Une île en Méditerranée – Georges Memmi

LECTURES TUNISIENNES

 

« vous souvenez vous du village de Sabika, lorsque de sa splendeur paisible s’écoulait le temps, qui fut pour tant de générations celui de l’innocence et de la piété?

Deux mille juifs y vivaient, persuadés que Sabika était « l’antichambre de Jérusalem ». Qui se souvient de ces cardeurs, de ces tisserands, de ces négociants, tous talmudistes ergoteurs et lettrés... »

Lu à Djerba, à quelques encablures de la Ghriba! J’aime lire sur place.

Téléchargé presque par erreur:je voulais relire Albert Memmi et j’avais cherché ce qui est disponible en lecture électronique. Nous voyageons léger et je ne me charge plus de livres depuis que j’ai une liseuse. Presque par erreur, parce que j’avais bien remarqué que le prénom n’était pas le même. Même sans l’homonymie le Titre seul : Une île en Méditerranée aurait justifié le téléchargement.

Et c’est une excellente surprise!

Comment ne pas reconnaître Djerba dans cette Sabika? Sabika est le nom de la colline de Grenade portant l’Alhambra. L’auteur a écrit un roman, non un reportage. Le bombardement israélien en Tunisie qui a provoqué, dans le roman l’incendie de la synagogue  n’a pas eu lieu en 1984 mais en 1985. La Ghriba de Djerba a subi un attentat plusieurs années plus tard en 2002. Les personnages sont sans doute fictifs. mais l’histoire de la Communauté millénaire arrivée après la Destruction du Temple est celle des Juifs de Djerba, comme la coexistence entre juifs arabophones et musulmans était celle des Juifs tunisiens.

J’ai beaucoup aimé le début qui est une succession de portraits de personnages : Siméon, le bijoutier, le personnage principal. L’histoire de  Houtane, le menuisier, écrivain public, veuf inconsolable m’a émue. Et que dire de l’aveugle Baba Soussi qui rassemblait les jeunes filles pour leur raconter des contes et qui disparaissait comme il était venu.

« Mes frères, dit-il, les Hébreux sont venus jusqu’ici régler leurs problèmes avec les Philistins. J’aurais préféré qu’ils choisissent un autre champ de bataille. Ce qui est fait appartient à Dieu. Voudront-ils nous faire payer le prix de leur humiliation. Peut être, en effet. Cette terre de miel et de fleurs a souvent été une terre de tragédies. Nous leur avons souvent survécu. Rappelez-vous, il n’y a pas si longtemps, le bandit Roger de Sicile avait tué tous els hommes de l’île et emmené en esclavage toues les femmes et les enfants. Du moins, le crut-il. Mon grand-père a vu abattre par le Bey de l’époque la tour de Borj Erouss que le pirate Dragut édifia avec des crânes de cinq mille de ses victimes. Parmi elles combien de Juifs, que sa querelle ne concernait pas? De Juifs qui nous ressemblaient et qui furent enlevés par un jour semblable à celui-ci après une circoncision ou un mariage? Nous avons traversé ces épreuves et nous en connaîtrons d’autres; Avec l’aide de Dieu, nous vaincrons comme toujours celle qu’Il nous envoie aujourd’hui… »

dit Siméon, après le bombardement israélien.

La deuxième partie est infiniment triste.

C’est l’incendie

« C’est donc ainsi que brûle le Temple se disaient les hommes. Et l’incendie leur parlait de Titus et de Nabuchonosor. »

« Un à un, ils allaient partir, leurs valises ficelées, pour être absorbés à Tel-Aviv ou à Belleville, comme des pierres dissoutes par la pluie »

Auteur : Miriam Panigel

professeur, voyageuse, blogueuse, et bien sûr grande lectrice

7 réflexions sur « Une île en Méditerranée – Georges Memmi »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s