Murtoriu – Ballade des Innocents – Marc Biancarelli

LIRE POUR LA CORSE

 

« en langue corse, le mot « murtoriu »revêt le double sens de « glas » et « avis de décès »

Ainsi commence ce livre. Je suis prévenue. Cela ne sera donc pas gai. Après Colomba, Mateo Falcone, de Mérimée et A son Image de Ferrari, mes lectures forment une suite funèbre. Existe-t-il un côté souriant dans la littérature corse?

Et comme prévu, ce n’est pas drôle du tout. Le narrateur, un libraire ayant des velléités d’écriture, ferme sa librairie en saison, quand peut être des vacanciers lui achèteraient des livres. Mais le Libraire se spécialise en poésie et non en guides touristiques. D’ailleurs il méprise les vacanciers, touristes et continentaux en général sans faire de cadeaux aux Corses qui se compromettent dans le tourisme, ou qui pratiquent des extorsions ou ceux qui sont rustres…pratiquement tout le monde. Quand le narrateur parle de sa personne, il est d’une prétention agaçante et sentencieuse. Ce qui n’épargne pas la vulgarité  au lecteur.

Il mêle à ses états d’âmes le récit de braquages et d’extorsion d’un couple de voyous:

« sur ces Terres, il y a une guerre éternelle. Il y a des gens qui assassinent d’autres hommes. C’est de cela que je vais parler. d’une guerre. Totale. Dans chaque recoin du pays. Je ne sais pas où ils ont appris à tuer.  Mais il y a ces visages dans les journaux, presque toutes les semaines »

Ce n’est pas de Vendetta romantique comme dans Mérimée, ni de « libération d’un colonialisme » qu’il s’agit, mais d’assassinat.

Il raconte aussi l’histoire de Marc-Antoine Cianfarani, mobilisé au mois d’août 1914, et de tous ces paysans corses dont les noms figurent sur les monuments aux morts de la Grande Guerre. Cela m’a touchée. Disproportion monstrueuse entre le nombre de morts rapporté à la population actuelle de ces villages complètement dépeuplés. Chaque fois qu’on traverse un village je peux faire cette constatation.

La description de la nature, des parties de chasse et de pêche, de la vie du berger m’ont énormément plu. Surtout le récit minutieux du travail du berger, la fabrication du fromage. C’est ce que j’ai préféré dans le livre.

PS je viens de me relire et je m’aperçois que la fin du billet a disparu! je corrige d’autant plus qu’il s’agit de ce que j’ai préféré dans ce livre.

 

 

Auteur : Miriam Panigel

professeur, voyageuse, blogueuse, et bien sûr grande lectrice

10 réflexions sur « Murtoriu – Ballade des Innocents – Marc Biancarelli »

  1. Je reviendrais lire ton billet lorsque j’aurais réussi à rédiger le mien, à l’état de brouillon depuis ma lecture il y a plus d’un mois… je ne sais pas pourquoi, je ne parviens pas à mettre mes idées en ordre ! j’ai même du mal à dire si j’ai aimé, mais je crois que oui, notamment l’écriture, entre rage et humour caustique. J’aurais aimé en revanche que l’auteur développe un peu plus les parties mettant l’aïeul en scène, je n’ai finalement pas très bien compris pourquoi l’auteur les avait introduit, pour les rendre si brèves, elles m’ont laissé un goût d’inachevé..

    J'aime

  2. j’ai un problème avec la corse et avec sa littérature j’avais lu un billet sur ce livre qui ne m’avait pas donné envie, tu es plus positive mais je ne suis pas certaine de plonger

    J'aime

  3. J’aime bien ton préambule sur la littérature corse et je vois que le propos de ce livre semble aller dans le même sens? Si on l’en croit, les Corses ne sont pas des rigolos ! j’aimerais bien un roman qui parle de Corses normaux, qui ne tuent pas leurs voisins, ne font pas de vendetta, ne sont pas des rustres etc… Mais des gens « normaux » intéresseraient -ils le lecteur ?
    j’ai lu le billet d’Ingammic.

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s