De Pétra à Wadi Rum en passant par el- Humayma

CARNET DE JORDANIE

Wadi Musa : la ville moderne au dessus de Petra

La route monte beaucoup pour quitter Petra, d’abord par le bourg de Wadi Moussa, où se trouve la Poste et les commerces, puis encore et encore jusqu’à un plateau cultivé alors que je croyais être dans un désert aride. Les champs sont de petites bandes vertes horizontales séparées par des talus caillouteux. Selon la topographie, les proportions entre blé et cailloux varie.

Une coupe le long de la route révèle un  calcaire jaunâtre marneux.

Au village d’ Ayl-el-Jadida :quelques vergers et oliveraies. Ensuite les cultures disparaissent. Les collines sont pelées caillouteuses avec juste des buissons ras. Une buse perchée s’envole à notre passage. A Wahida, nombreux troupeaux.

Nous avons perdu la Route du Roi, des panneaux nous ont fait couper pour rejoindre plus vite la Desert Way qui est l’autoroute empruntée par les camions venant du port d’Aqaba. Les campements bédouins sont nombreux avec de gros 4×4. La Desert Highway descend, le panorama est embrumé. Des crêtes violettes se succèdent, des massifs isolés comme des chicots pourpres violacés surgissent du fond de la plaine. Sur le bord de la route

El-Humayma

Le site archéologique de El Humayma  est indiqué par un panneau marron. Il se trouve à 12km vers l’ouest. La petite route moonte et descend comme des montagnes russes. Sur les côtés on extrait un minerai blanc pulvérulent et meuble. Sel ? Sable ou postasse ? Aucun indice pour le savoir, c’est écrit uniquement en arabe. Le site est précédé d’un magnifique Centre des Visiteurs en pierre équipé de panneaux photovoltaïques, mais désert. Même pas un panneau explicatif ou un plan. Un berger juché sur son bourricot, de curieuses converses roses aux pieds, pousse son troupeau devant lui à travers les ruines.

Se repérer dans un site antique?

Je pars à l’exploration de la petite cité nabatéenne. Les fondations ont été soigneusement cimentées, tout un quartier de maisons de pierre avec des pièces de petite taille. Dans un bâtiment plus grand, une arche tient encore. Je ne trouve ni église, ni bains publics n i aqueduc annoncés par le Guide Bleu. Notre expérience des cites grecs ou romains ne nous est d’aucune aide. Un peu déçues, nous retournons à l’autoroute et ses camions.

Auteur : Miriam Panigel

professeur, voyageuse, blogueuse, et bien sûr grande lectrice

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s