Quiberon : côte sauvage

CARNET DU MORBIHAN

 

Les yuccas fleurissent à la Toussaint à Quiberon


Sous un soleil un peu voilé, la rando  commence à Penthièvre : le GR34 traverse un petit bois de cyprès devant un hôtel blanc Belle Epoque, grande véranda.GR et piste cyclable font chemin commun, je descends sur l’estran à marée descendante. Le sable mouillé est constellé de petites méduses roses, les unes simples disques avec une croix rose, les autres plus grands avec des filaments roses pendant sous l’ombelle.

Derrière moi, un souffle court: un militaire grisonnant court en tenue de combat, suivi par un jeune  portant fusil mitrailleur et  sac à dos très volumineux.Le chef me salue, le jeune est hors de souffle. L’écart se creuse entre l’homme qui ne porte rien et celui qui est chargé. J’avais oublié que le Fort de Penthièvre, Musée militaire est aussi un fort encore actif.

La presqu’île de Quiberon est reliée à Penthièvre par un fin cordon occupé par la voie ferrée et la route que je traverse pour contourner le hameau de Kerhostin côté Golfe de Quiberon. Autant les vagues rugissaient sur la côte tournée vers l’océan, autant l’eau est calme comme un lac et transparente. Le sentier côtier cimenté court parmi d’agréables villas fleuries de yuccas.Il emprunte les rues tranquilles de Kerhostin,  coquettes maisons bretonnes crépies de blanc avec portes et fenêtres bleues, une petite place tranquille, des hortensias…on traverse l’axe routier et rejoint l’autre bord le long d’une plage jusqu’au petit port tranquille de Portivy.

côte sauvage

J’aborde la côte sauvage avec la Pointe Beg an Aud, côte très déchiquetée, rochers de granite clair battus par l’écume des vagues qui se brisent très haut.

Le sentier littoral a été aménagé, canalisé par des fils de fer qui empêche de s’approcher du bord. Des écriteaux expliquent que des travaux sont en cours pour restaurer le couvert végétal et qu’en respectant le cheminement les promeneurs contribuent à cette restauration. Les travaux sont en effet de grande ampleur : on a étendu des tapis de 1.50 m x 4m environ d’une sorte de toile de jute à large maille, presque un filet. Ce tapis piège la terre végétale et de minuscules fleurettes roses ressemblant à des scabieuses sont en fleurs. Par endroit on a construit de petites terrasses consolidées avec des courts piquets et des branchages souples comme de l’osier. Ces surfaces aménagées contrastent avec les zones de granite nu se délitant en arène granitique. Dans une de ces zones pelées on signale que les oiseaux ont coutume de faire leurs nids en saison et on demande aux propriétaires des chiens d’attacher leur animal. Intérieurement je peste qu’on ait tracé le sentier littoral si loin du bord, au lieu de l’ancien chemin en balcon une large piste se déroule à une douzaine de mètres au moins du bord. Prudence ou aménagement du couvert végétal ? Ces aménagements se déroulent sur un très long parcours. Quel travail ! Je m’interroge sur la raison d’un tel investissement. Est-ce  pour l’agrément des promeneurs qui circulent dans une « pelouse » ? Où est-ce pour ralentir l’érosion ? Les oiseaux et les autres animaux trouveront-ils  leur compte ? Autant sur la dune, la fixation végétale de la dune est impérative pour la protection aussi bien de la ligne de côte que pour la protection des parcelles et des maisons à l’arrière, autant sur le granite cela parait plus mystérieux. Le piétinement contenu, la végétation semble très bien se porter. Je note de nombreuses espèces comme le fenouil sauvage, la moutarde ou est-ce de la roquette ? (je m’emmêle dans les brassicacées), fausse oseille, mousse et chiendent. Sur les tapis de jute a-t-on semé, repiqué ?

Tout en ruminant ces pensées, je progresse sur la côte sauvage, m’arrêtant pour prendre photo sur photo chaque fois que les vagues viennent se briser en écume, spectacle qui me fascine.

côte sauvage

Nous avons déjeuné en regardant évoluer les surfeurs sur ces grosses vagues. La plupart du temps ils restent allongés sur leur planche et doivent déjà être contents de s’y maintenir. Rares sont ceux qui selèvent et glissent sur un rouleau particulièrement impressionnant. Sur tout le lot de surfeurs deux seulement ont essayé et ils n’ont réussi qu’à de rares  occasions.  Ce sport reste pour moi bien mystérieux.

 

Auteur : Miriam Panigel

professeur, voyageuse, blogueuse, et bien sûr grande lectrice

Une réflexion sur « Quiberon : côte sauvage »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s