Frida Kalho et Diego Rivera – l’Art en fusion à l’Orangerie

 

Les personnages sont célèbres, personnalités passionnantes et passionnées! Et je n’étais pas seule dans la queue pour l’exposition.

 

 

 

Chronologie oblige, on fait d’abord connaissance avec  Diego Rivera en Europe au début du 20ème  siècle – influence de Picasso – Diego Rivera cubiste,  toujours figuratif et mexicain (Paysage zappatiste). Le magnifique tableau de Tolède   me fait penser à Martiros Saryan vu à Erevan.

Une petite salle présente des dessins et de magnifiques photos. Je  regrette que dans la revue de Connaissance des Arts que j’ai achetée ne figure pas celle où Frida Kalho de profil se regarde de face dans un miroir – ma préférée!

Dans la grande salle, les œuvres des deux artistes sont accrochées, encadrées par les reproductions des fresques monumentales. On passe de l’un à l’autre à plusieurs reprises. C’est sans doute cela : l’Art en Fusion, artistes complémentaires mais différents. Monumental, serein, politique pour Diego. Intimiste, souffrant, pour Frida. Frida en madone hiératique mais stérile,  ou en Saint Sébastien percée de clous à la colonne brisée, presque surréaliste, Peinture presque naïve évoquant les ex-votos…

Mention spéciale pour l’audio-guide qui est vraiment très intéressant!

A la librairie de l’exposition plusieurs biographies de Frida Kalho sont disponibles . Laquelle choisir?

Auteur : Miriam Panigel

professeur, voyageuse, blogueuse, et bien sûr grande lectrice

7 réflexions sur « Frida Kalho et Diego Rivera – l’Art en fusion à l’Orangerie »

  1. Je n’achète plus guère de revues en sortant d’une expo, il n’y a jamais ce que j’aimerais y trouver ! A part le catalogue, rien n’est satisfaisant (et les catalogues sont chers !). En tout cas, ça a l’air d’être une belle expo.

    J'aime

  2. Bonjour Miriam, l’expo a l’air en effet intéressante, mais il semble que les queues soient conséquentes avant de pouvoir entrer. Cela me refroidit un peu. Bonne journée.

    J'aime

  3. Mais pourquoi faire la queue alors qu’il s’agit tout simplement d’acheter ses billets pour avoir un coupe-file! c’est bizarre! j’ai remarqué que beaucoup de parisiens préfèrent faire la queue?

    J’ai beaucoup aimé la biographie de Le Clezio : Frida et Diego (Folio). Oui, une belle exposition. c’est celle que j’ai choisie pour Glaz. (avec les Kanak)

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s