ruines dans la verdure du Palatin.

 

Notre quartier, le Trastevère est très agréable avec ses rues étroites et tortueuses et ses placettes. Restaurants et bars ont remplacé les ateliers des artisans mais il reste encore quelques ferronniers, chauffagistes ou menuisiers dans se quartier qui se boboÏse. J’ai du mal à trouver des boutiques ordinaires, boucher ou boulanger. Les minimarkets vendent plus de whisky et de bouteilles de vin de luxe (premier prix 8€) que de lait ou de produits d’entretien. Fruits et légumes sont bio ou exotiques toujours très chers. Quand je cherche un café avec Wifi je découvre des « bars à livres » ou des « livres et chocolats » et des boutiques d’artisanat d’art. Le seul supermarché – Conad – est sur le Viale Trastevere.

santa maria in trastevere

Au hasard de ma promenade je découvre les églises du quartier, Santa Maria in Trastevere est ornée de mosaïques byzantines, sur sa façade et dans l’abside du chœur. Dans le narthex, pour Noël on a installé une crèche amusante. Sous un auvent dînent des villageois qui ont invité des africains – des migrants ?

Dîner dans la crèche, qui sont les invités? les rois mages ou les migrants africains?

L’église est bondée. Des enfants en chemise rouge sont massés près du chœur. Les parents se préparent à immortaliser l’évènement avec caméras ou smartphones. Le tourisme sera pour un autre jour.

la-boccaccia

Pour dîner, j’achète des parts de  pizza au fournil Boccaccia sur la petite place au bout du vicolo Moroni, après le multiplexe du Trastevere (programmation Arts et Essai). J’ai l’embarras du choix : on apporte de longues plaques rectangulaires de pizzas variées et le serveur découpe des arts à la taille désirée les met sur la balance. J’en commande une au radicchio-jambon cru, une autre brocoli-asperge-mozzarella. Il réchauffe les parts et les emballe dans un papier sulfurisé. Dîner typique, excellent et  bon marché (3€)