La Tempête – Philippe Awat à la MAC Créteil

CHALLENGE SHAKESPEARE

la Tempête

Retour au texte après les interprétations fantastiques de Greenaway – géniale – et de Karine Saporta  – plus approximative . Un an après avoir lu la pièce, je découvre une mise en scène plus classique.

La pièce s’ouvre sur le fracas des éléments, éclairée par les flashes des éclairs. A contre-jour s’agitent les silhouettes des marins au sommet d’une lame de fond, immense vague ou étrave du navire. S’ouvre une écoutille et descendent Alonso, roi de Naples, Antonio, son fils et sa suite, Gonzalo,  Antonio et le Maître d’équipage…

 

La structure représentant la vague peut aussi figurer la « cellule' » de Prospero. Sobriété et astuce du décor un peu austère. Prospero est vêtu d’un tablier de jardinier, j’aurais imaginé autrement le magicien l’érudit, qui gardera pour moi le visage de John  Guielgud. Miranda, encore petite fille (?) est en culotte petit bateau, elle est tout à fait charmante cependant.

La plus grande surprise et réussite, est Ariel, très charmant(e) esprit de l’air qui apparait, disparait, vient du ciel en lévitation, jeune femme revêtue seulement d’un collant couleur chair.  Ariel une femme? Je n’y avais jamais pensé. disserterons nous sur le sexe ou le genre des esprits et des anges? Pascale Oudot est un(e) Ariel merveilleuse. Elle revendique sa liberté qu’elle a racheté au prix de la vengeance de Prospero. Caliban, Florent Guyot, est aussi tout à fait admirable, esclave mauvais, il n’est jamais question de racheter la liberté.

Richesse de Shakespeare : les changements de registre, Trinculo et son compère Stephano, l’ivrogne se livrent à leur bouffonnerie réjouissante. Tandis que Prospero philosophe après avoir jeté son grimoire au feu.

Sa vengeance étant assouvie, le traître pardonné, le duché restitué….

Mon projet ne fut rien de bon

Qui ne voulait vous plaire

Et il faut que je désespère

N’ayant plus ni magie, ni art

….

Mais d’abord délivrez-moi

 

Auteur : Miriam Panigel

professeur, voyageuse, blogueuse, et bien sûr grande lectrice

Une réflexion sur « La Tempête – Philippe Awat à la MAC Créteil »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :