Santorin : Archaïa Thira

CYCLADES

Agora de la ville antique
Agora de la ville antique

 

Deux grands coups de tonnerre et une pluie diluvienne nous ont éveillées à 5h30. A 8h le soleil est revenu. Les bancs et la table de la terrasse sont secs.

Pas de petits pains chez l’épicier. « local people » ne mangent pas cela.

Peut-être y-a-t-il des supérettes sur le front de mer ? Il y en a, mais,  en saison. La plage est très belle dans le petit matin avec son sable noir et le bleu profond. La lumière d’après l’averse donne des contours francs aux objets et des couleurs vives. Belle promenade. On se contentera des yaourts pour le petit déjeuner.

A vol d’oiseau, le site de l’ancienne Thira est proche, juste au dessus de Perissa, le village voisin. Un sentier les relie en 1h30 d’une belle grimpette. En voiture, il en va tout autrement. L’ancienne Thira est perchée sur un rocher abrupt qu’aucune voiture ne peut gravir. Il faut donc contourner par Kamari. Juste derrière ce rocher (Mesa Vouno 366m) se trouve le sommet de l’île qui culmine à 567m au Profitis Elias. Pour contourner le massif montagneux il faut retourner sur le bord de la caldeira, traverser la largeur de l’île par Pyrgos et Exogonia.

Perissa et Perivolos vus du Mesa Vouno, rocher où est perchée la ville antique
Perissa et Perivolos vus du Mesa Vouno, rocher où est perchée la ville antique

A Kamari une chaussée tantôt pavée, tantôt cimentée monte en lacets serrés à l’assaut du rocher. Un panneau « sens interdit » barre la route. Je décide donc de monter à pied maudissant les automobilistes peu respectueux des lois qui me doublent. Une heure plus tard, j’arrive au parking à la fin de la route. Ce n’est pas tout ! Un sentier continue tout droit, puis un escalier.

Entrée 2€, le site est ouvert jusqu’à 15h fermé pour Pâques et lundi. ­Avec le billet, on donne un plan de la ville antique 1h30 pour le petit parcours +1h si on veut flâner dans les maisons ;

Je découvre d’abord une petite basilique chrétienne 4ème -6ème . Au 8ème pendant les incursions arabes la cité offrit un abri puis devint inhabitée.

le lion gravé du Heroon d'Artemidoros
le lion gravé du Heroon d’Artemidoros

Le sentier conduit ensuite à la ville antique. Je passe devant le sanctuaire heroon d’Artemidoros : un lion, un faucon et un homme de profil sont gravés dans la roche. Je passe devant des villas hellénistiques et arrive à l’agora qui a conservé de nombreuses colonnes doriques et de belles stèles. En-dessous, accolé à la pente le théâtre est envahi de crucifères jaunes (genre diplotaxis) . Je rebrousse chemin avant d’avoir atteint les sanctuaires d’Apollon et des dieux égyptiens. Un vent glacial souffle. Les Grecs plus avisés que moi sont montés en anorak et parka. Je les envie.

Auteur : Miriam Panigel

professeur, voyageuse, blogueuse, et bien sûr grande lectrice

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s