Pedacito de Cielo : Bird watching et promenade dans la Réserve

CARNET DU COSTA RICA

 

Perroquets verts

Birdwatching

Les oiseaux m’on réveillée à 5h. Dès qu’ils commencent leurs chants j’ai une envie irrésistible de sortir les observer. Les Allemands se sont donnés rendez-vous à 6h . A 5h45, photographes et ornithologistes sont déjà prêts. Un employé de l’hôtel découpe des petites bananes, les accroche à un perchoir sur un arbre mort. Les oiseaux affluent attirés par les appâts. Les photographes arment leurs téléobjectifs gros comme des bazookas. J’ai trouvé une place avec une rambarde pour poser le Coolpix afin de ne pas trembler. Fascination des couleurs vives, bleu métallique, vert perroquet, tête rouge du pic (gris pas vert). Quand les perroquets arrivent les petits oiseaux s’envolent. Festival de couleurs. Tous attendent le toucan. Daignera-t-il se poser ?

Les photographes sont individualistes, c’est le moins qu’on puisse dire. « Seuls au monde » leur conviendrait mieux. Peu importe qu’un collègue affine sa mise au point, en guise d’oiseau il aura la chemise du collègue en gros plan. Peu importe que le Coolpix soit calé sur la rambarde, ils s’appuient lourdement et font bouger mon petit appareil. Ils s’interpellent en Allemand. Le guide nomme les oiseaux en Allemand, me voici bien avancée ! En latin ce serait tellement mieux, la langue scientifique est faite pour que tout le monde comprenne.

L’arbre à soie

Petit déjeuner à 7h. Nous avons choisi une table près du bord au-dessus d’un arbre à soie (Albizia julibrissin) où on a mis un régime de bananes. Nous profitons du spectacle amusant : un écureuil paraît, corps très roux et queue très fournie grise et noire aux poils longs et bouffants. Puis un autre, puis trois qui sautent de rameau en rameau ; Ils mangent les bananes jusqu’à ce qu’un vol de petits perroquets verts se pose. Les perroquets disputent les bananes à l’écureuil qui leur donne des coups de pattes pour les éloigner.

8h : balade dans la forêt pluviale de la Réserve.

liane : échelle de singes

Je ne savais pas qu’on se rend à la Réserve en voiture (2km de bonne piste). L’entrée de la Réserve est aménagée comme un jardin avec de grands crotons jaune et verts et ces plantes à plumet de feuilles rouges. Alonzo, mon jeune guide, me montre les arbres fruitiers : les goyaves que je connais, la vanille et un bizarre dont le fruit est hérissé de piques rouges comme un ramboutan mais qui est creux : au centre je découvre de petites graines rouges et rondes qui servent en cuisine à colorer et parfumer les viandes (le poulet d’hier soir). Quand on les pince entre le pouce et l’index il sort une teinture rouge. Alonzo froisse une feuille de citronnelle, herbe dure et fine, comme celle des graminées ; Le parfum ne se dégage que plus tard. Répulsif naturel pour les moustiques mais aussi condiment pour la cuisine et pour faire des infusions.

Arbre inflammable

Nous suivons un chemin bien tracé qui s’enfonce dans la forêt pluviale. Des tranches de troncs d’arbres ont été rainurés pour une bonne adhérence.  Alonzo m’a proposé un bâton que j’aurais bien dû accepter ! Entre appareil photo, jumelle lunette et carnet, je n’ai pas envie de m’encombrer. Après la pluie le sol est glissant.

Leçon de fourmis

Une file de fourmis coupeuses de feuilles rapportent les fragments au nid pour faire du compost. Agriculture biologique ! Comment récoltent-elles les champignons qu’elles font pousser ? Qu’en font-elles ?

Une autre espèce de fourmis étaient utilisées comme agrafes naturelles. On laisse la fourmi accrocher ses mandibules puis on sépare le corps de la tête. Les mandibules restent plantées.

Certaines espèces font des nids gigantesques qui s’étendent sous terre à des profondeurs de plus de 3 mètres. On peut par mégarde enfoncer le bâton dans la terre meuble.

Des panneaux préviennent de la présence de bullet-ants, insectes de grande taille(1.5cm) noirs, à l’abdomen renflé qui projettent un venin puissant.

Plus loin, les termites avec leurs galeries couvertes en sciure. Ils sont indétectables, très discrets jusqu’à ce que le meuble ou la maison de bois ne s’effondre, réduite en poussière. Ici, ils ne construisent pas de « cathédrales » comme en Afrique.

Evidemment, si je m’étais promenée seule, je n’aurais rien vu de tout cela.

Grenouille blue jeans

J’aurais peut-être trouvé la grenouille rouge venimeuse toute rouge ou « blue-jeans » aux pattes bleues, tellement petites qu’il faut déployer le zoom tant qu’il ne faut surtout pas bouger alors qu’elles sautent et se cachent sous les feuilles. Le plus gênant C’est l’absence d lumière, dans la forêt pluviale règne la pénombre.

anolis

Découverte de la journée : l’anolis (petit iguanidé selon Wikipédia) qui possède une sorte de gorge extérieure comme une crête mais sous la gorge. Ils ne sont pas farouches. Alonzo les capture facilement me montre cet appendice. J’ai peur qu’il ne fasse du mal à ce petit animal délicat.

Certains arbres ont le tronc couvert d’une poudre blanche inflammable ; Alonzo a apporté des allumettes pour me montrer comment faire une torche éclairante avec une brindille trempée dans la sève. En séchant la sève devient blanche. On peut badigeonner la peau de ce blanc qui a des propriétés médicinales.

Alerté par le bruit, Alonzo découvre au-dessus de nos têtes une troupe de singes-araignées très affairés qui grimpent, descendent, sautent d’une branche à l’autre. Ils nous ont sûrement repérés. Attention, ils pourraient jeter sur nous des branches et des graines. Une branche sèche atterrit à nos pieds. Nous déguerpissons.

le pont vivant

Le sentier franchit un arroyo sur un pont vivant : un ouragan a abattu un grand arbre qui est couché à l’horizontale. De grosses branches verticales sont sorties. Il a donné neuf arbres-fils.

Alonzo entend un oiseau : le trogon c’est un très bel oiseau. « Allons chercher le trogon ! » propose-t-il. Nous nous guidons au son puis renonçons ; Introuvable !

La promenade continue dans un terrain très accidenté et glissant. Une seconde d’inattention, je me retrouve par terre en bas d’un talus boueux. Pour amortir ma chute j’ai posé ma main droite. J’aurai un bleu à la fesse, quelle importance : mais je me suis peut-être cassé le poignet bien douloureux. Je reste un moment, sonnée, je récupère mon souffle. J’aurais dû prendre le bâton qu’Alonzo m’avait proposé !

Rivière San Carlos

La promenade s’’achève dans le jardin. Comme il reste du temps, Alonzo m’emmène à la lagune de l’autre côté de la route : un petit étang est aménagé à la promenade ; on peut s’asseoir sur des bancs sous une petite construction de bois ; On admire les nénuphars en fleur et on observe les canards américains et de minuscules poules d’eau les Jarandas , corps brun bec jaune et dessous des ailes jaune. Alonzo continue la promenade par la piste carrossable : aux cris il repère un grand ara vert. Comme il est vert, i se confond avec le feuillage mais j’admire son envergure quand il s’envole. Quand nous arrivons en vue de l’hôtel, je dois retourner chercher Dominique qui cuit dans la voiture garée au soleil. Alonzo pensait qu’elle ne serait pas restée.

L’après midi nous retournons à Pital. Mon poignet me fait souffrir.4 Je pensais le montrer au pharmacien pour qu’il me vende une attelle. Je ressors avec une sorte de manchon élastique avec un trou pour le pouce censé soutenir mon poignet. Avec la chaleur il est difficilement supportable.

Nous allons au grand supermarché pour acheter des provisions pour un pique-nique. Déception ! en dehors des chips de toute forme, de tout parfum, toute farine ; rien ! Il faut se contenter de yaourts et de bananes à acheter le jour-même.

Le groupe allemand est parti. La salle à manger est calme. Soupe de courge, un filet de poisson délicieux accompagné de légume et même un dessert : sorte de compote d’ananas et de papaye.

Auteur : Miriam Panigel

professeur, voyageuse, blogueuse, et bien sûr grande lectrice

Une réflexion sur « Pedacito de Cielo : Bird watching et promenade dans la Réserve »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :