Hernani

CHALLENGE VICTOR HUGO

challenge Victor Hugo

 

Ecoutez l’histoire que voici !

Trois galants, un bandit que l’échafaud réclame,

Puis un duc, puis un roi d’un même coeur de femme

Font le siège à la fois – L’assaut donné, qui l’a?

C’est le bandit.

Bien sûr, j’avais entendu parler de la bataille d’Hernani! Un très beau billet de Claudialucia présente son récit par Théophile Gautier. Je n’avais jamais lu ni vu cette pièce . Merci encore à Claudialucia de l’avoir proposée comme lecture commune.

Cinq actes, cinq tableaux différents, cinq humeurs. On dirait du Shakespeare!

 

Don Carlos, Charles Quint jeune
Don Carlos, Charles Quint jeune

ActeI – le Roi -, Scène I, presque farce, ce troisième homme caché dans une armoire. Dona Sol a trois prétendants. Dans le cas de l’armoire, c’est plutôt « Ciel mon mari! »et l’amant caché. Victor Hugo ne se contente pas de si peu. D’ailleurs, il n’y a pas de mari, c’est l’oncle, un barbon qui est le fiancé. Il y a l’amant de cœur : Hernani et le séducteur : Don Carlos. Ce dernier n’est pas n’importe qui, c’est le Roi d’Espagne. Et la pièce va changer de registre et devenir une pièce historique (je continue à penser à Shakespeare).

 

 

Acte II – Le bandit – Hernani, le bandit défie l’autorité royale. Allusion politique ? Don Carlos croit pouvoir séduire la belle uniquement en raison de son pouvoir  »

mais que fera le roi, la belle une fois prise? – Il  la fera comtesse, et puis dame d’honneur; Puis qu’il en ait un fils, il sera roi »

Abus de pouvoir et usage de la force, Don Carlos n’a pas le beau rôle. Hernani le rebelle mérite l’amour de Dona Sol.

Acte III – le Vieillard – Don Ruy Gomez De Silva, barbon amoureux, n’est pas le personnage ridicule auquel on s’attendrait, c’est un personnage noble très chatouilleux sur le sujet de l‘honneur. On croirait du Corneille! Don Ruy et Hernani rivalisent de grandeur d’âme.

Charles Quint empereur
Charles Quint empereur

Acte IV – Le Tombeau – est celui de Charlemagne à Aix-la-Chapelle à l’occasion de l’élection de l’empereur du Saint Empire Romain Germanique. Don Carlos  devient Charles Quint et, avec cette nouvelle grandeur se métamorphose. Ce n’est plus Shakespeare, c’est carrément Verdi (anachronisme!!!) : des conjurés, des chœurs…., de la GRANDEUR!

 

 

Acte V – la Noce –  tragique, bien sûrversion Roméo et Juliette?

 

Mais le théâtre lu est toujours plus pauvre que le théâtre sur scène. Existe-t-il une version DVD visible?

 

 

 

 

 

 

Auteur : Miriam Panigel

professeur, voyageuse, blogueuse, et bien sûr grande lectrice

5 réflexions sur « Hernani »

  1. Tu as raison de souligner le côté farce voulu, bien sûr, par Hugo. C’est le roi , ici, qui est ridicule, et non le barbon : critique du pouvoir royal. Devenu empereur, Charles Quint en sort grandi, « anobli » : admiration de Hugo pour Napoléon. N’oublions pas que VH n’a pas toujours été républicain!
    Tu fais bien de parler de Verdi qui s’est emparé de la pièce pour créer son opéra Ernani… Ta comparaison est très juste!
    Merci pour cette participation. Au 10 Avril donc pour un poème au choix dans L’art d’être grand père.

    J'aime

  2. Déjà Rigoletto de Verdi m’avait conduit à lire la piéce de Victor Hugo,
    Votre billet non seulement m’a donné l’envie de lire cette piéce mais aussi de voir Verdi dans une autre de ses oeuvres ! Merci Miriam 🙂 et consécutivement merci ClaudiaLucia.

    J'aime

  3. Ah oui, bien vu, le côté Verdi ! C’est sûr que toute la politique du XIXe siècle, avec hymne aux bandits, aux révolutionnaires, aux guérilleros, se trouve là.

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s