Retour à Vaux le Vicomte

PROMENADES EN ÎLE-DE-FRANCE

 

Par une belle matinée de mai!

Le temps est splendide, pourquoi ne pas retourner à Vaux-le-Vicomte nous

entraîner à faire des photos avec le nouvel appareil photo?

entouré d'eau

J’ai surtout regardé les meubles

 

 

 

pièce dédiée à LaFontaine
Table d’apparat

Au 17ème siècle, on apportait le repas sur des brancards dans la pièce où se tenaient les convives. A Vaux le Vicomte, une pièce faisait office de salle à manger d’apparat.

Très belle promenade ensoleillée, mais les broderies des buis ont disparu et des pelouses vertes remplacent les motifs. On a beau installer des panneaux d’aluminium pour faire un ruban de lumière, je préfère mes photos de 2013 même par soleil voilé.

voyez vous l’écureuil de Fouquet ?

 

 

Une ténébreuse Affaire – Honoré de Balzac

Une Ténébreuse Affaire est publié avec Melmoth réconcilié qui était le sujet de la dernière Lecture Commune Balzac. J’ai découvert ce roman par hasard puisque la lecture commune portait sur le deuxième titre. J’aime bien lire (ou découvrir un film) sans aucune idée préconçue, ni conseils, ni critique, ni 4ème de couverture. Cela m’arrive souvent quand je télécharge un ouvrage faisant confiance au nom de l’auteur (avec Balzac, je ne prends pas de risques).

Les débuts, cependant, ont été laborieux ; Balzac présente de nombreux personnages, décrivant avec un luxe de détails leur physionomie et leurs vêtements, j’ai commencé par m’y perdre entre Michu, Malin, Marion…Puis il replace les événements dans leur perspective historique. L’action se déroule en 1803, la Terreur est encore dans les esprits, Bonaparte n’est pas encore empereur, les biens des nobles et des émigrés changent de main, complots et attentats peuvent peut être encore le déstabiliser? Même si ce n’est pas le premier ouvrage de Balzac pendant cette période, une sérieuse révision s’impose pour moi. Cet aspect historique est tout à fait passionnant.

En avançant dans la lecture, je me passionne pour cette Ténébreuse Affaire, ténébreuse et sérieusement embrouillée. Des espions rôdent, pour qui espionnent-ils : Bonaparte ou Fouché et Talleyrand? A moins qu’il ne s’agisse que d’accaparer des terres laissées vacantes par les nobles, émigrés ou décapités par la terreur. Les allégeances sont troublées : Michu est-il fidèle aux idéaux révolutionnaires ou à ses anciens maîtres royalistes? Le lecteur se fait embarquer dans un véritable roman policier, ou d’espionnage, thriller avant la lettre.

Il y a enlèvement, procès. Qui est coupable? Qui est innocent? Balzac raconte les rebondissements du procès, nous tient en haleine, sans que l’accusation ou la défense ne puisse faire entière lumière. Balzac excelle dans ses analyses du système judiciaire!

Il a fallu attendre 30 ans pour que le mystère soit éclairci, presque par inadvertance. Cette chute inattendue procure un nouvel éclairage.

Balzac s’est inspiré de faits historiques avérés comme la conjuration de Cadoudal (1804)  ou l’enlèvement de Clément de Ris (1800) et le procès qui s’en suivit. C’est d’autant plus passionnant!

Le dernier mystère est celui de l’édition, qu’est-ce qui réunit Une Ténébreuse Affaire et Melmoth réconcilié dans un même volume?

Melmoth réconcilié – Honoré de Balzac

LECTURE COMMUNE : BALZAC

En compagnie de Maggie et de Cléanthe, et peut être d’autres blogueuses, je poursuis l’exploration des nouvelles de Balzac après l’Auberge Rouge, l’Elixir de Vie, le Bal de Sceaux, le Colonel Chabert et la Vendetta. les écrits de Balzac sont si vastes que la lecture commune est un bon moyen de se lancer. 

Melmoth pourrait trouver sa place dans mon classement mental auprès de l’Elixir de Vie, de l’Auberge Rouge, El Verdugo et la Vendetta, dans un registre fantastique, presque romantique, avec des apparitions surnaturelles alors qu’avant de me lancer dans cette aventure, j’avais plutôt l’idée préconçue d’un auteur décrivant avec réalisme les rouages de la société du début du 19ème siècle

Ces apparitions sont d’autant plus surprenante que le récit se place d’abord sur un terrain très prosaïque.  Le héros Castanier est caissier dans la banque Nucingen ; décoré de la Légion d’Honneur, ancien chef d’escadron sous l’Empereur ; on imagine le caissier à longueur de journée enfermé dans sa loge grillagée.

Si le caissier a de l’imagination, si le caissier a des passions, ou si le caissier le plus parfait aime sa femme, et que cette femme s’ennuie, ait de l’ambition ou simplement de la vanité, le caissier se dissout. Fouillez l’histoire de la caisse? Vous ne citerez pas un seul exemple du caissier parvenant à ce qu’on nomme une position….

Mais qui manipule tant d’argent peut avoir des tentations

…notre civilisation qui, depuis 1815, a remplacé le principe Honneur par le principe Argent

L’action commence justement au moment où Castanier s’apprête à céder l la tentation de commettre un faux, puiser dans la caisse et  s’enfuir. Surgit alors John Melmoth, un Anglais mystérieux. Ce curieux personnage semble suivre ou précéder Castanier, deviner ses pensées, l’accompagner. Melmoth représente-t-il le Diable ou la Conscience de Castanier? Va-t-il faciliter sa fuite à l’étranger ou au contraire le forcer à réparer la faute? Pendant un bon moment la lectrice hésite entre ces deux idées (je ne vous donne pas la solution, ce serait gâcher le plaisir de lire!

Schütte

Pendant plusieurs pages, l’auteur laisse le lecteur dans l’expectative et en profite pour présenter d’autres aspects de la vie parisienne, les femmes entretenues, le théâtre…certains détails nous font basculer dans le fantastique, désorientent un peu le lecteur, mais pas trop.

Tout s’emballe vers la fin, Castanier se métamorphose. L’étrange colonise le roman comme

Les sciences furent pour Castanier ce qu’est un logogriphe pour celui qui en sait le mot

Qu’est ce que ce « logogriphe« ?

Brusquement on quitte l’univers de la Comédie Humaine pour Faust. Mais Faust chez les banquiers, à la Bourse. Je vous laisse découvrir la fin délirante ironique et drôle.

Evidemment un indice est donné par le choix du titre Melmoth est  sans doute inspiré de Melmoth ou l’Homme Errant de Charles Robert Maturin, roman gothique anglais paru en 1820. Quand j’ai lu la nouvelle de Balzac, je l’ignorais; peut être une certaine naïveté (ignorance) augment l’effet de surprise?

 

 

Ellis Island – Georges Perec

Ouvert en 1892, le centre d’accueil d’Ellis Island marque la fin d’une émigration quasi sauvage et l’avènement d’une émigration officialisée, institutionnalisée et, pour dire, industrielle. De 1892 à 1924, près de seize millions de personnes passeront par Ellis Island, à raison de cinq ou dix mille par jour. La plupart n’y séjourneront  que quelques heures ; deux à trois pour cent seulement seront refoulés. En somme, Ellis Island ne sera rine d’autre qu’une usine à fabriquer des émigrants en immigrants, une usine à l’américaine, aussi efficace qu’une charcuterie à Chicago : à un  bout de la chaîne, on met un Irlandais, un Juif d’Ukraine ou un  Italien des Pouilles, à l’autre bout – après inspection des yeux, inspection des poches, vaccination, désinfection – il en sort un Américain.

Quelle est donc la blogueuse qui a commis un billet sur ce livre?

Dès que j’ai terminé de le lire, j’ai commenté : IL ME LE FAUT! et je l’ai téléchargé immédiatement.

D’où est venu cette urgence?

A cause du sujet, je suis sensible aux migrations, c’est encore un sujet d’actualité. A cause de Pérec que j’ai lu autrefois et beaucoup aimé, et de Bober. Ils me semblent très proches.

J’ai lu ce court texte (74 pages) d’un souffle, une soirée, sans une pause.

Émotion pure.

 

Les NABIS et le DECOR, Musée du Luxembourg

Exposition temporaire du 13/03/19 au 30/06/2019 

Vuillard : Jardins publics (détail)

Les collections permanentes du Musée d’Orsay sont riches en Vuillard, Bonnard et Maurice Denis, nous avons vu récemment l’exposition autour du Talisman de Sérusier 

Ker-Xavier Roussel : La Terrasse

Je ne pensais pas être aussi agréablement surprise par tant de nouveauté! Le projecteur éclaire un aspect original de leur production : Le Décor. Comme dans l’exposition Mucha la frontière entre Beaux Arts et Arts Décoratifs se trouve effacée. Encore une autre exposition-parente récente, celle du Japonisme qui trouve un écho!

Maurice Denis : Juillet

Il faut imaginer les tableaux présentés non pas séparément, mais comme faisant l’objet d’une commande afin de décorer l’intérieur d’un appartement ou d’un hôtel particulier dans les plus grandes œuvres comme La Légende de Saint Hubert par Maurice Denis ou l’ensemble monumental pour Bing par Ranson. 

Bonnard : le Grand jardin

On entre dans l’exposition par l’illustration des Femmes au Jardin avec la série des Jardins Publics de Vuillard qui m’a énormément plu! En face je découvre un Maurice Denis plus intime – inspiré par l’amour de sa fiancée – qui a peint sur le thème des saisons de petits panneaux colorés très séduisants, conçus pour le décor d’une chambre de jeune fille (celui que j’ai préféré : Avril ne doit pas être pris en photo) .

Bonnard : femme robe à pois blanc – femme avec un chat

Bonnard a peint des jeunes femmes associées à des arabesques, des motifs végétaux et des animaux avec la série de grands tableau autour de la cueillette  des pommes et du grand jardin mais aussi des longs panneaux verticaux (qui m’ont rappelé l’esthétique de Mucha).

Vuillard détail

Vuillard a aussi excellé dans les décors d’intérieur où il a restitué avec tous les détails possibles l’atmosphère d’une bibliothèque ou celle d’un salon féminin où l’on joue du piano ou on se livre aux ouvrages de dame. Papier peint fleuri, robe fleuries, détails des motifs du tapis et comme éclairage un volumineux bouquet de fleurs blanches en ombelles posé sur le piano….

Vuillard (détail)

Le troisième thème abordé est celui de l’Art Nouveau dans ses applications décoratives : abat-jours peints, paravent (de Marguerite Sérusier), papiers- peints de Maurice Denis… cartons pour des vitraux et même tapisseries (Maillol et Ranson) et même marqueterie(Ranson).

Paravent de Marguerite Sérusier

Enfin, on retourne au symbolisme avec les Rites Sacrés : Sérusier s’inspire de la forêt avec Le Rendez-vous des Fées et la grande composition de La Légende de Saint Hubert de Maurice Denis (pas trop à mon goût).

Sérusier : la Vision près du torrent ou le Rendez-vous des fées

Ces Nabis ont su me surprendre! Quel bonheur!

San Perdido – David Zukerman –

LECTURE AMÉRIQUE CENTRALE (Panama)

« ….Cela tient essentiellement à la ville de San Perdido encore pleine de l’atmosphère des Caraïbes, mélangeant les cultures anciennes de la côte, le métissage de ses habitants et le progrès naissant. Il n’y a pas si longtemps, Port Sangre n’était qu’un petit port de pêche où commerçaient les Kunas et que les pirates avaient fréquenté jusqu’au XVIIIème siècle. Son histoire est encore empreinte de l’esclavage, des envahisseurs espagnols ou anglais, de la révolte des Cimarrons, de la contrebande et du marché noir….. »

J’ai cherché des lectures pour accompagner le voyage au Costa Rica, en vain. San Perdido, se déroule au Panama voisin, sur la Côte Caraïbe, j’espérais retrouver une atmosphère  tropicale. J’ai été servie, exotisme garanti! Cherchant un éventuel traducteur, je découvre que David Zukerman est natif de Créteil et que le roman fait partie du lot de la Rentrée littéraire de janvier 2019!

C’est un roman d’aventures (c’est  trop rare pour un roman français) avec de l’action, un héros justicier magnifique noir aux yeux turquoise. Un roman touffu qui commence sur une décharge d’ordure avec des misérables chiffonniers, qui continue dans le luxe du palais du gouverneur, sur les docks du port, dans une maison close très select….et même dans la jungle. Allusions à la construction du Canal de Panama, à une révolte d’esclaves au 16ème siècle. Trafics et contrebande….De nombreux personnages très variés et inattendus. Il faut être attentif parce que, d’un paragraphe au suivant, on change de personnage, et parfois d’époque.  Je me laisse entraîner avec grand plaisir dans l’intrigue d’un roman noir.

Seul bémol, peut-être, le côté macho. Les hommes ont des rôles variés, des professions, des caractères, tandis que les femmes – très belles, forcément – sont presque toutes des putains, sauf Felicia, figure maternelle même si elle n’a pas porté d’enfant. Toutes  métisses à la peau parfaite, aux fesses rebondies, aux cuisses de gazelle…qui savent tirer parti de leur beauté. Et les moches? Peut être le machisme fait partie de la couleur locale?

Balade en Pays de Gondoire et de Marne, autour de Bussy-Saint Georges en passant par le Parc de Rentilly

BALADES EN ÎLE DE FRANCE

les pommiers du Mail du Promeneur

J’ai découvert les ruisseaux de  la Gondoire et de la Brosse cet automne dans une promenade au départ du château de Rentilly  Je m’étais promis d’y retourner pour une randonnée que j’ai trouvée dans  l’excellent site de Visorando.  Bravo à l’auteur du topo-guide que j’ai suivi pas à pas en toute confiance!

C’est une grande boucle de 20 km au départ du parking en face de la grille du Château de Rentilly si on est motorisé, ou de la Gare du RER A de Bussy-Saint-Georges si on préfère les transports en commun. Randonnée très variée : urbaine (ou péri-urbaine, nouvelle expression à la mode), campagne, villages ou parc. Cette variété de paysage en est d’ailleurs le charme essentiel.

L’église de Bussy

De la Gare, on sort de la tranchée du RER dans une ville nouvelle, faisant partie depuis 1985 de Marne-la-Vallée, constructions de petits immeubles autour d’une place carrée, puis de quartiers quadrillés s’allongeant le long de la ligne du métro. Des pièces d’eau longs bassins rectangulaires aèrent le bâti qui me semblait dense sur le plan. Je marche sur une longue promenade plantée, découvre au détour d’un étang la silhouette d’une église contemporaine puis arrive à l’Esplanade des religions : alignés en face d’un parc avec des équipements sportifs la synagogue (qui ressemble à un algéco – aucun intérêt architectural.

grande salle et énorme boudha blanc en jade de Birmanie

Au temple bouddhique Ch’an Fa Hua de Fo Guang, j’ai été très bien accueillie. Deux dames m’ont promenée dans les vastes salles du complexes et j’ai été surprise par le dépouillement et la modernité du décor, aucune « chinoiserie » de pacotille rappelant l’Asie, un calme appelant la sérénité.

Avec mon groupe de randonneuses nous y sommes passées dimanche 5 mai (javais pris rendez vous) La fête de la naissance du Bouddha a réuni une assistance nombreuse colorée qui se présentait avec des offrandes et de très beaux costumes, nous avons vu se préparer un défilé dans la ville avec dragons et costumes. C’était une expérience très joyeuse.

Le temple accueille aussi des artistes dans une galerie. Une aquarelliste chinoise présente des tableaux et des calligraphies « impressionnistes »

Un autre temple, laosien, se trouve de l’autre côté du parking. Excellent accueil également à la Mosquée Tawba, ou plutôt au salon de thé qui est accolé: la Mosquée étant en travaux, on ne peut pas la visiter.

Mosquée Tawba

Cet esplanade des religions a su gagner la sympathie de la laïcarde que je suis. Ainsi vit-on en France en 2019, multiculturelle, et moderne. Bussy n’est pas tout à fait une ville-dortoir, elle a une âme, semble-t-il. J’y ai vu des restaurants divers et variés, j’aurais aimé croiser des théâtres et des cinémas, mais peut-être existent-ils ailleurs que sur mon itinéraire.

Après la Mosquée, j’emprunte le Mail du Promeneur : vaste promenade plantée d’arbres en fleurs. A mon premier passage,  les cerisiers blancs étaient splendides,  au second les pommiers ont pris le relais tandis que les pétales blancs volettent au vent. Selon mon plan, je suis bien encore dans la ville mais les quartiers sont composés de pavillons bien cachés dans les jardins fleuris. J’arrive à une sorte de parc avec une pièce d’eau : la Petite Jonchère dont le toponyme ne vient pas des joncs mais du nom d’une très grosse ferme qui abrite maintenant Cuir Center.

la Gondoire

Enfin, je rejoins le ruisseau : la Gondoire qui a creusé son lit en boucles serrées et que je vais suivre à travers Conches-sur-Gondoire, composé de maisons individuelles et que je traverse pour me rendre à Guermantes dont le nom proustien me fait rêver. Guermantes s’est bien urbanisée mais a gardé un centre du village charmant avec une petite église, des maisons anciennes et des vieux murs.

la petite église de Guermantes

Quittant la Gondoire à Gouvernes, j’aperçois le grand château de Guermantes au bout d’une allée entre une double rangée de grands peuplier et je trouve la Brosse dans un petit bois pour arriver à l’étang de la Loye. 

Le château de Rentilly est un centre culturel spécialisé dans l’Art contemporain, il a disparu sous un revêtement métallisé qui reflète les bassins et le parc. Des arbres spectaculaires : Séquoia, platanes atteignent des proportions gigantesques.

Parc de Rentilly : platane

Pour retourner à Bussy-Saint-Georges, le sentier passe par un paysage de champs ouverts, blé, colza…Après l’étang de la Brosse je traverse un parc équipé de curieux équipements permettant de pratiquer un sport que je ne connaissais pas le disc golf . On lance un disque plat dans des but enchaînés, hybride du golf et du frisbee.

Enfin je longe le RER et retrouve la ville.