au pied des glaciers

CARNET ISLANDAIS

au pied des glaciers

Nous avons laissé Kirkjubaerjaklaustur sans nous en rendre compte, les maisons sont si dispersées que nous avons du mal à situer le village (120 habitants en 2011) ; notre premier arrêt fut devant une mignonne cascade, ou plutôt une rivière qui saute sur des rochers et se divise en autant de rapides. Les mots me manquent pour décrire les chutes d’eau, c’est la première fois que j’en vois tant. J’aimerais les différencier, les individualiser.

langues glaciaires et sommets vus de la route 1

Quand on suit la route circulaire 1 nul besoin de GPS ! Nous nous arrêtons sur chaque parking aménagé. De 8 H à 9  H, nous sommes bien tranquilles et la lumière est merveilleuse. Le spectacle est grandiose au pied de montagnes couvertes pat le Glacier Vatnajökull qui couvre 10% de l’Islande. La glace est très épaisse et masque les sommets des volcans noyés sur la carte Michelin. De la route on découvre les langues glaciaires entre les arêtes rocheuses.

Une pensée m’obsède : combien de temps encore pourra-t-on les contempler ? Je suis fascinée par ces glaciers qui sont tellement nouveaux pour moi. De loin, la neige est brillante, blanche le jour, rose hier soir au coucher du soleil. De près, la surface paraît sale, elle porte les cendres et des débris de roches ; elle est hérissée de pics et de crevasses impressionnantes. Quelquefois, les crevasses sont bleues presque turquoises. Je zoome pour les observer de plus près, la résolution est mauvaise, ils seront flous. Qu’importe, je filme sans relâche.

crevasses

La route court sur un désert de sable et de cailloutis, complètement plat. On construit cette route en relief, sur une sorte de digue peu élevée mais assez pour interdire les arrêts-photos improvisés. Heureusement le trafic est très dilué. Nous franchissons des ruisseaux parfois des torrents sur des ponts de bois et métal qui vibrent à notre passage ; souvent un seul véhicule peut passer à la fois, il y a des aires de garages, sorte de passing-places(comme disent les écossais). Les parkings sont signalés longtemps à l’avance pour décourager les touristes imprudents de s’arrêter sur la voie, la plupart du temps il y a des panneaux explicatifs et souvent des toilettes.

Un pont de ciment au milieu du paysage, pas de route dessus ???l’explication est donnée au parking suivant : l’éruption de 1996 du volcan Grímsvötn a provoqué des inondations cataclysmiques. L’énorme crue glaciaire a emporté le pont et la route. Une poutrelle tordue témoigne du désastre. Le cratère du Grímsvötn aurait contenu un lac sous-glaciaire. Ces crues gigantesques expliquent les dépôts et la formation de deltas sur des kilomètres.

Skaltafell

Le parc de Skaltafell possède un très grand parking payant (750 ISK) surveillé par des caméras, la  et nouis arrêtons sur le plus petit des parkings du stefaut bien payer et en carte de crédit ? le cash n’est pas non plus admis « dans le système ». Pour les randonnées, des entreprises privées proposent leurs services : randonnée sur le glacier (matériel prêté) randonnées guidées etc…mais il aurait fallu s’organiser à l’avance et prévoir une plage horaire confortable.

Librement, on peut suivre des sentiers balisés jusqu’au glacier Skaltafelljökull. Le sentier est large et bien entretenu traversant un petit bois de bouleaux nains de moins d’un mètre de haut. Sont-ils aussi nains que je l’imagine ? Au flanc de la colline les bouleaux ont une taille arbustive, pas des grands arbres mais hauts de plusieurs mètres. J’arrive dans une zone caillouteuse ; un petit lac occupe un creux et plus loin un torrent d’eaux grises tumultueuse sort de la langue glaciaire. Ce n’est pas ici que je marcherai sur la glace mais c’st une belle petite promenade.

Nous dépassons le village de Hof qui ressemble à un village ; partout des fermes dispersées qu’on peut difficilement appeler village.

lagopèdes??

Un panneau promet un « boat-trip » sur le Fjallsarlon. Lest billets coûtent 6900 ISK = 50 €, est-ce que cela en vaut la peine ? Le lac est caché par une petite colline. Sur l’eau des zodiacs naviguent sans s’approcher des icebergs qu’on voit très bien du bord ; l’attraction est plutôt attrape-touriste. AVEC le ciel nuageux, l’eau est grise, la glace est sale. En remontant, j’ai la chance de rencontrer un gros oiseau et ses quatre poussins qui se roulent dans la poussière. La mère ressemble à une grosse perdrix ; Je m’étonne de cette nichée si tard dans l’été, si petits.

Jökullsarlon

jökullsarlon

Nous continuons à fréquenter tous les parkings et nous arrêtons sur le premier et le plus petit des parkings du site ; une seule voiture, un sentier grimpe et c’est l’émerveillement ; Le lac glaciaire est bleu, les icebergs propres avec des formes fantastiques. Au Loin, je distingue des bâtiments et un énorme parking au bord de l’eau.  Dominique qui n’a pas encore vu la glace flottant sur les lacs pourra la voir de la voiture. Pique-nique dans la voiture. Une promenade suit la rivière jusqu’à la plage. Un iceberg se fracasse à grand bruit. Je suis saisie d’une frénésie de photos. Un phoque joue avec mes nerfs : dès que je suis prête, il plonge et dès que je range l’appareil il réapparaît exactement au même endroit, à quatre reprises je zoome, je cadre pour éteindre ! je me rattrape avec les eiders qui barbotent.

icebergs sous le soleil

Après une promenade sur la plage nous retournons sur le petit parking tranquille pour une belle promenade en solitaire sur le sentier en corniche au-dessus de l’eau. Le ciel est bleu profond, les icebergs étincellent. Toutes les photos à doubler ! Qund vient l’heure de la sélection, c‘est un crève-cœur, je les garderais toutes, pour la forme, la couleur, les oiseaux perchés….

Jökullsarlon

Encore 70 km à parcourir. Comme j’ai du mal à repérer l’hôtel sur la carte, j’allume le téléphone pour GOOGLEmaps; incroyable mais il y a de la 4G dans cette zone dépourvue de villages ! Nous laissons le téléphone nous guider en passant devant des fermes, des minuscules villages avec des toits rouges et des constructions blanches. Détour jusqu’à une mignonne église au milieu du cimetière herbu derrière un bouquet d’arbres.

Notre hôtel Vagnasstadir est composé de l’ancienne auberge de jeunesse : maison de bois avec un étage et une véranda, de trois chalets de bois peints en vert et d’un long bâtiment tout neuf où nous sommes logées. Notre grande chambre avec salle de bain est confortable mais ses murs sont nus en dehors d’une inscription calligraphiée en Islandais ; deux lits avec des couettes, deux tabourets gris en guise de tables de nuit, une chaise et un fauteuil ; les prises électriques ne manquent pas. Une affiche prie les clients de défaire leur lit et de mettre housses de couettes et taies d’oreiller dans les paniers. A l’hôtel, je n’avais pas encore vu cela ! pas de restaurant, le plus proche est à 6 km, on n’a vraiment envie de reprendre la voiture. L’épicerie la plus proche est à 25 km. Seul dépannage : des nouilles instantanées à 800 ISK (6€) ; nous aurions mieux fait de garder les sandwiches et de manger chaud à Jökullsarlon ! Accueil inexistant, chères et insipides nouilles, le moral en prend un coup, une AJ au prix d’un 4* !

Vagnasstadir

Pour me consoler, je fais une balade dans la campagne très verte. L’auberge est entourée d’animaux, chevaux islandais et moutons. La mer est proche (1.5 km) mais je ne trouve pas le pont qui franchit le ruisseau.

 

 

 

 

 

 

 

 

Auteur : Miriam Panigel

professeur, voyageuse, blogueuse, et bien sûr grande lectrice

6 réflexions sur « au pied des glaciers »

  1. Il aurait peut-être fallu graisser la patte du phoque pour qu’il t’autorise à prendre la photo 😉 Apparemment, les Islandais ont quelques progrès à faire dans l’accueil des touristes. Je me souviens que dans « Echappées belles » le guide d’origine malgache disait que jusqu’à présent, ils faisaient du tourisme fast-food et qu’ils commençaient tout juste à faire de la qualité.

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s