Dans le Pays de Pagnol : Le Château de Ma Mère

CARNET PROVENÇAL

calanques stebeaume 039 - Copie

Normal
0

21

false
false
false

FR
X-NONE
X-NONE

MicrosoftInternetExplorer4

/* Style Definitions */
table.MsoNormalTable
{mso-style-name: »Tableau Normal »;
mso-tstyle-rowband-size:0;
mso-tstyle-colband-size:0;
mso-style-noshow:yes;
mso-style-priority:99;
mso-style-qformat:yes;
mso-style-parent: » »;
mso-padding-alt:0cm 5.4pt 0cm 5.4pt;
mso-para-margin:0cm;
mso-para-margin-bottom:.0001pt;
mso-pagination:widow-orphan;
font-size:11.0pt;
font-family: »Calibri », »sans-serif »;
mso-ascii-font-family:Calibri;
mso-ascii-theme-font:minor-latin;
mso-fareast-font-family:Calibri;
mso-fareast-theme-font:minor-latin;
mso-hansi-font-family:Calibri;
mso-hansi-theme-font:minor-latin;
mso-bidi-font-family: »Times New Roman »;
mso-bidi-theme-font:minor-bidi;
mso-fareast-language:EN-US;}

Matin radieux ! 

je m’installe sur la terrasse au soleil avec Le Château de ma Mère de Pagnol.

Les cent premières pages racontent la fin des vacances de Marcel à la campagne, et son amitié avec un petit paysan Lili qui l’initie au piégeage des oiseaux. Lili  lui fait découvrir les secrets de la colline, les sources qu’on ne doit pas divulguer, les passages secrets,  les migrations des oiseaux…Autour de moi, cette même colline, les mêmes arbres, je suis sur le site précis ! Bien sûr ce n’est pas la saison ! Mais le temps estival en février fait presque illusion. Pagnol a une connaissance précise des végétaux, des oiseaux, je me régale de tous ces détails. J’aimerais reconnaître ces cades, ces argeras que je ne connais pas. L’amitié des deux garçons est si entière, si naïve, si touchante.

fontvieille dt 004 - Copie

Septembre s’achève, la rentrée des classes est un séisme.  Marcel décide de rester dans la colline, de« devenir hermitte » mais le Grosibou – le Grand duc – qui crève les yeux,  a raison sa résolution de vivre en Robinson Crusoé.

fontvieille dt 005 - Copie

Au cours de l’année scolaire,  la famille de Marcel retourne à la campagne, par les « châteaux » qui occasionnent le détour…Rencontres avec les gens simples, aussi avec les nobles honnis, compromis aussi.

 J’ai moins ri que dans la Gloire de mon père mais je me suis attachée à ces souvenirs d’enfance, tendres qui se terminent par le décès de la mère, de Lili et même de Paul. Mais il ne faut le dire aux enfants…

Auteur : Miriam Panigel

professeur, voyageuse, blogueuse, et bien sûr grande lectrice

6 réflexions sur « Dans le Pays de Pagnol : Le Château de Ma Mère »

  1. une balade faite lorsque je travaillais à Aix en Provence et d’un coup de voiture je pouvais partir au pays de Pagnol et même de Giono à peine plus loin
    Heureux souvenirs

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s