La femme en vert – Arnaldur Indridason

LIRE POUR L’ISLANDE

 

 

Les blogueuses me l’avaient chaudement recommandé! Enfin, je vais faire la connaissance du commissaire Erlendur.

 

 

 

 

 

 

 

Rien de mieux qu’un bon polar pour entre par la petite porte, non touristique, dans l’intimité des habitants d’un pays que je m’apprête à visiter. Pas de geyser ni d’aurores boréales, mais un squelette retrouvé dans un lotissement en construction, en bordure de Reykjavik qui s’étend comme toutes les métropoles…

Pour exhumer les ossements, une équipe d’archéologues fera l’affaire afin de ne pas bouleverser la « scène de crime ». Un crime? peut-être?  Encore faudrait-il d’abord identifier la victime. 

Une rangée de groseilliers fournira le premier indice. Je prends conscience alors de la valeur des arbustes sous un climat si rude. Il y avit donc une maison, peut être plus…Erlendur remonte à la période maintenant lointaine de la Seconde Guerre mondiale, quand les armées britanniques puis américaines avaient des bases en Islande (je l’ignorais) .

Une histoire de violences conjugales fait irruption à plusieurs reprises dans le récit. Violences insoutenables. Récits difficiles à lire.

Ce n’est pas toujours une lecture plaisante, mais je suis accrochée et ne laisserai le livre (et ma chaise longue) qu’une fois l’énigme résolue. Fausses pistes, retournements de situations imprévus, des surprises.

346 pages lues presque d’un trait.

Auteur : Miriam Panigel

professeur, voyageuse, blogueuse, et bien sûr grande lectrice

12 réflexions sur « La femme en vert – Arnaldur Indridason »

  1. je comprends ton choix pour le commissaire, mais une fois en Islande tu ne verras pas en quoi cette lecture t’aide à connaître le pays 😉
    par contre, Auður Ava Ólafsdóttir et son Rigning í Nóvember, Pluie en novembre, oui!

    J'aime

    1. @Adrienne : si, si, à Reykjavik j’ai senti la présence d’Erlendur et j’ai guetté les constructions récentes et les haies de groseilliers; merci pour le titre je vais peut être essayer mais j’ai été bien déçue par cette auteure dans Rosa Candida

      J'aime

  2. Tu as toute une série devant toi ! Je viens de terminer un épisode qui se passe avant « la femme en vert » et qui sort en librairie le 3 Octobre.

    J'aime

    1. @Aifelle : vous m’avez convaincue! mais je n’aime pas lire les séries d’affilée, je risque de me lasser; je vais essayer autre chose avant d’y revenir. As-tu des recommandation en matière de sagas islandaises?

      J'aime

  3. La femem en vert est un de mes préférés de l’auteur; En fait, on apprend beaucoup des romans policiers quand ils sont bons, la société, les mentalités, parfois les paysages … Comme je vais en Finlande fin octobre, je vais lire le Kalevala. Pour l’Islande, tu as l’Edda. Je ne l’ai pas lu même si j’en ai eu souvent l’envie..

    J'aime

  4. Mais l’Edda de Snorri est bien une saga islandaise médiévale qui présente la mythologie nordique. Je suppose qu’il y a en a d’autres. La saga d’Erik le rouge viking norvégien qui part en Islande puis gagne le Groeland. Je l’ai chez moi mais je n’ai pas encore eu le courage de le lire.

    J'aime

    1. @claudialucia : justement j’hésite pour trouver un texte en même temps authentique et abordable. j’ai visité un musée consacré à Snorri c’est quand même un érudit du 13ème siècle est-ce lisible ?

      J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s