Aliano, La Rabata, Santa Maria d’Anglona

CARNET DU MEZZOGIORNO (BASILICATE)

A:iano : callanche

Aliano est le village où Carlo Levi a été relégué en résidence surveillée 8 mois. De cette expérience il a tiré le récit Le Christ s’est arrêté à Eboli, livre magnifique que j’ai lu à deux reprises. Carlo Levi repose au cimetière d’Aliano et le village a conçu un « parc littéraire » dédié à son souvenir. Je tenais absolument à faire cette visite.

Nous avons donc repris le Circuit des ravins d’argile abandonné à Montalbano : Route côtière S106 jusqu’à Policoro puis S598 dans la vallée de l’Agri traversant des plaines fertiles plantées de vergers, agrumes surtout, oliviers bien sûr, actinidia (kiwi), pommiers, pruniers….Tous ces arbres fruitiers sont irrigués. De minces caoutchoucs noirs courent à 1.50 m du sol retenus par des poteaux en ciment. Le plus étonnant c’est qu’ils poussent sous des tunnels. A la vitesse où nous roulons je ne distingue pas la matière des tunnels : plastique ou mince toile ? Il semble que les deux soient employés ; la vigne bénéficie aussi d’une protection mais ce ne sont pas des tunnels retenus par des arceaux mais plutôt une couverture horizontale. A quoi peut servir ce système, sûrement pas à lutter contre le froid, en plaine et au bord de la mer, les gelées sont rarissimes. Protège-t-on les fruits des ravageurs, oiseaux, chauve-souris ou insectes ? Veut-on faire de l’ombre et limiter l’évaporation. J’envisage toutes les hypothèses possibles. Qui me renseignera ?

D’énormes tuyaux conduisent l’eau captée au barrage sur l’Agri près de Tursi et du grand barrage sur le Sinni. Dans le lit de la rivière il ne subsiste qu’un mince filet d’eau. Alors que la plaine est cultivée, les ravins d’argile sont stériles et désolés. Parfois à mi-pente on voit le tapis des chaumes du blé moissonné, parfois ce sont des graminées folles qui donnent l’illusion de céréales. Certaines pentes portent des buissons arbustifs ? je retrouve avec plaisir le pistachier lentisque.

callanche d’Aliano

A l’arrivée à Aliano est spectaculaire, ces terres ravinées nous évoquent les demoiselles coiffées non loin de Gap, sauf qu’ici, l’argile est fine et homogène, pas de chapeau pour protéger la colonne. Le ruissellement a creusé de profondes entailles verticales tandis que l’argile plastique et gonflée, quand elle est mouillée, a coulé. Ces « badlands » sont nommées ici callanche. Un belvédère des callanche est installé avant l’entrée à Aliano. Un pont métallique franchit le ravin.

L’Office de Tourisme organise deux visites guidées : le matin à 11h30 et une autre dans la soirée. Que faire en attendant ? Nous montons au cimetière fermé sous de hauts cyprès ; la tombe de l’écrivain est devant la grille. Puis visiter l’église, bien fraîche décorée des bouquets blancs d’une noce. Je me souviens du récit de la messe de Noël dans le livre de Carlo Levi, je ne l’imaginais pas ainsi.

Carlo Levi à Aliano

Dans la rue des panneaux portent des citations du livre. L’urinoir incongru sur la place a été démoli, l’école ne se trouve plus à l’étage surplombant cette place. J’ai encore dans la tête les passages dont on a tiré les citations. Je m’arrête devant la fosse du bersagliere.

En 80 ans, le village a grossi, des maisons modernes ont été construites. Je cherche le chemin que les paysans empruntaient en revenant de leurs champs, très loin. Les hommes sont assis à l’ombre des arbres plantés devant le café le long de la route. Encore à Aliano, en 2019, les hommes sont assis et les femmes debout, marchent. La policière, la dame avec son cabas qui sort de l’épicerie, les dames de l’Office de Tourisme…

Aliano : la place du village

La « passeggiata litteraire » se résume à une marche rapide entre les petits musées. Il fait si chaud sous le soleil. Les dames font peu d’effort pour commenter les lieux désignés par les panneaux portant les citations. D’ailleurs, je les ai lus tout à l’heure. J’imaginais une promenade plus animée. Dans une maison, il y a une galerie d’exposition : dans la première salle, la plus vaste les murs sont couverts de photos anciennes. Je découvre le visage de Carlo Levi adolescent, puis homme jeune à Aliano, enfin son retour après la guerre. On le voit aussi à Matera en compagnie de Pasolini. Les photographies sont agréablement commentées, datée. Je m’attarde devant chacune d’elles.

Dans la pièce suivante, je suis un peu déçue par les tableaux Les grandes compositions pleines de personnages que j’avais découvertes sur Internet ne sont pas ici, seulement des petits formats, les oliviers avec leurs filets me plaisent, les autoportraits me plaisent. Les petits tableaux représentant un hérisson., une miche de pain, ne me semblent pas extraordinaire. La dernière salle est celle des lithographies, intéressantes.

Carlo Levi : le dsépart de l’émigrant

La maison qu’a occupé Carlo Levi se trouve au bout du village. C’est une grande maison crépie de blanc avec une belle terrasse. Le rez de chaussée est occupé par un musée ethnographique paysan avec un intérieur meublé, cuisine et chambre ainsi que deux pressoirs à huile qui prennent beaucoup de place. L’un d’eux a trois meules de pierre. Les masques de carnaval m’ont beaucoup intéressée(j’ai raté le musée de Palmi qui en présentait). Ils sont cornus, très colorés et me rappellent ceux que j’ai vus autrefois en Sardaigne à Mamoiada au Musée des Masques Méditerranéens.

masques de Carnaval

Carlo Levi vivait à l’étage supérieur dans un appartement de trois pièces, confortable pour l’époque. Il n’est pas meublé et il ne resta pas de souvenirs tangibles de son passage. La plus grande pièce est utilisée comme pièce de projection d’une vidéo d’une vingtaine de minutes. Les détails de ses tableaux alternent en fondu enchaîné avec des photos du village, ou avec les visages des habitants représentés, soit la photo est ancienne et le visage peut se superposer sur la peinture, soit la photo montre le personnage vieilli mais on retrouve les traits. Le feu qui brule dans la cheminée réchauffe mais aussi nous plonge dans l’univers des sorcières dont l’auteur avait reçu certains secrets, ou ans le carnaval. C’est un document très immersif qui me donne encore envie de relire le livre.

Tursi : la Rabatana

Le circuit nous ramène vers Tursi par une route qui longe la retenue d’eau ; le niveau de l’eau me paraît bien bas pour l’été qui n’a pas encore commencé. Nous montons à La Rabatana , dont le nom rappelle ses origines arabes. Vais-je trouver une medina? C’est un hameau presque abandonné et qui tombe en ruine mais qui possède deux restaurants ; Le plus grand, le Restaurant des Poètes est tout en haut, les tables sont dressées, il semble chic. Comment les clients arrivent-ils ? Au somment je découvre un escalier bien dallé qui descend commodément au bourg de Tursi. J’aurais volontiers fait la promenade mais comment retrouver Dominique dans ce gros village ?

Santa Maria d’Anglona

Sa Marian d’Anglona

Le sanctuaire de Santa Maria d’Anglona est perdu dans les collines, en direction de Policoro. Isolée, mais très bien indiquée ; la petite route tortille avant de parvenir à une oasis de verdure. Petite église normande à campanile carré entouré d’un jardin fleuri de rosiers, à l’ombre des palmiers. Tout est organisé pour la visite des touristes ou des pèlerins : parking, toilettes, tables à pique-nique. Miracle ! l’église est ouverte, fleurie de bouquets blancs.

Sa Maria d'Anglona fresque

Nous pique-niquons confortablement : salade de pommes de terre, anchois, olives ; œufs durs.

Ce sanctuaire est un lieu de culte, pas une attraction touristique. Aucune explication donnée concernant les fresques. Qui sont ces saints ? Je reconnais Saint Sébastien qui a un air doux, presque féminin. J’aime beaucoup celui qui a deux lévriers à ses pieds. Je ne reconnais pas les scènes aux couleurs délicates avec de nombreux animaux.

Saint Sébastien

Baignade à la Marina di Policoro

A l’arrière d’une belle pinède ; parking sous les arbres., plage aménagée avec des parasols et même une « douche commune » gratuite. Un cordon de galets se trouve juste à l’entrée de l’eau. Voyant une belle étendue de sable je n’avais pas mis les chaussons. Il faisait chaud et nuageux dans les collines. Sur la plage, le vent s’est levé. Les parasols claquent. La mer est agitée ; prudente je reste à  m du bord, la où les vagues se brisent. Si je vais plus loin, c’est plus calme mais un courant entraine vers le sud. J’ai l’impression de nager dans une piscine à courant d’eau. Je nage vigoureusement et fais du sur-place. Même avec les chaussons, impossible de tenir debout immobile sans efforts. Au bout d’un certain temps je suis fatiguée de nager à contre-courant.

Auteur : Miriam Panigel

professeur, voyageuse, blogueuse, et bien sûr grande lectrice

Une réflexion sur « Aliano, La Rabata, Santa Maria d’Anglona »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s