Abbaye de Jumièges

BALLADE NORMANDE

Retour par le chemin des écoliers, ou plus précisément par le Parc Régional des Boucles de la Seine Normandie. 

Nous quittons l’autoroute A13 à Pont-Audemer , passons par la Mailleraye et le Pont de Brotonne. je suis étonnée par les forêts que nous traversons dans les Boucles de la Seine : hêtres de taille imposante, chênes et conifères. Après avoir traversé la Seine nous longeons le fleuve dans un paysage étonnant mi-agricole, mi-industriel. Interminable traversée d’un bourg : Le Trait avant de trouver Jumièges et son  abbaye ruinée mais très imposante.

Jumièges : la grande nef romane vue du choeur

A la Révolution, l’abbaye est vendue comme Bien National et devient une carrière de pierre. Le Romantiques vont  redécouvrir ses ruines  qui seront mises en valeur dans un parc romantique planté de tilleuls, de hêtre pourpres et d’arbres remarquables. C’est dans cette optique de « ruine romantique » que je vais visiter Jumièges sans intention historique précise.

Le monastère bénédictin est très ancien : fondé en 654. Au 11ème siècle l’abbatiale fut reconstruite, une des plus hautes églises romanes du dûché. Cette haute construction romane me fait penser aux églises normandes des Pouilles : Saint Nicola de Bari ou Trani qui sont du 11ème siècle, romanes et très hautes. La nef et ses deux tours carrées sont impressionnantes (46 m). L’hôtellerie, date du 12ème siècle. Le choeur de l’église, reconstruit au 13ème est gothique. Un passage voûté 14ème relie la grande église Notre Dame à l’église Saint Pierre remaniée au 14ème siècle et gothique.

Jumièges gothique

Je suis munie d’un plan et si j’en avais fait l’effort, j’aurais pu, sur place identifier les différentes structures avec leur style. Je suis plus occupée à faire des photos, à imaginer les contrastes entre les ruines minérales et la végétation omniprésente sur les murs, dans les ouvertures.

l’Hôtellerie

Les tilleuls embaument, les graminées sont secouée sur la terrasse qui était autrefois le potager des moines. On accède à cette terrasse par un magnifique escalier à double révolution 17ème, construit en même temps que le logis abbatial classique avec son toit à la Mansart et son double fronton triangulaire. Je profite de la promenade sans me poser trop de questions.

terrasse ds potagers des moines

Le retour nous offre une surprise : la Seine se passe en bac. On a à peine le temps d’admirer les falaises de craie et on se retrouve de l’autre côté du fleuve.

 

Auteur : Miriam Panigel

professeur, voyageuse, blogueuse, et bien sûr grande lectrice

3 réflexions sur « Abbaye de Jumièges »

  1. Je connais bien ce coin là, Jumièges j’y vais assez souvent. J’ai d’ailleurs voulu y aller dimanche pour l’expo photo en cours, mais j’ai reculé devant l’attente (à cause des règles « covid » en vigueur). J’y retournerai en semaine. Je l’ai visitée en toute saison, y compris en décembre, un matin de brouillard. Superbe et impressionnant, je me suis crue dans un roman gothique ! Au retour, vous auriez pu suivre aussi la route des fruits qui est très belle (et qui suit la Seine en gros) et prendre le bac de la Bouille, à deux pas de l’autoroute.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s