la Dernière Odalisque – Fayçal Bey

LECTURES TUNISIENNES 

Ingres : la Grande Odalisque

L’auteur Fayçal Bey est un descendant de la dynastie husseinite  régnant sur la Tunisie, arrière-petit-fils du dernier Bey Lamine Bey (1943-1957). Il est né au Palais de Carthage  et raconte dans La Dernière Odalisque l’histoire de sa grand mère Safiyé. Biographie ou roman? Sur la couverture du livre, il est écrit roman. Je l’ai donc lu comme un « roman historique » sans savoir faire la part de l’inventé.

Qu’est-ce donc qu’une odalisque?

Matisse : harmonie en rouge

la définition que j’ai trouvée sur Wikipédia :« Une odalisque était une esclave vierge, qui pouvait monter jusqu’au statut de concubine ou de femme dans les sérails ottomans, mais dont la plupart étaient au service du harem du sultan. Le mot vient du turc odalık, qui signifie « femme de chambre », d’oda, « chambre ». »

Pour moi, l’odalisque était plutôt une figure de la  peinture orientaliste : La Grande Odalisque d’Ingres, bien sûr, mais aussi d’autres dans le Bain turc de Delacroix ou d’autres de Matisse. Femmes alanguies, lascives, nues ou très dénudées dans des harems fantasmés?

Ingres Le bain turc

La Dernière Odalisque raconte l’histoire d’une femme au caractère bien trempé. Il fallait une volonté et une énergie peu commune pour une fillette achetée à prix d’argent – une esclave en somme – pour s’élever jusqu’au rang de presque souveraine. Les marchandes d’odalisques achetaient de belles circassiennes dans le Caucase pour les revendre à Istanbul dans les harems des dignitaires turcs, pourquoi pas dans celui du sultan?  L’histoire de Safiyé commence donc dans le Caucase à la fin de la Grande Guerre, au moment de la Révolution d’Octobre. On assiste à Istanbul à la chute de l’Empire Ottoman, à l’ascension de Mustafa Kémal. La fillette se fait remarquer par sa vivacité, son intelligence acérée et surtout son caractère indomptable.  Une insolente au harem? Et bien oui, c’est comme cela qu’elle va se faire acheter  par une princesse qui l’élève comme sa fille et qui assurera son avenir en l’envoyant à la cour du Bey de Tunis à une de ses amies, circassienne et odalisque également. C’est cette dernière qui insistera sur la fermeté de caractère pour éviter les pièges des intrigues de la cour; La beauté, certes, est indispensable pour une odalisque, elle ne suffit pas, si elle veut faire un beau mariage. Son ami les plus fidèle est un eunuque noir, lui aussi esclave acheté à prix d’argent.

Henri Matisse odalisque chaise turc

C’est donc une tranche d’histoire d’un demi siècle ou presque (1918_1957) . On voit s’effondrer les empires et les palais, on voit l’ascension des républicains laïcs : Kemal et Bourguiba. Les puissances coloniales ne sont pas ignorées. Le rôle des Anglais et des Alliés à la suite de la Première Guerre Mondiale dans le dépècement de l’Empire Ottoman, le Protectorat français, les influences fascistes à Tunis,  puis l’occupation allemande. C’est une histoire que j’ai lue dans La Villa Jasmin, et dans qui se souvient du café rubens? l’histoire était racontée par des Juifs . L’éclairage est différent, vu des Palais.

Auteur : Miriam Panigel

professeur, voyageuse, blogueuse, et bien sûr grande lectrice

2 réflexions sur « la Dernière Odalisque – Fayçal Bey »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s