Santorin : Pâques grecques à la plage

CYCLADES

 

14h, retour au studio à Perivolos pour déjeuner aux « heures grecques », sauf que nos agapes sortent d’une boîte de conserve de dolmas avec tomates et fromage tandis que les Grecs ont passé la matinée à tourner la broche de l’agneau pascal en famille. De la musique nous parvient des environs.

15h30, découverte du sud de l’île en passant par la plage. Un curieux embouteillage nous arrête : des gens dansent sur la chaussée devant une taverne et bloquent le trafic. Changement de programme ! Nous nous invitons à cette fête improvisée, nous installons sur les lits de plage pour écouter l’orchestre composé de deux ouds, une guitare, un violon et une chanteuse. Les clients ont terminé l’agneau. Ils en sont au raki,  servi dans de petits flacons de verre et de tout petits verres.

De temps en temps, quelqu’un se lève pour danser, souvent des vieux. Les hommes dansent seuls faisant des figures compliquées. Quand un homme se lance dans une démonstration, les spectateurs cassent des assiettes et les lançent à ses pieds.  Les femmes font des rondes. Parfois deux rondes se forment. La cuisinière en toque se joint à eux.

Je passe une bonne partie de l’après-midi à dessiner les tables  carrées, les nappes à carreaux bleus et blancs, les bouteilles, verres, flacons de raki. J’aime aussi les accumulations de chaises quand les Grecs s’installent à leur aise sur deux ou trois chaises à la fois. Des enfants s’échappent pour jouer au sable. Deux petites filles ont de mignonnes sandales vernies blanches dans le sable noir. Une toute petite en collants roses, robe rose s’agrippe aux jambes de son papa. Un jeune adolescent allume des pétards.

Promenade le long de l’eau. Je m’enfonce quand la granulométrie est grossière, dans le sable fin on marche mieux. Hier matin, la plage me semblait sauvage. Pour Pâques, les restaurants ont sorti tables et lits de plage, non pas les légers en tissu et aluminium, mais les lits de bois bien lourd qui supporteront les intempéries et les tempêtes. De même les parasols ne sont pas du genre à s’envoler, ils sont en paille bien épaisse, en feuilles de palmier, sur des piquets de bois bien solides.

Je dépasse notre rue en marchant vers Perissa. Wet Stories, restaurant de plage plus branché a mis une sono et joue du rock. Ici aussi on danse. La clientèle est plus jeune. Personne n’est attablé. Les gens sont debout autour de tables rondes hautes.

18h30, il fait encore bon au soleil sur les bancs de ciment de la terrasse devant la maison. De partout on entend de la musique, le rock de Wet Stories se mêle aux orchestres traditionnels. A la nuit ils allumeront des feux d’artifice et des pétards.

Auteur : Miriam Panigel

professeur, voyageuse, blogueuse, et bien sûr grande lectrice

Une réflexion sur « Santorin : Pâques grecques à la plage »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s