Céret, premières promenades

CARNET CATALAN

Céret

Samedi, la pluie a gâché cette arrivée à Céret, c’est donc une exploration.

J’ai franchi le Tech sur le Pont du Diable très haut, très fin et très arqué (belle description de Mérimée) fermé à la circulation et piétonnier.

Persuadée de trouver le centre de la ville en montant, je suis allée au hasard et je me suis perdue. Céret est un village très pittoresque qui a inspiré les fauves et les cubistes au début du 20ème siècle. Maintenant,  le bourg a grossi de quartiers périphériques à flanc des pentes. La topographie, la présence de ruisseaux dans des ravins, complique l’orientation. J’arrive dans des rues qui tournent et qui n’aboutissent nulle part. Difficile de me repérer sur le plan qui ne comporte pas le relief. Il y a des pentes, des marches, la signalisation routière ne m’est d’aucune aide. Enfin, je descends des marches, en grimpe d’autres et me trouve enfin proche du centre en face d’un curieux monument qui m’évoque d’abord un monument aux morts, un panneau me détrompe : c’est une fontaine : le Monument au Canal d’Arrosage, bien pacifique commémoration !

Monument au canal d’arrosage

Une promenade dans le centre-ville est balisée avec des panneaux explicatifs ; je peux enfin me repérer ! et remonte la Rue Saint Ferréol très commerçante. Une librairie d’occasion m’attire. Les prix sont dérisoires et les livres classés très soigneusement. Je trouve un Kazantzakis introuvable, une jolie édition de Cavafy et enfin Douleur de Zeruya Shalev au tiers du prix neuf, moitié moins que le téléchargement que j’avais prévu. Le libraire est très aimable, je retournerai sûrement dans sa librairie au nom de » Ivre de livres « (comme un blog que je connais !).

J’arrive sur la place de la République devant la monumentale Porte de France. J’entre dans le Musée d’Art moderne de Céret qui est très vaste, il est 11 heures, je reviendrai un autre jour, plus tôt.

Les petites rues ont des noms de peintres, Chaïm Soutine, rue Juan Gris, rue Manolo…. Les ruelles me conduisent à l’église Saint Pierre, à la façade soignée mais à l’intérieur plutôt décevant (le contraire des églises que j’ai visitées à Collioure et à Saint Genis.  Certaines galeries de peinture sont fermées mais pas toutes ; je suis très bien accueillie dans l’une d’elles qui expose des sculptures sur marbre d’un sculpteur de Perpignan, des ferronneries, des photos…..Je reviendrai à Céret,  par temps ensoleillé pour les photos. J’espère ne plus perdre de temps dans les quartiers neufs pour faire une véritable visite !

Le soleil fait son apparition vers midi et nous permet de déjeuner dehors sur la table de jardin.

Auteur : Miriam Panigel

professeur, voyageuse, blogueuse, et bien sûr grande lectrice

6 réflexions sur « Céret, premières promenades »

  1. Je suis allée au fameux musée évidemment et je me souviens d’une librairie intéressante, sans doute la même que toi. J’ai erré aussi à travers les petites rues, au hasard, c’était plaisant (j’y suis retournée trois fois je crois, mais je n’avais que l’après-midi).

    J'aime

      1. Mes horaires de cure étaient en pleine pause déjeuner, ce qui me bloquait à la fois la matinée et l’après-midi .. Et les dix premiers jours, on est tellement épuisée que l’on ne fait pas grand chose.

        J'aime

  2. Bonjour Miriam, si j’avais su que tu recherchais Douleur de Zeruya Shalev, j’aurais pu t’envoyer le mien. J’ai beaucoup aimé ce livre. Sinon, pour Céret, je connais très mal cette région et pas du tout le village. Dommage pour la pluie. Bonne après-midi.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s