la source des femmes – Radu Mihaileanu

TOILES NOMADES

 

N’en déplaise à Télérama et aux Inrockuptibles qui ont fait la fine bouche devant ce trop joli film avec des danses trop folkloriques (facile? commercial??)…. J’ai bien aimé cette adaptation de Lysistrata d’Aristophane au XXI-me siècle, ou ce conte oriental où la 1001 nuits entrent en concurrence avec les séries télé mexicaines….Que cette histoire se soit vraiment déroulée en Turquie au début de notre siècle me renforce dans mon opinion.Il n’y aura jamais assez de films féministes, même réalisé par des hommes, même grand public!

Évidemment, la question est : est-il distribué au Maroc où il a été tourné? Et en Tunisie après les élections? En Libye? En Égypte? Sur place est-il perçu comme allant dans le sens du Printemps arabe ou au contraire comme un relent du colonisateur? Affaire à suivre…

la source des femmes

Trop beau, trop folklorique le village marocain? J’ai été éblouie par ces villages lors de mes voyages au Maroc, beauté inoubliable. Ironique, le passage du groupe de touristes qui prennent pour argent comptant ce que le guide traduit du spectacle folklorique Ils se prennent pour de grands donateurs avec leurs cadeaux dérisoires aux autorités, tout juste si on ne a pas vu distribuer des bonbons aux enfants…

Passons à l’essentiel : les femmes et bien sûr les actrices.

Leila

 

 

 

 

Je ne connaissais pas Biyouna qui est extraordinaire, en revanche Hafsia Herzi nous est familière, en beurette de chez nous et Hiam Abbass presque à contre-emploi, elle qui pour moi est la figure de la dignité et de l’indépendance des femmes arabes joue la méchante belle-mère réac. les scènes de danses, de lessive et de hammam sont elles authentiques ou sont-elles idéalisées? je ne saurais le dire mais un des plus beaux souvenir de partage et d’échange dans la campagne marocaine je l’ai justement vécu au hammam avec ces dames berbères qui ne parlaient pas français et avec qui on a joué à se lancer de l’eau où j’ai mimé la voiture, l’avion, pour me faire comprendre..(hammam moins vieux, carrelé qui ressemblait plutôt aux douches de la piscine.)

biyouna vieux fusil

Et les hommes, moins caricaturaux qu’on ne l’imagine au début, l’instituteur, son père, le journaliste et même le vieil imam gagnent notre sympathie.

Un film optimiste? Il faudra suivre sa carrière….

Auteur : Miriam Panigel

professeur, voyageuse, blogueuse, et bien sûr grande lectrice

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s