baie d’Halong

CARNET VIETNAMIEN

 

Notre jonque!


Notre Jonque

Nous sommes émerveillées: notre jonque est un beau bateau de bois vernis avec la tête de proue sculptée, deux mats, voiles jaunes repliées. Au dessus de la cabine, sur le pont deux chaises longues en bambou L’ équipage se compose du capitaine, tout de blanc vêtu plutôt costaud, du cuisinier, très mince et d’une jeune fille en pantalon noir et chemisier blanc.

Dragon descendant

Dragon descendant

Dong nous raconte les légendes de la Baie D’Ha Long : le « dragon descendant. »L’Empereur de Jade aurait envoyé un dragon pour aider les Vietnamiens qui se battaient alors contre les chinois venant par mer envahir le Vietnam. Les dragons auraient bombardé les ennemis avec des blocs de jade qui devinrent des îlots. Le dragon, trouvant le résultat très beau décida alors de rester dans la baie.

Les rochers

Rocher du chien

Des aigles pêcheurs planent et plongent tandis que les îlots se rapprochent. Il fait bon sur le pont dans la fraîcheur du matin. Dong nous montre les silhouettes  des rochers qu’on a coutume de distinguer : le chien qui se détache, montant la garde, la tortue dont on  voit bien la tête, le bol d’encens – plus difficilement reconnaissable, deux rochers se font face : les deux coqs de combat – symbole de la Baie. Nous rencontrons d’autre bateaux de touristes, certains beaucoup plus gros.

maisons flottantes

Crustacés et poissons

Des maisons flottantes ont été aménagées sur des plateformes : au fond, la pièce d’habitation, bien petite, devant un plancher percé de plusieurs trappes. Des filets sont adaptés aux ouvertures. On peut y voir nager des petits requins dans l’une, dans l’autre de gros mérous, on élève aussi des crevettes. La dernière contient des paniers de coquillages, de très jolis crabes à la carapace multicolore rouge et blanc et bleu, leurs pinces sont attachées, des cigales de mer, des palourdes, des praires…Au fond de la cage des mérous, une limule. Je suis émue de cette rencontre avec le fossile vivant dont je parle à mes élèves quand on parle de fossiles stratigraphiques et de fossiles de faciès, je n’avais jamais vue en vrai. Les touristes achètent des crustacés ou des poissons et les font cuire sur le bateau sauf les Coréens et les Japonais qui préfèrent manger le poisson cru. Ils achètent les mérous, mes découpent et les mangent dans un état de fraîcheur inégalée !

crustacés

L’Ile de la Surprise

La jonque glisse sans bruit sur l’eau lisse. Un rocher est percé à sa base, un autre comme le chas d’une aiguille. Quelle surprise ? Dong refuse de répondre. Nous accostons à un petit quai, gravissons des marches pour parvenir à une grotte. La fraîcheur surprend. Un joli petit lac brille dans un creux.

île de la surprise

Dong raconte l’histoire du pauvre pêcheur amoureux d’une jeune fille riche. Après que le père de la jeune fille ait exigé des richesses qu’il ne pouvait fournir, le pêcheur disparut. Un an plus tard, la jeune fille riche partit à la recherche de son bien-aimé et le retrouva dans la grotte de la surprise. Les draperies, les baldaquins, les stalactites sont très bien mis en valeur par l’éclairage électrique. Dong nous montre un Bouddha de l’avenir, un couple d’amoureux pétrifiés qu’on peut imaginer avec un peu d’effort. L’existence de la grotte s’explique facilement : Ha Long est un karst submergé. Cette grotte était une belle surprise !

Baignade en pleine mer

Dong nous avait parlé d’une échelle pour descendre. J’avais imaginé une échelle métallique analogue à celle de la piscine. C’est une planche de bois sur laquelle on a cloué des tasseaux. Pour la caler, le cuisinier fait un  nœud et la maintient inclinée. Je m’assieds sur la planche et descend avec circonspection. La jeune fille du bateau a été tentée par la baignade, elle a en vie d’essayer nos lunettes de plongée mais elle n’a pas de maillot. Le cuisinier lui prête un marcel blanc. On lui décroche une bouée de sauvetage. D  ne veut pas prendre l’échelle elle saute du bord du bateau faisant l’admiration des trois garçons restés à bord. L’eau est tiède. C’est la première fois que je nage en pleine mer. on envisage de nager jusqu’au village de pêcheurs plutôt que d’utiliser l’échelle. Le capitaine s’y oppose formellement. Finalement, entre l’énorme bouée rouge où est amarré le bateau et la grosse corde Pendant ce temps là, je fais des tours de bateau à la nage. La jeune fille remonte et moi, finalement.

Nous sommes passés non loin d’un élevage de perles de culture selon un procédé japonais. Des câbles sont tendus sur lesquels on a fixé les huîtres perlières.

Déjeuner de gala

 

Pendant la baignade, le cuisinier a dressé la table : nappe blanche, serviettes pliées en bateau. Il apporte deux bouteilles de vin blanc que nous refusons. Pour commencer, nous goûtons aux cigales de mer que nous avons vues vivantes dans la cage. Les carapaces sont fendues dans le sens de la longueur. Chair ferme entre la langoustine et la langouste. En plus, de grosses crevettes roses. Sur une assiette une douzaine de nems croustillants préparés sur  le bateau. Enfin, des seiches aux légumes croquants : céleri, carottes, chou chinois…Nous n’avons pas l’habitude d’une telle abondance et disons au cuisinier de ne surtout pas faire cuire le poisson qui est également au menu. Pour terminer : fruit du dragon bien frais.

Baignade à la plage

Le bateau aborde une petite plage. Nous nageons loin de la côte. Le capitaine nous rappelle au loin à l’ordre. Un scooter des mers s’approche à peins gaz. Cet engin est tout à fait choquant dans la Baie ; Le site sauvage est tellement calme que la surface de l’eau est un miroir opalescent. Le moteur bruyant vient troubler cette impression de paix.

La baignade nous a bien rafraîchies. Quand nous remontons à bord la jeune femme a arrangé joliment les colliers de perles. Si elles sont véritables, elles ne sont pas chères. Si elles sont fausses, c’est une belle arnaque. De toutes les façons, je ne sors pas emperlousée. Il n’est pas question que j’en achète. Dominique se désintéresse de la question. Aucune aide à attendre de la part de Dong  il ne veut pas empêcher ses compatriote de faire des affaires. Pour trouver une sortie j’achète des cartes postales dont nous n’avons aucun besoin à 3$ ce qui est déjà un bon prix L’épisode des perles jette un froid, je me justifie auprès de Dong. A 16H comme prévu, la jonque revient au port. Quelques éclairs de chaleur zèbrent les nuages. L’orage n’éclatera pas au grand regret de Dominique. Rien n’aura terni cette journée en tous points parfaite.

 

Auteur : Miriam Panigel

professeur, voyageuse, blogueuse, et bien sûr grande lectrice

2 réflexions sur « baie d’Halong »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s