Les musées de Sant’ Antioco : village hypogée, fort, nécropole

CARNET SARDE

Village hypogée

Pour visiter les musées de Sant’Antioco, il existe un billet cumulatif à 10€/journée. Faire toutes les visites à la file me paraît indigeste. J’ai donc vu le Musée Archéologique et le Tophet mardi dernier. Le Musée Ethnographique, le Village Hypogée, Le Fort, la Nécropole et l’Aire archéologique se trouvent dans la Ville historique non loin de la Basilique Sant’Antioco sont au programme d’aujourd’hui.

Comme la circulation automobile est un casse-tête nous décidons de garer la voiture sur le Lungomare en espérant trouver de l’ombre avec la fraîcheur de la mer pour Dominique. Sur le Lungomare Vespucci, à l’arrière d’une belle pinède, nous croyons trouver le parking idéal.

La via E. d’Arborea rejoint la Place Umberto 1er(roi d’Italie 1878-1900) la via Margharita (reine et femme du précédent) me conduit à la basilique. Avec les plaques des rues je révise l’histoire d’Italie.

Basilique Sant’Antioco

Sant’Antioco (95 -127), martyr d’origine nord-africaine qui fut réduit en esclavage par les D’après la légende, les Romains auraient condamné Antioche à travailler dans les mines de plomb (piumbaria)  pour avoir refusé d’abjurer sa foi. Il s’en échappa, caché dans une barrique de goudron, et des chrétiens clandestins le dissimulèrent dans les catacombes. En 1615, on retrouva ses reliques. J’arrive pendant la messe. Un prêtre est à l’harmonium, sa partition sur son téléphone portable. L’assistance est étrange, uniquement masculine. Je m’éclipse intimidée. Je les croiserai plus tard dans la ville ce sont des curés. Donc pas de visite d’église encore moins des catacombes. Dommage !

village hypogée : photo ancienne

Le bar en face de l’église s’appelle Villaggio ipogeo, le village ne doit pas être loin ; j’interroge un homme assis sur les marches. Une dame en robe à rayures fines bleues et blanches m’attends « je vais vous y conduire ! Vous êtes en vacances ? » petite conversation bien aimable.

Le Musée ethnographique

Musée ethnographique : outils

On m’ouvre le Musée ethnographique : dans une remise sont entassés les outils du maréchal ferrant, du forgeron, des barriques, tamis, scies, sellerie…à l’intérieur les outils des champs, un pressoir à huile, des pièges.

Musée ethnographique Dentelles de byssys et pinnes

Un panneau explique le travail du byssus d’un énorme coquillage- la pinne – « oro del mar ».

Musze ethnographiques : pains à manger ou à offrir

Sur une table différente variétés de pains et de pâtes.

Le village hypogé

Village hypogé : entrée d’une maison troglodyte

Un homme m’entraîne dans le village troglodytique qui me rappelle les villages troglodytiques tunisiens ou Sacromonte à Grenade, maisons chaulées et fraîches. Dans une pièce on a exposé des photos anciennes du temps où les grottes étaient encore habitées. Dans une autre sur une planche figurant les sarcophages de bois puniques on a placé de la vaisselle et des masques censés éloigner les pilleurs et le mauvais sort (comme le masque de chat que j’ai vu au Musée). Dans une autre grotte, la table est mise. On imagine la vie des Sardes. Les habitants les plus pauvres de la ville s’étaient installés dans les « grutas », caveaux creusés par les Phéniciens, Carthaginois ou Romains.

La billetterie se trouve près du fort Fortino Sabaudo Su Pisu . Il fut construit en 1812 pour protéger la ville des pirates (800 corsaires tunisiens avaient débarqué sur l’île et pillé le pays enlevant 22 personnes) Ce fut la dernière razzia. Les attaques des sarrazins avaient vidé l’île depuis la fin de l’Antiquité où Sulky était une ville importante. Ses habitants l’ont déserté. L’île était terre d’Eglise. La découverte des restes de Sant’Antioco martyr dans les catacombes a relancé l’intérêt de l’Eglise pour l’île qu’elle a cherché à repeupler en distribuant les terres agricoles. Le fort fut construit sur l’emplacement d’un nuraghe dont on devine les pierres derrière un caroubier.

Fortino Saubado

Acropole

Sous le fort on a retrouvé l’acropole punique et les constructions romaines. En haut, une un petit temple et 9 colonnes était précédé d’une rampe où l’on a retrouvé els deux lions du Musée archéologique. Sous le temple il y avait une citerne. On devine plus bas un théâtre romain.

Nécropole

nécropole : tombe peinte

Pour visiter la nécropole, on est équipé d’un casque pour descendre dans les tombes .

Dans la   nécropole punique (VI- IIIème siècle av JC, on dénombre jusqu’à 1500 tombes. Chacune d’entre elles avait un accès, un couloir appelé dromos. Les tombes carthaginoises furent aussi utilisées par les Romains puis les habitants de l’îles en firent leurs habitations ou leurs cachettes.

Le tuf tendre était facile à creuser. Les objets retrouvés donnent des indices sur les personnes décédées, les inscriptions épigraphiques donnent parfois les noms et les âges Dans la tombe de l’ »égyptien » les couleurs sont encore visibles. Certaines chambres ont des niches creusées

Il ne me faut pas plus d’une vingtaine de minutes pour traverser à pied toute la ville et atteindre le lungomare.

 

Auteur : Miriam Panigel

professeur, voyageuse, blogueuse, et bien sûr grande lectrice

2 réflexions sur « Les musées de Sant’ Antioco : village hypogée, fort, nécropole »

Répondre à Miriam Panigel Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :