Butrint

CARNET DES BALKANS / ALBANIE 

Butrint presqu’île verdoyante entre mer ionienne et lac

Nous arrivons trop tôt à Saranda,  la chambre n‘est pas prête.

Nous filons donc à Butrint, à 17km au sud. La route passe entre une colline et le lac où on élève moules ou huitres( ?).

11h est la pire heure pour arriver à Butrint  qui est le site le plus fréquenté d’Albanie. Les touristes viennent aussi  de Corfou, ou de bateau de croisière.

La tour Vénitienne à l’entrée du site

Je me faisais une joie de flâner sur la presqu’île verdoyante, d’évoquer le souvenir d’Enée ou d’Andromaque, ou du Normand Guiscard.

Malheureusement, je dois subir  le groupe francophone  dont le guide n’arrive pas à se faire entendre entre plaisanteries gauloises ou séniles

-« je préfère Parkinson à Alzheimer, je préfère renverser mon pastis que d’oublier de le boire… »

me voici loin de Racine ou de Virgile !  De très vieilles dames peinent sur le sentier

« dans le catalogue, on n’avait pas demandé d’être en bonne condition physique… »

Le guide germanophone tonitruant a sa  manière de chasser l’intruse (moi) qui essaie d’accéder aux explications en anglais. Il se plante devant le panneau. Je pourrais l’écouter mais les Allemands font photos sur photos, de vrais Japonais ! Troisième groupe – anglophone – avec une guide charmante qui brandit un drapeau albanais.

Si je veux faire des photos sans figurants, il me faut ruser entre ces trois groupes. Bouleversant ainsi la chronologie du parcours.

On reconnait les différentes époques aux matériaux employés, grosses roches polygonales pour la Grèce archaïque(6ème siècle av JC)belle pierre  de taille calcaire claire pour la période classique ou hellénistique, mélange brique et petits moellons , romain puis byzantin. Normands et Vénitiens utilisaient la pierre bien taillée.

Dans le Parc National de Butrint, les végétaux sont étiquetés. J’apprends enfin le nom latin de l’arbre de Judée : Cercis siliquastrum.

Le petit théâtre grec est bien conservé mais les Allemands me dissuadent d’y passer plus d’instant. Juste le temps de voir gravé sur ses murs les noms des esclaves affranchis. J’ai vu ces listes à Delphes autrefois. Les archéologues en apprennent beaucoup sur la démographie de même sur le statut d es femmes : habilitées à Butrint à libérer des esclaves.

Le Temple d’Asclépios (4ème siècle av. J.C.) est proche du théâtre mais plus difficile à reconnaitre ;

La ville romaine est plus facile à interpréter : thermes avec les hypocaustes, forum. Le gymnase a peut être été transformé en église.  On passe de Rome à Byzance insensiblement. Non loin du lac un le Palais triconque  occupe un vaste espace.

Baptistère

Le Baptistère rond est le monument emblématique de Butrint, photographié avec ses mosaïques sur les  dépliants et affiches., photographié vu du dessus. Latéralement, les mosaïques cachées, on distingue mal la structure circulaire, il me déçoit un peu.

La grande basilique chrétienne du 6ème siècle a perdu sa toiture mais a gardé des arches impressionnantes surtout si on les compare aux églises médiévales beaucoup plus petites.

Basilique byzantine

Une fontaine romaine a gardé ses mosaïques.

On suit ensuite les fortifications pour découvrir les portes de Butrint astucieusement construites afin qu’un minimum de défenseurs empêche les envahisseurs d’entrer : entrée très basse l’architrave forçait les guerriers à baisser la tête et interdisait toute intervention des cavaliers. La Porte du Lac est authentiquement hellénistique tandis que la Porte des Lions a été reconstruite au Moyen Age. Elle porte un bas-relief où un lion dévore une tête de taureau (Bos) rappelant la légende ayant donné son nom à Butrint, Buthrotum. Enée, voulant sacrifier un taureau aux dieux en mer, l’anikmal blessé serait venu mourir sur l’île. C’est là qu’Enée, aurait retrouvé les Troyens, Helenos ayant fondé la ville après la chute de Troie ;

Porte des lions

Un petit château se trouve sur l’acropole, on y a installé le musée. Vénitien ou Normand, ? il a été édifié en 1930 !

J’ai un peu bâclé cette visite dont j’attendais beaucoup à cause des groupes et de la chaleur. Nous savons pourtant d’expérience que les sites antiques se visitent tôt le matin !

c
Forteresse d’Ali Pacha

Il est temps de trouver une cantine ; Ce sera à Kasmil, petite station balnéaire proche du site, dans une pizzeria qui fait aussi pâtisserie. En fait les deux sont mitoyennes , nous avons préféré les tables de la pâtisserie et le patron de la pizzeria a servi le repas chez son voisin ce qui ne semble pas avoir causé de problème. Köfte et salade grecque.

Auteur : Miriam Panigel

professeur, voyageuse, blogueuse, et bien sûr grande lectrice

4 réflexions sur « Butrint »

  1. Ah le comportement des groupes ! une vraie plaie partout. Il y en a plein ma ville en ce moment et ça fait peur … (je plaisante, mais de tout même je me demande souvent pourquoi ces gens voyagent ?).

    J'aime

  2. Superbe site à découvrir ! hélas oui les groupes sont souvent pénibles; mais quelquefois si vous tombez sur un « à vocation culturelle » comme je l’ai fait, vous vous régalez !

    J'aime

    1. @Philfff : oui quand Clio est à l’horizon je traine pour avoir une visite guidée passionnante au risque de me faire traiter de « ventouse » comme une fois à Delphes amis c’est de moins en moins possible avec les micro et casques

      J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s