Les villages de la vallée du Laurhibar

CARNET BASQUE 2021

Les villages de la vallée du Laurhibar

(Circuits indiqués dans le Guide Vert et dans le Guide Gallimard)

Place de Saint Jean le Vieux, mairie, croix, fronton

Nous avons raté la première étape : la Madeleine, une chapelle sur la route de Saint Jean-le Vieux .  Les  petites routes  montent, descendent et passent par de petits villages. Nous découvrons une grosse ferme, avec un  pigeonnier perchée sur une colline, un vieux pont de pierre.

Revenons sur la D18 que nous suivrons par la suite.

Saint Jean le vieux bizarrespolyèdres à l’entrée de cette maison

Saint Jean-le-Vieux est un beau village de maisons basques blanches. La place du village est très agréable délimitée par le fronton de pelote basque, vu de derrière il est en grès rose, en face l’église au clocher pyramidal pointu recouvert d’ardoises, un auvent de tuile abrite le porche. Sur les côtés des maisons de ville massives et carrées sont blanches aux fenêtres rouges. Une maison bourgeoise précédée d’une grille encadrée par deux pierres grises sculptées en polyèdres ornés de rosaces. Sur la place il y a un sarcophage antique, peut être trouvé dans le site romain. Une jolie croix grise est « une croix de carrefour » petite croix de marbre gris sculptée d’un côté d’un crucifix de l’autre de la Vierge. En face de l’église, dans un petit musée sont conservées les antiquités trouvées sur un site romain dans les environs. Evidemment fermé. Les guides racontent qu’on y a trouvé des thermes bien conservés.

Nous continuons la D18 et tournons à droite pour visiter l’église dAincille – par chance ouverte – qui possède un chœur doré baroque et une jolie Vierge de bois sculpté. Le luxe du chœur est étonnant dans un si petit village qui paraît désert sous la pluie.

chapelle de Bascassan

Plus loin, après Mendive nous cherchons la petite église Saint André  de Bascassan perdue dans la campagne, de taille modeste, précédée par une maison carrée qui la cache presque, elle est très modeste mais on signale de beaux panneaux peints. Nous sommes accueillies par des aboiements et un petit cheval, ou plutôt un poney.  Malheureusement, avec la restauration des fresques, on a aussi mis une serrure toute neuve interdisant l’entrée. Je me console en photographiant de belle croix basques qui ressemble assez peu à des croix et sont très décorées.

Selon le guide Gallimard, la petite église Saint Sauveur d’Alciette serait la jumelle de la précédente : aussi bien d’architecture que de décoration, sœurs aussi de serrures. Je n’ai pu voir les panneaux ornant la voûte et le chœur que sur les photos du guide Gallimard.

Nous terminons le parcours au village perché de Béhorleguy dont les maisons sont perchées sur la colline, et l’église (fermée) accompagnée de belles stèles funéraires.

La pluie et la brume nous dissuadent d’aller jusqu’à la forêt dIraty voisine et nous rentrons par le chemin le plus court (après tous les détours pour trouver les églises).

Auteur : Miriam Panigel

professeur, voyageuse, blogueuse, et bien sûr grande lectrice

3 réflexions sur « Les villages de la vallée du Laurhibar »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s