Le Caire : musée, des clés pour comprendre

PREMIER VOYAGE EN EGYPTE 2002

 

egypte2002nil0001.1291481866.JPG


8H 30 réveil sous un ciel nuageux.
Petit déjeuner dans la salle à manger monumentale un peu défraîchie. Le buffet offre des viennoiseries, des omelettes, de la purée des falafels et des vermicelles indéfinissables.

9h30 : notre guide ’est une vieille dame vêtue d’un ensemble en laine grise, jupe longue, gilet et turban de laine. Cette tenue vestimentaire m’inquiète , j’ai seulement sur moi la chemise GAP en jeans sur une chemisette;. Est ce que cela suffira ? Zeinab parle un français parfait, appris au couvent, avec le même accent que les cousines.

Musée

Notre taxi est un microbus.Pour arriver au Musée dans le trafic c’est aussi long qu’à pied. Notre guide  court-circuite les queues aux tickets et à la consigne.Nous passons devant tout le monde (non sans entendre des réflexions peu amènes de ceux qui attendent dans la file).

Devant le Musée, les inévitables japonais, mais aussi de nombreux étudiants égyptiens avec de très gros blocs à dessin.

 

Présentation  de Mariette Pacha puis arrêt devant un bassin contenant un buisson de papyrus et des nénuphars, plantes symbolisant la haute et la Basse Égypte.

Dès l’entrée, une impression de manque de place évident. Les plus belles statues sont les unes contre les autres. Pas de recul pour les mettre en valeur.

Les clés pour comprendre
Zeinab récapitule en trois heures toute l’histoire des pharaons.
Chronologiquement, en premier: la stèle de Narmer. puis les pharaons des Pyramides Djoser en calcaire blanc, Chéops, Képhren en pierre dure noire surmonté d’Horus et Mykérinos

egypte2002musee.1291481773.JPG

Zeinab nous donne donc les clés  :
– la position des pieds du Pharaon, vivant: en marche; mort en Osiris, les pieds joints
– la barbe postiche, carrée de son vivant, recourbée, mort.
– Le terme Osiris remplace notre français « feu ».
–  reconnaître les hommes des femmes à la couleur, les hommes sont bronzés, les femmes pas.

Récapitulation des principales divinités, un truc pour ne pas confondre Anubis le chacal et l’animal séthien : regarder les oreilles coupées perpendiculairement de l’animal séthien.
Les scènes familiales sont pleines de tendresse.

Moyen Empire: une tête de Sésostris.

Le Nouvel Empire est peuplé de personnages que j’ai rencontrés dans la littérature.

La grand  Reine Hatcheptsout est une figure légendaire. Zeinab raconte de manière très vivante : Comment s’affirmer comme pharaon ? En revêtant la barbe postiche et en s’habillant en homme.

Au fond d’une salle, deux statues colossales Aménophis III et la Reine Tyi – couple  anticonformiste-  représentés de la même taille. le pharaon avait épousé une syrienne qui avait apporté le monothéisme. Cette religion était restée dans le cercle familial, tandis que leur fils Akhenaton et sa femme Néfertiti ont voulu l étendre à toute l’Egypte. Une révolution artistique double la révolution religieuse: l’esthétique réaliste peut être interprétée par la relation d’Akhenaton avec la divinité unique : Akhenaton n’étant plus qu’un homme, plus besoin de le déifier ou de l’idéaliser comme les autres pharaons.

Toutankhamon: un demi- étage est consacré au  trésor et au mobilier trouvé dans son tombeau. Quatre chapelles d’or, grands coffres finement ouvragés, s’emboîtent les uns dans les autres, pour une fois, la présentation est astucieuse: une vitre réfléchit la chapelle suivante, Isis et Nephtys, ailes déployées protègent le pharaon. Ce n’est pas la richesse de tous ces ors qui m’impressionne mais plutôt la finesse des orfèvres.

la salle des bijoux .Au centre, le masque fameux, autour, les parures, ce sont elles qui me plaisent le plus : finesse des émaux cloisonnés, des yeux incrustés du cobra et du vautour (symboles de la haute et de la Basse Egypte) . le vautour, avec toutes ses plumes émaillées bleu turquoise, orange cornaline et or m’a surtout impressionnée .Ces motifs se retrouvent sur les pectoraux, les bijoux. Nous sommes éblouies.

Nous admirons aussi le mobilier, trône incrusté avec son marchepied, lit au sommier de palmier tressé, sièges pliants, personnages qui lui servent de serviteurs .A la fin nous n’arrivons plus à nous concentrer.
L’horaire retardé  du vol de Nouvelles Frontières  nous avait supprimé la première après midi de découverte libre du Caire et modifié notre programme de visites. Finalement, un point positif, cette première visite est l’introduction idéale à notre voyage. En trois heures, Zeinab, très pédagogue, a réussi à mettre en place toutes les notions fondamentales : la chronologie des Empires et des figures principales des pharaons, les symboles de la royauté, les analogies avec l’Egypte actuelle quand elle nous présente un personnage assis de l’Ancien Empire comme le modèle de l’Egyptien moderne avec sa petite moustache, son collier bleu.

J’avais pourtant bien préparé ce voyage par une bibliographie monstre. La visite au Musée donne des images là où je n’avais lu que des chronologies indigestes. Les personnages ont maintenant des visages, les présentations sommaires  faites, nous pourrons voir les sites !

Auteur : Miriam Panigel

professeur, voyageuse, blogueuse, et bien sûr grande lectrice

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s