Don Salvatore – chapelain de Malte – MONSARRAT

LIRE POUR MALTE

Catacombes, abri anti-aérien à Rabat

Les lectures en relation avec Malte sont peu nombreuses. La Religion de Tim Willocks raconte le Grand Siège de 1565J’ai beaucoup aimé Malta Hanina de Daniel Rondeau. J’ai attendu un moment qu’arrive, par la Poste,  Don Salvatore, livre d’occasion que j’ai déniché un peu par hasard,  » achevé d’imprimé en 1974  » ce n’est pas une nouveauté. Je n’avais pas prévu qu’il serait un pavé de 425 grandes pages imprimées en petits caractères.

Don Salvatore est le curé des maltais réfugiés dans les catacombes de 1940 à 1942 sous les bombardements italiens puis allemands alors qu’un blocus affamait l’île de Malte. L’auteur , Nicholas Montsarrat , est un journaliste anglais, (1910- 1979) diplomate , romancier ayant écrit des livres sur la mer.

Je suis entrée avec peu d’enthousiasme dans ce livre de guerre, n’ayant que peu de goût pour les curés vertueux et exemplaires, les héros virils, aviateurs et marins, et un certain recul vis à vis des serviteurs de l’Empire britannique. Quoique, je suis fan de Durrell et  Fermor!

Et  je me suis laissée entraîner pour le plaisir de vivre Malte de l’intérieur. L’auteur nous conduit dans les ruelles de La Valette, au Palazzo Santo-Nobile où est né le héros, dans les 3 cités autour du Grand Port, à Sliema, dans la demeure bourgeoise de la famille de sa sœur et même à Gozo et Mdina. J’ai visité à Rabat des abris anti-aériens et j’ai eu plaisir à peupler de personnages ces catacombes.

L’histoire met en scène tous les acteurs de la société maltaise, aussi bien les aristocrates de la famille de Don Salvatore que le petit peuple, réfugié dans les catacombes ou pêcheurs, passeurs dans le port, conducteurs de qarrozzin, épiciers et contrebandiers actifs dans le marché noir, marins et aviateurs et même des traîtres, fidèles à l’Italie et à Mussolini comme le mari de la sœur du chapelain. Sous l’enfer des bombardement qui détruisent les maisons et les vaisseaux  du port, on assiste à des scènes tragiques,  souvent cocasses.

Don Salvatore, pour remonter le moral du peuple des  Catacombes, ne prêche pas l’Histoire Sainte, ne parle ni de l’enfer (ils le vivent suffisamment) ni même du paradis. Il raconte l’histoire de Malte:

« FAISONS à présent l’éloge des hommes illustres, commença-t-il dès qu’il eut fini ses brèves prières, et que fut venu le moment accoutumé à l’homélie… »

et en six « hexameron » Don Salvatore raconte les Phéniciens et Carthage, le passage de saint Paul à Malte, l’arrivée des Normands avec le comte Roger, le Grand Siège de 1565, Bonaparte et Nelson, comment Malte est devenue britannique …. occasion pour le lecteur d’apprendre l’histoire maltaise facile et distrayante. 

C’est donc une lecture que je recommanderais à chaque touriste en partance pour La Valette. Lecture édifiante? Peut être,  le chapelain a aussi ses doutes. Et puis Malte, c’est cela : fortifications et églises. Une histoire d’amour   allège les récits plombants des bombardements.

Auteur : Miriam Panigel

professeur, voyageuse, blogueuse, et bien sûr grande lectrice

Une réflexion sur « Don Salvatore – chapelain de Malte – MONSARRAT »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s