Matera – sasso Barisano – Casa di Ortega

CARNET DU MEZZOGIORNO (BASILICATE)

Casa di Ortega

Je n’ai pas renoncé à visiter la Casa di Ortega bien cachée dans le Sasso Barisano en-dessous de la cathédrale que ne n’ai aucune difficulté à trouver. Ensuite, cela se complique, sous les directives de Googlemaps je descends des dizaines de marches, par  la Via San Potito, le Recinto San Giacomo me retrouve sur la corniche de la  Civita où nous avons déjeuné hier., je remonte pour reprendre le guidage de Googlemaps qui m’envoie dans une ruelle étroite et noire barrée par des planches. Le même monsieur qui m’avait conseillé de retourner à la Cathédrale insiste « A la Cathédrale ! ». je traverse le parvis, trouve un escalier caché. Je tourne dans le Sasso Barisano depuis une bonne demi-heure. Elle est bien cachée la Casa Ortega ! D’ailleurs je suis la seule visiteuse. La jeune femme de la billetterie me tend un dépliant avec les miniatures et les titres des tableaux : « ici ce n’est pas un musée, c’est la maison de l’artiste, vous ne trouverez pas de cartel ni d’explication ». Puis elle présente l’artiste : Jose Garcia Ortega est né en 1921 en Castille. Accusé d’activité antifranquiste, il est condamné à 10 ans de prison, puis acquitté, il est forcé à l’exil à Paris. Arrivé par hasard à Matera en 1972 après que les sassi aient été vidés, il s’attache à cette ville dont la lumière et les couleurs lui rappellent la Manche où il est né. Avec un ami, il fait l’acquisition de cette belle maison et la décore. Deux cycles de tableaux, Passarono et Morte e Nascita degli Innocenti racontent la Guerre d’Espagne, les luttes antifascistes. La décoration de la maison est intéressante : majolique et azulejos dans la cuisine, je me crois en Espagne, salle de bain avec des carreaux modernes. Il y a même une chapelle peinte dans le Palazzo, » lombarde » dit la dame.

Ortega a voulu employer un matériau populaire et familier aux gens de Matera : le papier mâché (cartapesta) dont on se sert ici pour confectionner le char pour la fête de la Madonna della Bruna, (la fête est mardi prochain mais nous serons parties). En plus des reliefs dans le tableau ce matériau permet la reproduction. Ortega qui était communiste ne voulait pas entrer dans le système du « marché de l’art ».

Ces tableaux sont très originaux, surprenants dans leur simplicité et les couleurs. Dominent le Rouge et le Jaune, couleurs espagnoles, le Noir du deuil (ou du fascisme avec le kaki des uniformes), un peu de violet et d’orange. Les personnages sont stylisés, le dictateur reconnaissable à son uniforme, les mères éplorées, les canons et les fusils. Je regarde avec intérêt et sympathie ces cycles militants ; je ne suis pas sûre que cette peinture me plaise en tant que telle. L’intention me touche.

C’est en tout cas une belle rencontre, et inattendue.

 

 

 

 

Auteur : Miriam Panigel

professeur, voyageuse, blogueuse, et bien sûr grande lectrice

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s