Jaffa de Keren Yedaya avec Ronit Elkabetz

 Il y a un an ce film est sorti sur nos écran, j’aimerais le mettre en parallèle avec Ajami, plus récent. 

Jaffa, ville mixte où se côtoient Juifs et Arabes.
Un garage: le patron est juif , il emploie ses enfants, mais aussi deux mécanos Hassan et Toufik.
une cohabitation exemplaire?
Mali est amoureuse de Tooufik, on pressent dès le début que ce ne sera pas si simple.
L’histoire tourne à la tragédie.
Des acteurs magnifiques, une mise en scène efficace.
Ronit Elkabetz incarne un personnage fort, dur, fermé c’est une actrice extraordinaire.
Ce n’est pas franchement un film qui fait voyager, l’essentiel se déroule dans le garage ou dans le salon des Wolf.
L’essentiel est ailleurs, dans l’intimité de la famille, dans la confrontation des deux peuples, dans le non-dit…

yaffo.1276327757.jpg

Lola de Brillante Mendoza

Lola - de Brillante Mendoza

 

Brillante Mendoza nous emmène à Manille sur les pas de deux grands- mères.Les grands -mères sont appelées « Lola ».
La première, accompagnée de son petit fils, tente d’allumer une bougie
à la mémoire de son fils assassiné pour un vol de portable. Sous la
pluie et dans les rafales la flamme vacille…la grand mère s’entête….
L’autre grand mère est celle du tueur. Elle va tenter de le sortir de prison, à tout prix.

Plongée dans une ville sordide, sous une pluie persistante.

Les
deux femmes sont à la recherche de la somme nécessaire à l’enterrement
pour l’une. De l’argent qui permettra de faire cesser l’action en
justice.

Car c’est bien d’argent qu’il s’agit! Quête chez les
voisins, emprunts, mise en gage de la télévision, des titres, de la
pension de retraite même, trafics minables…

Si elles sont dignes toutes les deux, la deuxième Lola n’est pas exempte de roublardise.

Le talent de Brillante Mendoza transforme  ce fait divers sordide un
film magnifique. Il sublimer la pauvreté de la ville lacustre (ou
inondée, on ne sait pas bien) et réalise de belles images de la ville
trempée (je pense à In the Mood for Love). Magnifique procession
funèbre en barque.

Étrange langue, le Philippin que parlent
ces gens! quand il s’agit de grosses sommes on compte en anglais, en
espagnol des petites coupures. Anglais comme espagnol apparaissent dans
des dialogues incompréhensibles, on croit entendre des mots arabes.

 




Les secrets – film tunisien de Raja Amari

affiche

Le monde secret des femmes séparées de hommes par la tradition m’attire. Parce qu’il est caché, sans doute. Aussi parce qu’il est porteur d’un secret espoir de tendresse, de chaleur, de fou-rires, d’intimité des  bains, de parfums des cuisines….Dans les années 70 nous avions rêvé de faire un film au hammam…

Ces secrets révèlent une violence insoupçonnée.

« Ce film tente de montrer que le refoulement et l’oppression ne mènent qu’à la violence », a expliqué l’actrice Rym El Benna à Magharebia site qui livre une analyse venant du monde arabe où le film a fait scandale

http://www.magharebia.com

Contraste entre  de belles images, de merveilleuses actrices, un palais en ruines esthétiques et une histoire sordide. Les secrets des trois femmes sont effectivement inavouables – pourquoi les trahir ici? –