Carnac : Saint Cornelly, plages et alignements

CARNET DU MORBIHAN

 

 

Alignements


Le bourg de Carnac est animé et joli : l’Office de Tourisme occupe une sorte de halle  de granite et bois qu’il faut contourner pour aller à l’église Saint Cornely. Selon la légende locale de Saint Cornely, ce dernier  devenu le pape Corneille, patron des bêtes à corne,  préféra intégrer les traditions locales. On  raconte que d’un signe de croix il pétrifia les soldats romains qui le poursuivaient : devenus les alignements de menhirs.  L’entrée de l’église est surmontée d’un curieux baldaquin sorte de volutes de granite formant une sorte de couronne datant de 1789. L’intérieur réserve une surprise : les plafonds de bois sont peints de larges tableaux colorés (la lumière se déclenche près du bénitier). Plusieurs retables peints. Une belle visite.

Le sable de la Grande Plage est très fin. Des enfants bottés jouent au cerf volant. Puis les petites criques se succèdent, une pointe plus sauvage est plantée d’ajoncs et de prunelliers.

Pique-nique sur la dernière plage à la pointe du Pô sur des rochers sous l’œil attentif d’une jolie petite mouette à pattes et bec rouge. Au menu, des pinces de crabe, bulots et des biscuits bretons accompagnés du thé brûlant de la thermos.

Le Musée de la Préhistoire de Carnac organise tous les jours des animations : à 14heure une promenade accompagnée permet de découvrir l’essentiel des sites de Carnac.

Elle commence au tumulus Saint Michel ( butte coiffée de la chapelle saint Michel). Ce tumulus long de 120 m coiffe une éminence. Le guide rappelle qu’un tumulus est une tombe fermée à usage unique.

Court rappel de vocabulaire : différence entre tumulus (tomber fermée) cairn (tas de pierres, ouvert sur l’extérieur, et tertre recouvert de terre. Carnac doit son nom justement à ces pierres, Cairn et Carnac ayant la même origine.

Au Néolithique la région était beaucoup moins boisée qu’actuellement (données de la palynologie). Du sommet du tumulus on pouvait voir tous les alignements de menhirs. Au dessus de la chambre (un dolmen) une couche argileuse maintenait l’étanchéité puis une énorme quantité de pierre sèche formait une butte à degrés (comme à Gavrinis). On ne visite plus la chambre, la couche argileuse ayant été endommagée pendant les fouilles. Les premières gouttes de pluie tombent et ne semblent gêner aucunement mes compagnons de promenade bretons.

Un sentier s’engage dans une forêt de chênes et résineux.

A une fontaine coiffée d’un fronton classique, le guide raconte une pittoresque légende. Si on a été victime d’un vol il suffit de venir un lundi, à jeun muni d’un quignon de pain dur et de prononcer les noms des voleurs présumés. Si le pain coule, le voleur est identifié. Le sentier creux est bordé de grosses pierres moussues avec des fougères. La promenade serait délicieuse sans la pluie, je revêts ma cape de pluie.

Les premiers alignements sont spectaculaires : onze rangées sur un kilomètre de long, curieusement ordonnés par ordre de taille décroissant, les plus hauts vers l’ouest. A proximité se trouve un affleurement de granite en place : les hommes du Néolithique n’avaient pas à chercher bien loin ni à tailler les blocs débités selon  les diaclases. Mais toutes les hypothèses d’orientation supposent que les menhirs soient bien en place, ce qui est loin d’être évident : depuis la fin du XVIIIème siècle les restaurations ont été nombreuses et les archéologues ne se sont pas privés de remonter les blocs écroulés et même de les réaligner. Il faut donc savoir s’ils sont bien remonter. Pour cela, il faut se fier aux figures d’érosion : les rigoles verticales selon  le ruissellement.  Un menhir couché présenterait des rigoles horizontales.

Sous la pluie battante, nous allons voir les autres alignements, sans nous y arrêter. Les petits moutons noirs d’Ouessant sont chargés du désherbage. Au bout d’un alignement, une enceinte de dalles jointive fait presque le tour d’un hameau. Et chaque fois, toujours la même question fuse : Cela servait à quoi ? Notre guide nous promet la réponse pour la fin de la visite.

Cette réponse est simple : on n’en sait rien.

Les hypothèses sont nombreuses et certaines farfelues.

Considérant l’alignement  et l’enceinte, il est venu à certains une comparaison entre le chœur et la nef : hypothèse religieuse, dans l’enceinte se trouveraient des initiés ou des prêtres tandis que la foule viendrait en procession par l’alignement.

L’hypothèse astronomique a été en vogue. Moins maintenant, puisqu’ qu’on considère que certains menhirs ont été volontairement remontés aussi parce que les lignes suivent davantage le relief qu’une direction astronomique.

Puis viennent des considérations de prestige : ils témoigneraient d’une population riche et puissante. Enfin des analogies avec Méduse qui pétrifierait d’un regard, pourquoi pas l’armée romaine de saint Cornely ?

Enfin, des comparaisons encore plus extravagantes avec New York, Troie toutes villes situées près de la mer….

J’ai donc peu appris sur les menhirs eux-mêmes! Nous avons fait une balade intéressante dans la campagne, sous la pluie et en bonne compagnie.

Auteur : Miriam Panigel

professeur, voyageuse, blogueuse, et bien sûr grande lectrice

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s