Glamis château royal

JUILLET ÉCOSSAIS

 

L’arrivée à Glamis est tout à fait majestueuse. Le château apparaît au fond d’une allée bordée de chênes centenaires alignés sur un gazon impeccable. Les rangées de chênes frappent l’imagination. Dans un parc, le chêne est généralement un arbre solitaire sur une pelouse où il peut étaler sa large ramure. Dans une forêt le chêne prend sa place. Cette série d’arbres nobles sur plusieurs kilomètres marque l’importance et l’âge du château : plus de 600 ans. Au fur et à mesure que l’on s’approche, on découvre les tourelles, les poivrières, les toits pointus ou arrondis, les créneaux, portant fièrement bannière.

Ce n’est pas une ruine vénérable ni un musée décati mais un château « en activité », habité, et pas par n’importe qui ! La Reine Mère y faisait des séjours réguliers et la Princesse Margaret y est née. Tout est donc impeccable.

Le plan de l’édifice est assez singulier : autour d’une tour, deux ailes s’articulent, formant un angle droit, d’autres bâtiments moins massifs s’ajoutant, couverts de rosiers grimpants et se terminant en dégradé dans les jardins.

visite guidée

La visite est guidée. Le conférencier, très distingué. Sa diction est parfaite. Il hasarde des plaisanteries, des histoires de fantômes, toujours avec son ton très snob. La visite commence dans les salles d’apparat de l’époque victorienne. Dans la salle à manger 36 couverts pouvaient être servis. La table est mise : seulement deux verres par convive mais pas moins de quatre fourchettes et presque autant de couteaux. Avant de monter dans les étages nous traversons la « crypte », salle des serviteurs dans les premiers temps du château, maintenant décorée de trophées de chasse et d’armes anciennes. Ici s’est déroulée la première histoire de fantômes : deux joueurs de cartes sont emmurés dans une pièce secrète pour avoir refusé de terminer leur partie le samedi soir à minuit pour respecter la trêve dominicale.

Le Grand Salon est orné des portraits des châtelains à toutes les époques, il y a même le portrait d’Elizabeth 1ère. L’un des Comtes s’est fait représenter « à la romaine » moulé dans une armure de cuir rose chaire d’un aspect saisissant. Attenant à ce salon, une dépendance : la pièce à poudrer – réservée aux perruques des messieurs. Actuellement la pièce à poudrer est un euphémisme poli pour désigner les WC des femmes.

A l’époque victorienne, on a installé un piano et un billard dans la bibliothèque. Un de ses plus beaux ornements est le tableau d’un Marché aux Fruits d’un peintre hollandais connu.   Dans la chapelle on nous parle de la Dame Grise – fantôme d’une femme injustement accusée de sorcellerie – Elle a l’habitude de s’asseoir juste à côté de la porte. C’est justement le siège que D occupe !

 Les Appartements Royaux sont plus intimes. La Reine Mère qui ne s’attendait pas du tout à être reine d’ailleurs, est venue passer son voyage de noce puis est revenue à Glamis chaque année. On nous montre des photos où Elizabeth, en 1926, était une jeune fille ravissante.

Dernière légende : ce serait ici que Macbeth aurait tué Duncan. Malheureusement la vérité historique contredit cette invraisemblance : le château n’était pas encore construit à l’époque de Macbeth (1040) et Duncan est mort à la guerre.

La visite des jardins est moins agréable que prévu. Il a beaucoup plu la nuit dernière, le fin gazon est détrempé. Le Jardin à l’Italienne est fleuri mais pas exceptionnel et le jardin entouré de Murs ne se visite pas actuellement.

Au lieu d’aller directement à la plage nous partons dans les dunes vers le petit cimetière à mi pente sous la falaise, entouré de murs bas et très romantique.  Puis, traversant la dune, nous dérangeons les lapins pour déboucher sur la plage où un vent très frais soulève le sable et le pousse vers le nord ouest. Nous retournons au petit port de Johnshaven pour terminer la soirée.

Auteur : Miriam Panigel

professeur, voyageuse, blogueuse, et bien sûr grande lectrice

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s