La corniche autour du Gargano – piquenique dans la colline

CARNET DES POUILLES


L’épicier de Monte San Angelo

Chez l’épicier qui nous avait si bien guidées, nous sommes prêtes à acheter toute la boutique : du saucisson pour midi, des tomates séchées, des biscuits et le quart d’un casciocavalle, fromage dont le nom prononcé « cachcavalle » m’avait toujours paru mystérieux et exotique. Je situais sa provenance au Moyen Orient et l’imaginais fromage de cheval. C’est un souvenir qui remonte loin dans mon enfance. Il aurait suffi, logiquement que je me souvienne que l’épicier en bas de chez nous Raggi était italien et qu’il était donc normal qu’il vende provolone et casciocavalle. D’ailleurs, longtemps dans notre vocabulaire familial « aller chez l’italien » signifiait aller à l’épicerie où il fallait bien recompter la monnaie- chose que je ne fais pas ici.  Je devrais peut être ? L’épicier de MonteSantAngelo est ravi que son plan nous ait bien dépannées.« Attends je vais te chercher un guide ». Autre coutume sympathique, il arrondit 15€8O à 15€5O quand je cherche la monnaie.

Pique-nique dans la colline


Le coin pique nique est extra : à mi-chemin sur la route qui descend à Mattinata, un chemin de terre mène  à une maison abandonnée. Nous grimpons la colline jusqu’à un trullo à moitié écroulé. La vue est magnifique sur la mer, le port de Manfredonia vers le sud, Mattinata et un petit port vers l’est. Sur des terrasses soignées  poussent des oliviers et des amandiers. Dans le creux de Mattinata un épais tapis d’oliviers très fournis. La colline embaume la menthe, l’origan et le serpolet. Les odeurs sont très prégnantes. Ils est si facile de contempler des images à la télé sur les beaux documentaires de la chaîne Voyage, la cuisine se mondialise…les odeurs sont gage d’authenticité. Rien ne remplacera le parfum tenace des figuiers ou celui, plus rare, du jasmin, des orangers au printemps.

Le ciel s’est couvert. Il tombe même quelques gouttes. Pour la baignade, j’hésite un peu. Non pas qu’il soit impossible de nager sous la pluie. Je n’ai rien contre les plages payantes complètement vides comme aujourd’hui mais il faut quand même y rester un certain temps pour que la dépense soit raisonnable. Avec ce temps incertain, je n’arrive pas à me décider.

corniche autour du Gargano


La route en corniche qui fait le tour du Gargano, monte sur des falaises blanches.  Une jolie plage de galets, toute blanche avec de l’eau transparente de rêve,  emporte toutes mes hésitations. Malgré les écriteaux « Lido azzuro » ou « spiaggia » qui ne disent rien de bon un chemin arrive à  un parking désert gardé par un gentil chien noir. Le tarif indiqué est de 3.5€ mais personne pour le percevoir. Le sentier pour la plage est malaisé mais praticable. Quelques familles sont installées sur des serviettes. Les parasols  sont repliés. C’est idéal. Je sors sandalettes et masque. Pas une vaguelette, eau transparente, je nage le long de la plage vers la falaise de craie blanche.Avec le masque, je nage sans effort. Je suis déçue de voir très peu de poissons. Cela fait une éternité que je n’ai pas eu l’occasion de nager avec un masque,

Le retour par la corniche est très long (78km) mais il est magnifique. Les hautes falaises blanches sont découpées d’aiguilles, de rochers, d’arches, d’îlots et de grottes marines. La forêt de pins très épaisse tapisse le paysage. Peu de construction à part deux hôtels de luxe et quelques pizzerias suspendues.
Nous terminons nos pellicules photos devant les grottes marines avec les grosses boules d’ail en fleur au premier plan.

 

Auteur : Miriam Panigel

professeur, voyageuse, blogueuse, et bien sûr grande lectrice

4 réflexions sur « La corniche autour du Gargano – piquenique dans la colline »

  1. « cachcavalle » c’est aussi en roumain et en Roumanie , c’est la meme prononciation et signification….un tres bon produit….

    J'aime

  2. Merci pour ce beau partage! Je veux y aller!!!!!!!
    Et pour le cacciocavallo, Quadruppani l’écrit comme ça dans ses traductions de Camilleri. Mais peut-être l’orthographe change-t-elle d’une région à l’autre?
    Bonne journée, Marianne!

    J'aime

    1. Sûr que l’orthographe correcte est celle que tu indiques ici « cacciocavallo » la mienne était enfantine, un souvenir d’enfance quand je n’avais aucune idée du mt italien et que pour moi ce fromage était associé à l’Egypte et au cheval (cavalle)

      J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s