Le dernier gardien d’Ellis Island – Gaëlle Josse

J’ai du mal à chroniquer ce livre qui m’a bien plu, lecture fluide, rapide. Livre sensible; sujet qui m’intéresse beaucoup.

Cet ouvrage a pour handicap d’être venu immédiatement après Ellis Island de Pérec et Bober qui m’avait émue. Comme souvent, le roman ne tient pas la comparaison avec le témoignage, avec l’histoire et la réalité. Pérec et Bober visitent Ellis Island, traduisent le choc des souvenirs qui hantent les lieux et leur histoire personnelle.

Gaëlle Josse raconte l’histoire du dernier gardien qui  va prendre sa retraite alors que le centre d’Ellis Island va fermer. Il a vécu toute sa vie dans l’île.  Il a consacré toute sa vie à l’accueil et au tri des immigrants qui abordaient avec tous leurs espoirs le Nouveau Monde. Certains étaient retenus, d’autres refoulés. Certains étaient retenus longtemps si leur identité n’était pas clairement établie comme cet ouvrier italien qui s’est avéré être un activiste recherché, mais que le gardien a préféré libérer en feignant d’ignorer sa situation. Certains étaient renvoyés comme ce frère, un peu demeuré, qu’on a séparé de sa sœur, ou comme ceux dont la tuberculose ou tout autre invalidité interdisait l’entrée sur le sol étasunien.

Fonctionnaire consciencieux mais homme sensible aussi.

J’aurais mieux fait de commencer par le roman

Auteur : Miriam Panigel

professeur, voyageuse, blogueuse, et bien sûr grande lectrice

5 réflexions sur « Le dernier gardien d’Ellis Island – Gaëlle Josse »

  1. « Comme souvent, le roman ne tient pas la comparaison avec le témoignage, avec l’histoire et la réalité » c’est bien aussi mon impression au moment de lire sur certains sujets…

    Aimé par 1 personne

  2. Et, pourtant, n’est ce pas à travers la fiction qu’on appréhende le réel et le monde qui nous entoure? Vaste question… Mon dernier contact avec Ellis Island était avec le dernier roman de Benameur  » Ceux qui partent » . J’avoue n’avoir pas envie de plus pour l’instant, malgré cette belle présentation ! Bon WE !

    J'aime

  3. Evidemment si tu compares avec Bober et Perec, c’est fichu .. J’ai aimé le livre de Gaëlle Josse, lu bien après le précédent, mais j’ai aussi une certaine réticence à lire des romans sur ce type de sujet.

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s