Chambre d’hôtes à El Aliya – Ghar Meleh

CARNET TUNISIEN DU NORD AU SUD

Les nuages très menaçants ne tardent pas à crever en une pluie désagréable.

Où déjeuner ? Au bord de la mer ? Nous guettons les gargotes. On mangerait bien des brochettes. Les maraichers ont dressé des pyramides de fenouils blanc nacré, ventrus vendus avec les fanes et des tours de carottes appétissantes habilement construites. Dans des seaux blancs en plastiques, des oranges et des mandarines.

Chambres d’hôtes Henchir Dherb

La ferme se trouve en pleine campagne sur une petite route goudronnée entre champs de fenouils à tous les stades du petit plant à la récolte. Un homme laboure, sa charrue est tirée par un cheval. Des femmes récoltent les olives vertes, violettes et noires. Malgré la pluie tout le monde travaille dehors. Un beau mur fleuri de bougainvillées annonce la résidence touristique. Nous reconnaissons la piscine, c’est bien là ! Deux jeunes filles chaussée d’élégantes bottes en caoutchouc fines, puis notre hôtesse, Leila nous conduisent dans une grande pièce où, dans une haute cheminée de marbre blanc sculptée, brûle une joyeuse flambée. La grande salle aux confortables canapés est ornée de tableaux peints par le mari de Leila. Peinture très colorée et très gaie.

Nous traversons un premier patio aux arcades grises et pavement de marbre (on pense au triclinium d’Utique) fleuri de jasmin et meublé rustiquement, paniers dd piments rouges, tresses d’ail….Pass2e une porte verte, on traverse une petite cour et après avoir poussé une lourde porte ancienne, nous découvrons notre chambre. Dominante bleue, bleu outremer et bleu clair sont réveillés par une frise de créneaux jaunes. La commode originale est patinée de bleue. D’équerre l’entrée est jaune soulignée d’une bande verticale bleue. La salle de bains possède également une belle porte et des placards de bois vert. Dans une niche, des nautiles et un coquillage nacré. Très bon goût, original. Une maison d’artistes.

Leila nous convie au thé dans le salon. Nous avalons d’abord en vitesse un œuf dur et un yaourt. Le thé aux pignons est délicieux. Leila nous conseille d’aller à la mer à Ghar Meleh. Il suffit de monter à El Aliya, le village le plus proche perché sur une colline, de tourner à droite en haut et de suivre la route qui traverse en zigzags la campagne et les villages. Dans le village suivant la rue est occupée par un marché de fruits et légumes : fenoiuls et carottes, petits pois, navets, choux fleurs, bien sûr oranges, mais aussi de grosses prunes violettes. Les étals des boucheries sont moins agréables à regarder, deux têtes de vaches sotnaccrochées ainsi que la toison d’un mouton maculée de sang, suspendue près des carcasses en plein air. Innombrables petites épiceries, une supérette, signe de modernité comme l’enseigne lumineuse clignotante du boulanger. Brusquement je découvre la mer à main droite derrière un rideau de roseaux, tranquille et plate comme un lac – c’est un lac que la route longe avant d’arriver à Ghar Meleh au soleil couchant qui dore les pierres du fort. Les troupes de Charles Quint débarquèrent en 1535. Au 18ème siècle c’était le port principale de la flotte corsaire. Le fort est une tour ronde entourée d’un bâtiment arrondi plus bas. Des hommes coupent des roseaux et lient de bottes. Côté lac il y a quelques  barques colorées, des filets et des pontons de bois.

Ghar el Melh : fort

Le restaurant Porto-Farina est fermé, Porto-Farina est l’autre nom de Ghar Meleh). Nous ne nous attardons pas. Il faut rentrer avant la nuit.

Dîner auprès du feu. La soupe nous réchauffe. Elle a un goût d’orange il y a même des filaments de zeste de citron râpé, lait ou pomme finement moulinées. Elle est veloutée, excellente et très originale. Une douzaine de petites sardines frites très fraîches, viennent justement de Ghar Meleh elles sont servies avec un piment rouge coupé dans le sens de la longueur et un quart de citron, véritable tableau ! Le risotto aux moules de Sfax est décoré d’un toupet de fenouil. Le riz fondant est recouvert d’un glacis de copeaux de parmesan. Le dessert est aussi joli que délicieux : une coupelle de grenades aux grains bien rouges sur de la chantilly colorée par des amandes grillées pilées.

Leila nous tient compagnie. Elle se désole que la Tunisie soit encore désertée par les touristes. Le tourisme de masse a frémi en 2017 mais elle vise une autre clientèle de voyageurs individuels. Ce n’est pas la politique de Trump qui va doper le tourisme ; Manifestations à Tunis ; A la télévision, un jeune chante des lamentations pour El Kuds.

 

 

 

 

 

Auteur : Miriam Panigel

professeur, voyageuse, blogueuse, et bien sûr grande lectrice

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s