Les Baux de Provence

CARNET PROVENÇAL

le château des Baux se détache sur la falaise
le château des Baux se détache sur la falaise

Normal
0

21

false
false
false

FR
X-NONE
X-NONE

MicrosoftInternetExplorer4

/* Style Definitions */
table.MsoNormalTable
{mso-style-name: »Tableau Normal »;
mso-tstyle-rowband-size:0;
mso-tstyle-colband-size:0;
mso-style-noshow:yes;
mso-style-priority:99;
mso-style-qformat:yes;
mso-style-parent: » »;
mso-padding-alt:0cm 5.4pt 0cm 5.4pt;
mso-para-margin:0cm;
mso-para-margin-bottom:.0001pt;
mso-pagination:widow-orphan;
font-size:11.0pt;
font-family: »Calibri », »sans-serif »;
mso-ascii-font-family:Calibri;
mso-ascii-theme-font:minor-latin;
mso-fareast-font-family:Calibri;
mso-fareast-theme-font:minor-latin;
mso-hansi-font-family:Calibri;
mso-hansi-theme-font:minor-latin;
mso-bidi-font-family: »Times New Roman »;
mso-bidi-theme-font:minor-bidi;
mso-fareast-language:EN-US;}

Puisque tout est fermé à Saint Rémy le lundi nous déjeunons devant le site de Glanum sur des tables à pique-nique en bois et retraversons les Alpilles vers les Baux de Provence. De loin on devine la silhouette du château se détachant sur les crêtes calcaires ruiniformes. De magnifiques mas exploitant les oliveraies et les vignes se trouvent dans la petite vallée. Certains sont de luxueux hôtels ou chambres d’hôtes pour les touristes.

Le parking est payant (5€) et bien aménagé. En février nous n’avons aucun mal à garer la voiture. On monte tout en haut pour découvrir une carrière de pierres, avec des excavations mais aussi les dissolutions dans le calcaire faisant comme de la dentelle de pierre, les trous et fenêtres naturelles. Nous n’aurions pas dû monter si haut, le village est à mi-pente. On u entre par une maison détruite qui montre une magnifique cheminée encore accrochée au mur. Les rues étroites et pentues sont bordées de magasins de souvenirs, de bons goût, pittoresques mais un peu trop à la manière du Mont Saint Michel ou de Concarneau….dans le genre provençal. Restaurants, galeries, sont le plus souvent fermés.

le village des Baux vu du château
le village des Baux vu du château

Dans le  bel hôtel qui abrite la Mairie, un peintre illustrateur expose des dessins et des textes d’un livre pour enfants racontant une histoire de petit berger et d’étoiles. Influence de Van Gogh, et des rois mage.

En face, dans un jardin (une maison détruite dont on devine les fondations), un photographe, José Nicolas expose des photos du Noël provençal aux Baux où les villageois sont costumés, en Mireille, Arlésienne, ou en petits bergers. De véritables moutons assistent à la cérémonie, l’un d’eux traine un petit char en bois décoré. Ma préférence va aux petits bergers.

Le château des Baux

Le château des Baux, au 1er plan engins de guerre
Le château des Baux, au 1er plan engins de guerre

L’ audio-guide  rend la visite des ruines plus vivantes et plus intéressantes. Du château, il ne reste que des ruines. Sur l’éperon rocheux recouvert d’une dalle calcaire, des machines de guerre pour meublent le plateau vide: ce n’est pas très joli et un peu artificiel, puisque leur place n’est pas intra-muros, mais cela doit plaire aux petits garçons : catapultes, couillard (à cause de sa forme), bricole (défensive, actionnée par des femmes) trébuchet ne retiennent guère mon attention. La place des Baux fut assiégée par les soldats de Louis XII, pendant les Guerres de Religion le village étant  protestant.

Un moulin (1652) profitait des vents qui n’étaient arrêtés par aucun obstacle.

Un plan incliné dallé fut construit au 19ème siècle jouant le rôle d’un impluvium : sur le rocher des Baux il n’y a ni puits ni source. L’eau ne pouvait provenir que du ruisseau dans le vallon, remontée dans le meilleur des cas à dos d’âne. Il importait donc de récupérer par tous les moyens l’eau de pluie. Le massif des Alpilles reçoit une pluviométrie assez importante quoique les pluies soient assez espacées dans le temps. Des rigoles la conduisaient à des citernes. Sur les falaises on remarque également des sortes de gouttières.

les Baux : pigeonnier
les Baux : pigeonnier

Le site fortifié est gardé par plusieurs tours posées sur les rochers. La Tour Sarrasine doit son nom aux razzias des Sarrasins. A sa base, la seconde Basse Cour était habitée dans des maisons semi-troglodytes construites sur des restes de carrières de l’âge de pierre. Je remarque aussi des pigeonniers dont les alvéoles sont creusées directement dans le rocher. L’ascension à la tour Sarrasine est assez difficile car les hautes marches ont été dégradées par l’érosion avec une rigole centrale. Je remarque dans la roche des fossiles d’huitres, un peu plus loin, ce sera une accumulation de pectens.

château des Baux
château des Baux

Le donjon, lui aussi, est creusé dans le rocher. Il avait quatre niveaux. Je n’ai pas eu le courage de visiter les salles basses sous le château.

En face du rocher des Baux le vallon a été nommé le Val d’enfer par référence à l’Enfer de Dante avec les ouvertures béantes des carrières.

la vallée creuses de carrières: dantesque!
la vallée creuses de carrières: dantesque!

C’est dans le Val d’enfer que la sorcière de Mireille, la Taven, guérit Vincent invoquant l’agneau noir, la chèvre d’Or  et les Fées.

Nous terminons la visite des Baux par une promenade dans le village. Le Musée Yves Brayer ne ré-ouvrira que le 7 mars mais on peut voir une grande fresque du peintre sur tout l’intérieur de la Chapelle des Pénitents. Jaune et bleu, ocres, grandes figures, asse fruste, je ne suis pas convaincue.

Dans l’église, en revanche ce sont les vitraux modernes colorés que j’ai aimés, surtout le petit tondeur d’agneaux.

Le Petit Musée des Santons est ouvert, grands santons habillés ou petits santons peints sont dans des vitrines ; il y a aussi de grands santons napolitains anciens qui surclassent les provençaux.

Enfin, on s’installe à la terrasse du Relais de la Porte d’Eyguières sous des arbres défeuillés sur des tables rondes installés sur la place pavée bordée par un parapet qui donne sur la vallée.

Auteur : Miriam Panigel

professeur, voyageuse, blogueuse, et bien sûr grande lectrice

2 réflexions sur « Les Baux de Provence »

  1. Je vois que tu as tout d’une lettrée provençale : le val d’Enfer, Taven la sorcière, Mireille, Mistral. Bientôt on va te nommer félibre d’honneur!
    Magnifique le village des Baux! Mais tu as raison, il rappelle Concarneau ou le Mont Saint Michel où les beaux villages de l’arrière-pays grassois (j’en viens) défigurés par le tourisme.( Un mal nécessaire)

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s