De Caen à Ouistreham : l’estuaire de l’Orne et le canal

BALLADE NORMANDE

le phare de Ouistreham

Vendredi est jour de marché place Saint Sauveur : légumes, charcuteries et nombreuses poissonneries, tout est appétissant. J’achète de l’andouille, de la terrine aux orties et du pain pour un pique-nique dans la voiture, sous la pluie sur le parking de la Maison de la Nature de Sallenelles où aboutissent plusieurs balades dans l’estuaire de l’Orne. On s’embrouille avec un des employés pour une histoire de parking handicapé, je ne trouve pas le départ de la promenade.

Le canal de l’Orne, chemin de halage le pont Pegasus see soulève

Nous rentrons donc contrariées à Ouistreham . Dominique s’installe sous le phare et j’emprunte le chemin de halage le long du canal. Cet itinéraire est une Voie verte une vélo-route – partagée par les cyclistes et les piétons (cyclistes nettement majoritaires). Ils sont de toutes origines, personnes âgées et enfants, hommes et femmes, familles ou sportifs…Certains équipages sont impressionnants : des charrettes à enfants sont tractées par les parents qui ont aussi le vélo chargé de nombreuses lourdes sacoches. Parmi eux beaucoup d’Anglais, des Hollandais bien entendu, mais les Français sont nombreux à pédaler pour des vacances itinérantes. Après Caen, la route verte se dirige vers La Rochelle. Il existe un autre itinéraire suivant le littoral de la Manche vers le Mont Saint Michel. Je croise le groupe classique des grands parents accompagnés de deux ou trois petits enfants, ceux là ne sont pas chargés, c’est sans doute une balade de la journée. Peu de cyclistes en mode sportif, les maillots des clubs et cuissards, nous les verrons dimanche matin sur les routes avec les autos. Je marche jusqu’au Pont Pegasus, promenade plate un peu monotone. Près du pont : gros attroupement. Le tablier se soulève majestueusement pour laisser passer deux grands voiliers. La route reste coupée un bon quart d’heure causant un embouteillage monumental.

Comme il est encore tôt, nous retournons à la plage. La marée est haute, je marche avec de  l’eau au dessus des  chevilles.

Auteur : Miriam Panigel

professeur, voyageuse, blogueuse, et bien sûr grande lectrice

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s