Shkoder : la citadelle et la mosquée des plombs

CARNET DES BALKANS / ALBANIE

la citadelle Rozafa de Shkoder

 La Citadelle se profile au sommet d’une colline.

Nous passons le  pont métallique sur le Drin empruntons le chemin pavé carrossable jusqu’ à la porte de la Citadelle Rozafa.  La place est fortifiée depuis le 4ème siècle av. JC, la ville Illyrienne devint Byzantine, puis fut prise par la Slaves, à nouveau byzantine enfin ottomane et vénitienne….. Une allée dallée de galets très glissants passe sous un porche dans une galerie protégée par le donjon ; elle débouche dans la première cour, très vaste, ceinte de remparts dont une partie serait vénitiens.

le minaret que j’avais pris pour une tour

La deuxième cour est plus petite, elle est dominée par une tour ronde. De là, le panorama est très étendu sur le fleuve Drin qui s’étale en amples méandre et bancs de sable avant de se déverser dans le lac Shkoder. Avec le ciel couvert et la brume de chaleur, lac et ciel se confondent. Les végétaux des marais, très verts me font penser à la mangrove, on se sait plus u commence l’eau où finit la terre. Ce que j’avais d’abord pris pour une tour, est un minaret tronqué, sa base carrée passe à une section octogonale, les briques apparaissent sous le revêtement. Quatre belles arcades restent d’une mosquée bien en ruines.

La troisième cour, au sommet est fermée.la margelle du puits est ciselée avec des bouquets de tulipes. Un bâtiment vénitien abrite le musée –en restauration, fermé à la visite – Un soldat illyrien en métal doré garde la porte.  Des bas-reliefs illustrent la légende de Rozafa, femme emmurée pour que la citadelle ne s’écroule pas, qui obtint la faveur d’allaiter son enfant alors qu’elle était déjà dans le mur. Cette coutume d’un sacrifice humain pour qu’une maçonnerie ne s’effondre pas a été racontée par Kadaré dans le Pont aux trois arches, lu autrefois que je devrais relire au retour.

mosquée des Plombs vue de la citadelle

Pendant que j’arpentais les cours, Dominique a trouvé le chemin qui mène à la Mosquée des Plombs (1773-1774) qui possède 18 coupoles. Son minaret s’est écroulé en 1967 lors d’un séisme. Elle est maintenant presque dans la campagne en périphérie de la ville. Il faut imaginer autrefois les quartiers animé et le bazar que le Drin a noyé lors d’une inondation et a changé de lit. La dame de la maison voisine vient ouvrir la mosquée, gracieusement, elle refusera à la sortie toute gratification, on peut glisse une offrande dans la fente du tronc. Une cour bordée d’arcades précède la salle de prières très simple. Au sol de beaux tapis. Le mur du côté du mihrab est peint en vert. Autour de la porte d’entrée le linteau est ciels délicatement. Les tombes verticales avec ou sans turban sortent de la pelouse qui entoure la mosquée.

Mosquée des plomb porche ciselé

Auteur : Miriam Panigel

professeur, voyageuse, blogueuse, et bien sûr grande lectrice

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s