L’Homme du Lac – Arnaldur Indridason

LIRE POUR L’ISLANDE

kleifarvatn sous la tempête

Sur les conseils d’Aifelle, de Maeve et d’autres, j’ai fait connaissance avec Erlendur, le commissaire tenace qui tente de redonner identité aux disparus et reconstituer les circonstance de la disparition. J’ai été conquise par La femme en vert que j’ai dévoré.

Quand j’ai appris que les ossements avaient été retrouvés dans le lac de Kleifarvatn que nous avons visité le dernier jour de notre voyage, je me suis précipitée. Il faut dire que nous étions passées dans une atmosphère d’Apocalypse, par une froide journée, alors que l’ouragan Dorian – reclassé tempête tropicale – sévissait sur la péninsule de Reykjanes , avec paquets de pluie et rafales, les fumerolles de la géothermie et les vapeurs méphitiques proches, et pour rajouter à l’ambiance, un rallye de jeeps et quads grondant sur la route 934!

Le lac sert de décor à l’introduction et à la conclusion du livre. J’aurais aimé en apprendre plus sur ces vidanges aléatoires.

L’auteur m’a fait découvrir un pan de l’histoire islandaise contemporaine. Pendant la Guerre Froide, les Américains et l’OTAN disposaient de bases militaires à Keflavik entre autres. Plus qu’un polar, c’est un roman d’espionnage! Tous les Islandais n’étaient pas partisans des Américains. Il y avait aussi des socialistes ou communistes qui regardaient vers l’Est et qui étudiaient à Leipzig….

Pour ne pas spoiler, je conclue : j’ai bien aimé le côté historique même si l’intrigue m’a moins scotchée  la femme en vert