Le Jeu de Kim (Kipling)

C’est un jeu bien connu des scouts que j’ai pratiqué dans mon enfance. Bien avant d’avoir entendu parler du roman et de Kipling.

Kim s’est échappé du collège pendant les vacances. Il a rejoint le vendeur de chevaux Mahboub Ali qui a prévenu Creighton Sahib, le colonel des renseignements qui l’envoie en stage chez le docteur des Perles Lurgan Sahib à Simla…

L’enfant[…]s’élança vers le fond de la boutique d’où il revint avec un plateau de cuivre.

« Donne-les-moi dit-il à Lurgan Sahib. Qu’ils viennent de ta main, car il pourrait dire que je les connaissais avant.

– Doucement…Doucement, répliqua l’homme en extrayant d’un tiroir sous la table une demi-poignée de babioles dont le cliquetis sonna sur le plateau.

–  Maintenant, dit l’enfant  en agitant un vieux journal, regarde-les aussi longtemps que tu voudras, étranger. Compte, si besoin est touche. un regard me suffit à moi »

Il tourna le dos fièrement.

– « Mais en quoi consiste le jeu?

– Quand tu les auras comptées et maniées et que tu seras sûr de pouvoir te les rappeler toutes, je les cacherai et il faudra que tu en dises le compte à Lurgan Sahib. j’écrirai le mien.

– Oh!

L’instinct de rivalité s’éveilla en son sein. Il se pencha sur le plateau. il ne contenait pas plus  que quinze pierres.

– « C’est facile », dit-il au bout d’une minute.

L’enfant glissa le papier sur les joyaux scintillants et se mit à griffonner dans un petit carnet indigène.

– « Il y a sous ce papier cinq pierres bleues – une grosse, une moins  et trois petites, » dit Kim, tout d’une haleine, « il y a quatre pierres vertes, l’une avec un trou ; il y a une pierre jaune, on peut voir au travers et une comme un tuyau de pipe. Il y a deux pierres rouges, et…et… donne moi le temps…

Lurgan compta jusqu’à dix. Kim secoua la tête

-« Écoute mon compte! éclata l’enfant avec un trille de rire impétueux:

– d’abord il y a deux saphirs avec des crapauds – un de deux ratis et un de quatre, à ce que je peux en juger. Le saphir de quatre ratis est ébréché. il y a une turquoise du Turkestan unie avec des veines noires, il y en a deux gravées – une avec le nom de Dieu en or, et, sur l’autre, qui est fendue en travers car elle sort d’une vieille bague, je ne peux pas lire les lettres.  nous avons maintenant quatre émeraudes, mais il y en a une percée en deux endroits et une un peu rayée….[….]

c’est ton maître dit Lurgan Sahib, en souriant.

 

– Huh, il savait le nom des pierres. Essayez avec des choses ordinaires que nous connaissions tout les deux….

La Version Originale du Jeu de Kim m’a enchantée.

Kim est  un roman d’espionnage, roman d’apprentissage d’un apprenti-espion. Alors que le lama lui paie l’enseignement du meilleur collège de Lucknow, pendant les vacances Kim complète sa formation. Lurgan Sahib est aussi magicien et expert en déguisements de toutes sortes, utiles quand Kim sera en mission

 

 

L’énumération des pierres précieuses m’a ravie! Elle prend un aspect documentaire quand je pense aux bijoux du film Akbar et Jodhaa. L’Inde et ses joyaux a fasciné plus d’un!

Auteur : Miriam Panigel

professeur, voyageuse, blogueuse, et bien sûr grande lectrice

4 réflexions sur « Le Jeu de Kim (Kipling) »

  1. Merci beaucoup pour ce billet ! Du coup tu passes dans la catégorie supérieure 🙂 Je ne connaissais pas l’origine du jeu de Kim, c’est intéressant ! J’ai bien envie de lire le roman du coup !

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s