Monteverde : à la poursuite du Quetzal

quetzalCARNETS DU COSTA RICA

La Réserve biologique de Monteverde:

Il faut arriver dès l’ouverture à 7h pour acheter le ticket (20$).

Maurizio, le guide, place la promenade sous le signe du Quetzal, roi des oiseaux, l’oiseau mythique des Aztèques, équivalent américain du Simorgh persan de la Conférence des oiseaux. A l’entrée du Parc, Maurizio nous fait prendre un chemin latéral, nous fait taire, marcher silencieusement en courbant le dos : hommage au quetzal perché sur une branche, un magnifique mâle avec ses deux longues plumes qui dépassent la queue formant une sorte de traîne. Dans la pénombre de la forêt, on distingue le rouge de son poitrail, et on reconnaît la silhouette mythique. Chacun veut immortaliser la rencontre. Il y a si peu de lumière, il ne faut pas s’approcher ni déclencher le flash de peur de l’effrayer. Ma photo  de cette rencontre magique sera floue!

Le Quetzal appartient à la famille des trogons que nous avons rencontré à Boca Tapada. Le Quetzal ne vit que dans les montagnes, dans la Forêt de nuages : il se nourrit sur les avocatiers géants qui poussent dans cette forêt. Ce ne sont pas les gros avocats que nous mangeons. Les fruits sont petits. L’oiseau mange le fruit entier et régurgite le noyau qui a subi dans son estomac une première étape préparant la germination. Les fruits qui tombent seuls au sol ont moins de chance de donner un nouvel avocatier.

La Forêt des nuages

P1000669
Fougères arborescentes, mousses épiphytes
Fougères arborescentes, mousses épiphytes

La forêt des nuages est un écosystème particulier résultant de la combinaison de deux phénomènes : le relief élevé (1400m) et la présence des nuages venant de l’Atlantique (plus chaud) et du Pacifique (plus froid). La résultante est une brume qui baigne la forêt.  Caractéristique de cette hygrométrie, le nombre considérable de plantes épiphytes qui bénéficient non seulement de l’eau mais aussi des nutriments nécessaires à leur croissance. Bromélias et orchidées sont les épiphytes les plus notables ;  il existe aussi des hémi-épiphytes, et des parasites et lianes de toutes espèces, mousses et fougères.  Cependant cet équilibre est menacé par le réchauffement climatique : si les eaux des océans se réchauffent, les nuages s’élèveront plus haut et la brume permanente sera située à une autre altitude. Peut être que dans 50 ans il n’y aura plus de Forêt des nuages à Monteverde. Autre menace : la pollution. L’air nourrit les plantes épiphytes mais la pollution apportée par l’air est une menace aussi bien pour les végétaux que pour les batraciens. Déjà, le Crapaud doré est éteint.

Pont suspendu
P1000670
Pont suspendu

Les éleveurs de Monteverde ont défriché, il y a environ 75 ans la forêt. Maintenant que la forêt est protégée, on replante. Une partie de la forêt de la Réserve biologique est constituée de Forêt Primaire avec des arbres séculaires immenses, une autre partie à une forêt secondaire, replantée. Il est difficile d’évaluer l’âge des arbres : en l’absence de saisons marquées, la croissance est régulière et on ne peut pas compter les stries concentriques comme pour les arbres qui poussent dans des saisons contrastées. Les grands arbres sont aussi fragilisés par l’énorme masse d’eau contenue dans les mousses, fougères et épiphytes. Ils ont tendance à s’écrouler. Parmi les plus grands, on trouve les figuiers étrangleurs au diamètre du tronc énorme. Quant aux lianes qui relient deux arbres, leur croissance est si lente que, seuls les arbres de la forêt primaire, en porteraient. On distingue les vraies lianes et les « vines » (en anglais, j’ai cherché sans succès sur Internet la nuance en français), les « vines » pousseraient plus rapidement.

végétaux

Arbre géant surchargé d’épiphytes mousses…
P1000676
Arbre géant surchargé d’épiphytes mousses…

Au cours de la promenade, Maurizio nous montre quelques végétaux intéressants tomatillos : solanacées sauvages aux minuscules fruits orange (à ne pas confondre avec les physalis qu’on appelle aussi tomatillos verde).

Le cœur de palmier provient d’un palmier sauvage dont on coupait le sommet (avant qu’il ne soit dans le parc où tout prélèvement est interdit). C’était, selon le guide, une tradition pascale. D’après lui, les Costariciens mangent plus volontiers de la viande sauf pendant le Carême.

Il existe aussi dans la forêt des plants de caféiers sauvages. Ici on cultive l’arabica originaire d’Afrique et non pas les espèces endémiques.

Mais cette promenade est surtout ornithologique. Nous marchons le plus silencieusement possible, écoutons chants et appels des oiseaux pour essayer de les localiser. Maurizio imite le chant du Quetzal , il l’appelle. Parmi tous les bruits de la jungle, nous avons appris à le reconnaître. Se guidant à l’oreille, Maurizio nous conduit sur la piste d’autres Quetzals. Nous avons l’immense plaisir d’en apercevoir deux près d’un pont suspendu : une femelle perchée plus haut, et un mâle. Selon le guide, ce n’est pas un  couple ; le jeune mâle est trop pâle pour attirer une femelle adulte qui choisira plutôt un mâle aux couleurs vives.

Un cri métallique se reconnait : nous ne trouverons pas ce joueur de guimbarde : le » Bell-bird » ((Procnias tricarunculatus), il est quelque part tout proche mais bien caché dans le feuillage.

Un petit trogon se montre furtivement.

Des toucanets mangent des fruits et jettent les noyaux sur nos têtes. Il vaut mieux ne pas s’attarder. La forêt de nuages n’abrite pas de grands toucans mais seulement ces petits.

Grand vacarme chez les petits oiseaux que Maurizio interprète comme la probable arrivée d’un serpent qu’évidemment nous ne voyons pas même en cherchant bien.

colibri au jardin des colibris
P1000691
colibri au jardin des colibris

Les colibris sont fascinants avec leurs couleurs métalliques, leur vol stationnaire et leur fin bec. Nous en voyons beaucoup ? A chacun, Maurizio énonce le nom que je suis incapable de retenir. La promenade s’achève au Jardin des Colibris : une guinguette perchée à l’entrée du parc. Des abreuvoirs d’eau sucrée ont été suspendus à l’intention des colibris qui viennent butiner. Là, commence la frustrante entreprise de les photographier !

Retour à la civilisation : le guichet automatique délivre sans problèmes les colons, au supermarché nous achetons des yaourts pour dîner je trouve facilement la poste et des cartes postales. Qu’allons nous faire de l’heure qui nous sépare du déjeuner?

La voiture va régler cette question. Batterie à plat . Nouvelle voiture, panne similaire. Pourtant elle avait beaucoup roulé hier, et ce matin. Nous n’avions pas allumé les phares. Nous avions vérifié que les portes étaient bien toutes fermées. Nous n’allons pas rappeler Toyota une nouvelle fois, ils vont nous trouver négligentes. Dans la première voiture, il y avait des câbles avec des pinces mais pas dans celle-ci. Il faudrait trouver quelqu’un assez aimable pour nous faire démarrer. Les commerçants du centre commercial sont gentils mais ils répètent le refrain de Linda Vista « Si ce n’était pas une automatique… »En effet avec deux ou trois hommes vaillants et la belle pente, on aurait démarré en seconde. Autre temps, autres mœurs…Un taxi a tout ce qu’il faut mais il fait remarquer « mon taxi a un ordinateur embarqué, votre voiture aussi, nous risquons de faire sauter l’électronique … ». Il réussit à regonfler la batterie en deux minutes. Je lui demande combien je lui dois. Il fixe son prix « 10$ » »en colones ? « Il se contente de 5000c.

Il faut faire rouler la voiture pour recharger la batterie. nous n’arrivons au restaurant Open kitchen qu’une heure plus tard et essayons d’autres spécialités : ceviche pour moi aubergines grillées pour Dominique. Le ceviche d’Open kitchen est plutôt une salade de feuilles vertes inconnues (entre épinards et roquette) des cubes de mangue et des oignons rouge finement ciselés. Très frais. L’aubergine grillée est napée de tehina aux herbes. Ambiance décontractée. Table de bois clair. Les verres ressemblent plutôt à des bocaux. Les plats sont présentés avec beaucoup de goût. Musique jazzy ou soul. Un curieux monte-charge . Addition très raisonnable.

Nous voulions aller à la Réserve avec le ticket valable toute la journée. Il est trop tard quand nous arrivons.  Nous retournons voir les colibris.

Auteur : Miriam Panigel

professeur, voyageuse, blogueuse, et bien sûr grande lectrice

5 réflexions sur « Monteverde : à la poursuite du Quetzal »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s