Les ruines d’Utique

CARNET TUNISIEN DU NORD AU SUD

Tunis : Médina -Place du château

Une dernière fois, nous traversons la médina. Je remarque les gouttières vernissées vertes. Nous quittons Tunis sous les gouttes. Sous les arcades, un panneau m’amuse : « coopérative des fouleurs de chéchia ».  Le gardien du parking nous invite à faire des photos à l’intérieur du Palais Dar Hussein dans le beau patio carrelé décoré de colonnes blanches et de stucs. A l’arrière, il y a une cour plantée d’arbres. Dans la médina, le bâti est serré, on n’imagine pas comment la végétation peut s’inviter, au pied des gouttières, dans les patios bien cachés.

Tunis – dar Hussein

Le GPS a accepté Utique comme destination. Nous sortons donc de Tunis sans encombre, traversons des quartiers modernes passons dans Ariana qui semble être un satellite de Tunis, plus rien de charmant de ce que Flaubert a vu dans son Voyage à Carthage :

« Retourné à l’Ariana, charmante, délicieuse, enivrante chose. Les terrasses blanches des maisons à volets verts saillissent au milieu de la verdure, le tout est dominé, en échappée par les montagnes bleues : champs d’oliviers, caroubiers énormes, haies de nopals où les feuilles en vieillissant sont devenues des branches »

Quartiers neufs pimpants, immeubles déjà défraîchis, centres commerciaux, Carrefour, urbanisation 21ème siècle !

Enfin l’autoroute traverse une campagne hivernale où le blé d’hiver forme un tapis vert (quoique un peu clairsemé) ; les figuiers sont défeuillés. Sur les pentes des collines des oliviers ne paraissent pas irrigués, certains assoiffés. Les champs d’artichauts touffus s’étendent sur de larges surfaces, Roscoff est battu à plates coutures !

Utique : la maison des Cascades

A la sortie d’autoroute « Utique » rien n’indique le site archéologique. Nous demandons aux gens au bord de la route qui ne comprennent pas ce que l’on cherche. A l’entrée d’Utique dans une zone industrielle, le tenancier d’une gargote nous renvoie vers l’autoroute. Après un long trajet nous traversons un village, je demande à la pharmacienne – voilée yeux très charbonneux – qui, bien sûr connaît les ruines.

Les ruines d’Utique

Selon le Guide Bleu p.202 :

 « on peut admettre avec Pline l’ancien qu’Utique fut fondée par des Tyriens en 1101 av JC soit 287 abs avant Carthage[…]Alliée plutôt que vassale de Carthage elle participe aux luttes de Carthage contre les tyrans de Grande Grèce puis contre Rome puis fait une tentative de se rapprocher des romains. Assiégée par Hamilcar, elle capitule sans conditions. A nouveau aux côté de Carthage pendant la seconde guerre punique, elle se livre à Rome pendant la 3ème . elle en sera récompensée proclamée ville libre en 144 au rang de capitale de la Provincia Africa.

Utique est intimement liée aux évènements de l’histoire romaine : Marius y débarque pour réprimer la révolte de Jugurtha, elle devient le théâtre de lutte entre les partisans de Pompée et César. Après la défaite des Pompéiens Caton d’Utique s’y suicide.

Sous Auguste, elle perd le statut de capitale au profit de Carthage… »

Utique : nécropole punique

 

Le ciel s’est dégagé, nous visitons les ruines sous le soleil. » Depuis la Révolution de 2011, plus personne ne vient », se plaint le gardien, » depuis dimanche dernier, aucun visiteur. « Il me montre en vitesse un bassin de la Maison des Cascades, ouvre une porte cadenasser pour me faire voir le squelette d’une jeune phénicienne. Juste à ce moment survient un groupe francophone d’expatriés accompagnés d’une conférencière. Je lui demande si cela la dérange que je me joigne à eux .

« Comme vous le demandez, cela ne me dérange pas ! mais si vous ne l’aviez pas fait cela m’aurait dérangée ! »

Bassin de la Maison des Cascades

J’ai donc le plaisir de découvrir la Maison des Cascades : somptueuse résidence s’étendant sur toute la largeur de l’insula, correspondant à 5 maisons ordinaires. L’entrée monumentale garde les encoches des poutres du toit. L’eau s’écoulait en cascade d’un bassin orné d’une merveilleuse mosaïque à fond vert où nagent des poissons, bar, murène, oursins, seiche, l’eau cascadait jusqu’à une fontaine soutenue par des colonnes de marbre. A côté, le jardin avait un autre bassin avec un cadran solaire. Le triclinium était pavé de marbre en opus sextile, marbre jaune tunisien de Chemtou, blanc de Carrare, vert de Grèce. Une salle à manger d’hiver couverte était de plus petite taille. Près de l’entrée, la chambre du gardien. On reconnait les pièces des domestiques à leur plus faibles dimensions. Les écuries ont gardé leurs auges de pierre, abreuvoirs avec les trous pour attacher les chevaux. Le seuil de la maison est revêtu d’une sorte de tapis de mosaïque imitant un tissage en couleur, plus simple que le marbre ou la mosaïque mais très décoratif.

Chapiteau historié : apollon citarède

Une autre luxueuse villa a perdu la plupart de ses ornements sauf les chapiteaux historiés du péristyle : le gardien avec une longue badine montre la silhouette d’Hercule sans tête mais reconnaissable à sa massue, Minerve casquée et Apollon citharède avec sa cithare.

Plus bas, on a dégagé les tombes monolithes de grès de la nécropole punique.

La conférencière nous conduit au vaste forum, grande étendue rectangulaire. Elle nous montre la Résidence du Proconsul. Les fouilles ont dégagé un mur en opus reticulatum – petits pavés cubiques qui s’insèrent coins vers le bas-technique courante à Rome et en Italie mais rare en Tunisie où est utilisé l’opus africanus avec des blocs rectangulaires jointifs que les Carthaginois utilisaient déjà. Une rangée de palmiers sur une petite crête matérialise le rivage du temps des Romains. A la place de la plaine alluviale de la Medjerda. On peut imaginer l’eau tant la plaine est plate et monotone.

Mandragore

La promenade archéologique vire à la botanique : tout d’abord des boutons d’or frais éclos, avec de nombreux pétales. La grosse corolle bleue fermée comme un très gros crocus, est la fleur de la mandragore, la plante magique aux racines de forme humaine qui crie quand on tente de l’arracher. J’avis entendu parler de la mandragore mais je ne l’avais jamais vue. De l’ordre du mythe, je doutais de son existence. La voilà avec ses feuilles vertes, brillantes et coriaces.

Urginée

De belles feuilles lancéolées sont celles des urginées. Connaissance de fraîche date, je l’ai vue pour la première fois en septembre dernier à Malte, haute hampe portant des fleurettes blanches. Elle fleurit en octobre en Tunisie, elle est maintenant à graine. Feuilles et fruits surgissent d’un énorme bulbe qui se vendrait en Egypte contre les rats. Nommée également Scille maritime elle serait aussi surnommée mort-aux-rats. On la vend aussi au souk pour faire des cataplasmes contre les rhumatismes.

A quelque distance, se trouve le Musée d’Utique qu’on  nous ouvre . hélas le célèbre « scarabée » gravé d’un archer (Pégase ?) n’est plus la vedette du musée. A sa place une photographie et une autre d’une pièce en or. Par crainte des pillages à la suite de la Révolution de 2011, on a mis à l’abri les pièces les plus valeureuses. Ce « scarabée » a été présenté à l’IMA à Paris lors de l’Exposition sur les Phéniciens. Les autres vitrines contiennent des terres-cuites, vaisselle et pettis objets ainsi que des vases grecs importés.

Ariane endormie

J’ai bien aimé un beau marbre de Carrare : Ariane endormie reposant sur son coude gauche sur un tuyau d’où coulait l’eau à la Maison des Cascades.

Un bel autel à Cybèle porte des inscriptions latines. Autre inscription funéraire à Julius Polius soldat de la légion d’Afrique mort à 22 ans. Inscription à l’empereur Claude divinisé.

un article très intéressant et détaillé ICI

 

Les nuages très menaçants ne tardent pas à crever en une pluie désagréable.

Où déjeuner ? Au bord de la mer ? Nous guettons les gargotes. On mangerait bien des brochettes. Les maraichers ont dressé des pyramides de fenouils blanc nacré, ventrus vendus avec les fanes et des tours de carottes appétissantes habilement construites. Dans des seaux blancs en plastiques, des oranges et des mandarines.

Auteur : Miriam Panigel

professeur, voyageuse, blogueuse, et bien sûr grande lectrice

10 réflexions sur « Les ruines d’Utique »

  1. Ce devait être une ville splendide ! Les mosaïques du bassin de la cascade sont très belles et semblent bien conservées. j’ai bien aimé aussi la visite botanique et comme toi je n’avais jamais vu de mandragore mais l’avais beaucoup rencontrée dans les romans et légendes ! Elle a si mauvaise réputation que je ne pensais pas que sa fleur pût être aussi gracieuse, d’un si joli bleu.

    J'aime

  2. J’ai dû voir de la mandragore une fois, dans un jardin de Saint-Valéry-sur-Somme ; il y a un carré d’herbes « maléfiques ». Ces ruines doivent être splendides, c’est bien que tu aies pu visiter avec une guide-conférencière.

    J'aime

  3. Bonjour Miriam, moi qui ne connais pas la Tunisie (pas vraiment tentée), cette ville antique d’Utique me donnerait envie d’y aller. Merci pour ce mini reportage. Cela donne vraiment envie de partir. Bonne après-midi.

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s