Le Château de Miromesnil, lieu de naissance de Maupassant

BALADE NORMANDE -PAYS DE CAUX 2022

Le château de Miromesnil

La pluie attendue pendant les semaines, les mois, de canicule et de sécheresse est enfin tombée cette nuit. Elle a fait grand bruit sur le toit de plastique ondulé. A l’heure du petit-déjeuner, tout est sec et à peine rafraîchi.

Le Château de Miromesnil

Le château de Miromesnil, à Tourville-sur-Arques est ouvert le mardi alors nombreux sites sont fermés. Il est distant de Quiberville de 16 km seulement, une bonne demi-heure sur des petites routes qui tortillent et se faufilent dans les villages.

la chapelle où Guy de Maupassant fut baptisé

La visite est accompagnée. Quand nous arrivons elle est déjà partie. Je rejoins le groupe dans la Chapelle Saint AntoineGuy de Maupassant a été baptisé. Cachée dans une futaie de hêtres, elle semble plutôt austère mais l’intérieur est somptueux : boiseries XVIIème siècle très raffinées, jolies sculptures XVIème et vitraux contemporains. A proximité de la chapelle, une mare miraculeuse guérissait les varices. Comblée puis recreusée par les propriétaires actuels, le niveau est bien bas et la surface est recouverte de lentilles d’eau. Elle a retrouvé tritons, grenouilles et salamandres mais pas les sangsues qui expliquent les guérisons des jambes.

Le château médiéval, propriété de la famille Dyel n’est plus visible – il en subsiste qu’une tour ronde.

Miromesnil : façade henry IV

1590-1600, Jacques Dyels fait bâtir le château actuel dans le style Henri IV très sobre qu’on pourra voir sur la façade arrière. Son successeur en 1640 ajoute des décors de style Louis XIII avec des mascarons une alternance de têtes de lions et de guirlandes et des pots à feu pour éclairer la façade avec de grandes flammes lorsqu’on donnait des fêtes. Des pilastres sont plaqués contre les murs. Au XIX ème siècle on procéda à des ajouts reconnaissables aux briques plus foncées. En 1938 le château fut acquis par la famille de Vogüé qui ne s’installa qu’à la veille de la guerre. Les premiers résidents furent les alliés. Les Américains provoquèrent même un incendie. On reconstruisit la toiture plus simplement sur l’aile brûlée.

Actuellement le château est habité, il y a cinq chambres d’hôtes. On ne visite donc que le rez de chaussée.

Nous entrons par l’entrée très claire qui s’ouvre des deux côtés pour profiter de la perspective dans les jardins. Pour cette raison on a décalé l’escalier d’apparat. L’étroitesse du bâtiment étonne : 8.5 m (la longueur de la poutre), les plus longues étaient réservées à la construction navale.

Cette visite est passionnante la guide fait vivre chaque pièce. Elle raconte la figure illustre du Marquis Armand de Miromesnil, ministre de la Justice de Louis XVI populaire après avoir aboli la « Question préparatoire » (la torture) et bienveillant avec les paysans de son domaine. Il a donc passé à travers de la Révolution et est mort dans son château en 1796. On a retrouvé les Registres terriers qui, généralement ont été détruits à la Révolution parce qu’ils prouvaient que les terres n’appartenaient pas aux paysans.

Dans le salon XVIIIème , musique, jeux d’argent, thé et chocolat illustrent la vie au château.

Dans la chambre du Marquis, on a imaginé plutôt la chambre de la Marquise et braqué le projecteur sur le moment de la toilette : jupons et paniers, corset resserré à l’arrière ; la robe de marquise était composée de plusieurs pièces, le plastron était tenu par des épingles ce qui est à l’origine de l’expression « tiré à quatre épingles ». La toilette intime se faisait dans le bidet puisqu’on ne se lavait plus au XVIII ème s. alors qu’au Moyen Âge on allait aux bains.

 Le cabinet du Marquis se trouvait dans la pièce ronde, ancienne tour médiévale. La guide nous initie au « secret » du secrétaire ; son tiroir caché qui s’ouvre par un mécanisme qui pourrait se trouver n’importe où dans le meuble. Les livres ont été vendus en une seule vente à Dieppe au profit des pauvres de Dieppe. Cependant la liste des ouvrages a été conservée.

Dans La Salle à manger nous avons une véritable leçon de savoir-vivre : les coutumes à table ont évolué avec le temps. Avant le XVIIIème siècle on « dressait la table » n’importe où dans le château ou à l’extérieur : une planche ou une porte dégondée sur des tréteaux. Au XVIIIème s. il manque encore des accessoires sur la table : la fourchette et les verres. Pour boire, on faisait signe à un serviteur qui apportait un verre rempli, le remportait, l’essuyait…cela dégageait de la place pour le « service à la française » où tous les plats étaient présentés au centre de la table en même temps, les personnes les plus importantes se servaient les premières, les autres mangeaient froid ou pas du tout si on ne leur avait rien laissé. La table du XIXème siècle est chargée de plusieurs verres. Le service a changé : « à la russe » les domestiques apportent les assiettes servies, chacun reçoit donc sa part, à la bonne température. « Savez-vous pourquoi les pointes des fourchettes sont vers le bas ? » – demande la conférencière : à cause des dentelles aux poignets.

le potager attenant à la cuisine

Après cette évocation de la Vie de château, nous découvrons le second personnage célèbre du Château de Miromesnil : Guy de Maupassant, né en 1850 dans la pièce ronde à l’étage. La famille de Maupassant s’est installée au château comme locataires, ils sont restés 4 ans. Dans une vitrine on présente différents documents manuscrits et des piles de livres de l’auteur. Des grisailles illustrent la nouvelle Le Lit édité dans le recueil de Mademoiselle Fifi que j’ai téléchargé sur la liseuse dès mon retour.

Le Potager est une merveille. Laissé à l’abandon, il fut recréé à l’après-guerre par la châtelaine afin de nourrir sa famille à l’époque de restrictions alimentaires ; elle fut d’abord moquée par ses voisins parce que la terre n’était pas fertile, elle a réussi son entreprise avec des buttes de bonne terre. Entouré par un mur de brique qui le protège du froid et du vent, créant un microclimat propice aux primeurs. Carré, divisé en quatre carrés. C’est une promenade charmante. J’ai aimé les magnifiques artichauts fleuris et les choux spectaculaires, choux de Saint Saëns bleutés pesant jusqu’à 20 kg, très prisés en période de restriction à cause de leur taille mais abandonnés actuellement pour la même raison. Les tunnels où les potirons sont suspendus ; les vieux poiriers couverts de fruits. Le tout est mis en valeur par les fleurs colorées : tournesols très hauts, capucines rampantes….

Une belle visite !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Auteur : Miriam Panigel

professeur, voyageuse, blogueuse, et bien sûr grande lectrice

8 réflexions sur « Le Château de Miromesnil, lieu de naissance de Maupassant »

  1. Lorsque j’ai visité ce lieu pour la première fois (il y a très longtemps ..) seul le potager était accessible. Il était magnifique. Puis, on a pu voir un peu du château et j’aime surtout y aller au moment du marché de Noël. Il y a une belle ambiance.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :