La Patience de l’immortelle- Michèle Pedinielli

LIRE POUR LA CORSE

Ça va être compliqué de te décrire cet endroit sans tomber dans la carte postale. Parce que ça y ressemble furieusement. L’eau émeraude qui décide de virer au turquoise en lechant la bande blanche du sable. Et juste au-dessus le maquis, qui semble vouloir reprendre ses droits, histoire de ceinturer la frivolité de la plage de sa chênaie impénétrable. C est vertigineux de beauté

Merci à Matatoune de m’avoir signalé ce livre qui tombe à point à notre retour de Corse. C’est donc avec grand plaisir que je prolonge nos vacances dans le parfum merveilleux de l’Immortelle de Corse (regrettant de ne pas avoir cueilli. un bouquet odorant). Policier se déroulant au-dessus de Propriano dans un village de l’Alta Rocca, au mois de janvier quand les Corses se retrouvent entre eux. 
Letizia, journaliste à FR3 est retrouvée assassinée, carbonisée dans le coffre de sa voiture. Jo Santucci,  son oncle, commandant de police, ne peut se charger de l’enquête ; soupçonnant une affaire délicate fait appel à son ancienne compagne, Ghjulia Boccanera, détective à Nice,de mener des recherches discrète. C’est bien connu, les Corses sont peu bavards avec les policiers. En revanche, Ghjulia – Diou – fait partie de la famille, son patronyme Boccanera, va mettre en confiance et lui permettre de recueillir des confidences. 

 

Putain de nature! Elle s’ingenia te faire mettre à terre par tous les moyens à sa disposition. Les pierres qui se dérobent sous tes pieds, les branches qui te giflent à la volée malgré les précautions du flic qui te précède, les lianes qui s’accrochent à tes chevilles. Je savais déjà que c’était pas mon truc, pas besoin de m’agresser pour me le prouver..

Letizia, présentatrice du journal télévisé, tenait aussi un blog dévoilant des affaires délicates. Diou espère y trouver des pistes conduisant au meurtrier de Letizia. Incendies du maquis, trafic de drogues, détournement de subventions européennes, projets immobiliers  : les mobiles d’assassinat ne manquent pas. Elle gagne aussi la confiance d’un habitué du café, octogénaire ancien maire, lettré qui récite des poèmes et qui sera mon personnage préféré du roman. Par son intermédiaire, elle rencontrera un élagueur qui lui parlera d’oliviers, de la bactérie venue des Pouilles, mais aussi de vol d’oliviers centenaires vendus fort cher aux promoteurs immobiliers. Elle rencontrera un berger et le lecteur en apprendra sur le fromage, l’écobuage et les pratiques incendiaires….

Les oliviers, eux, ont la puissance e me transporter n’importe où sur les bords de la Méditerranée. A Oran, en Palestine ou en Crête, je me sentirais chez moi sous cet arbre. Installée sous sa ramure, rien ne t’empêche de voir la proue d’un bateau grec en toute pour Nikaia, une bergère de Bejaia qui ne bouge pas, le cœur fixe sur Majnoun et Leila. Ou Salvo Montalbano qui nage une dernière fois vers la plage de Vigata.

Nous la suivrons sur ces chemins montagneux, pentus et périlleux. La résolution de son enquête prend un tour surprenant. Rebondissements. Mais je ne vais pas spoiler. A lire donc sur place, ou pour rêver de l’Île de Beauté. 

Auteur : Miriam Panigel

professeur, voyageuse, blogueuse, et bien sûr grande lectrice

5 réflexions sur « La Patience de l’immortelle- Michèle Pedinielli »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :