Traversée du Costa Rica du sud au nord, des confins du Panama au Nicaragua!

CARNET DU COSTA RICA

Puerto Viejo

Départ sous une lourde pluie. Nous découvrons, de jour, la route que nous avions parcourue de nuit. De Puerto Viejo à  Cahuita les  installations touristiques sont assez nombreuses, mais discrètes. Ensuite, le paysage est plus sauvage et plus agricole. On a suspendu des bouteilles par des ficelles à de petits étals sur le bord de la route. Cette huile de coco est-elle culinaire ou un produit de beauté ? Comme notre route est longue (5 heures) nous n’avons pas le loisir de nous renseigner.

pluie sur la mer Caraibe

La route enjambe plusieurs rivières Rio Bananito, Rio Banano aux eaux brunes chargées de boue avec la pluie tombée depuis trois jours. La mer n’est pas grise, elle est marron. La route prend la tangente à Limon, nous n’apercevons que des garages, magasins, concessionnaires voitures comme à l’entrée de n’importe quelle ville de par le monde. Puis les empilements de containers en quantité tout à fait extraordinaires. Chacun des containers possède un dispositif de climatisation sans doute destiné aux bananes, ananas, mangues….Une université se trouve à la sortie de Limon : campus luxueux.

La route « construite par les Chinois » a avancé. Les embouteillages ne sont pas aussi monstrueux que samedi. Nous connaissons par cœur le tronçon Siquirres-Guapiles. . Prises dans la circulation, nous ne voyons pas l’embranchement vers la route N°4. Nous grimpons  dans la montagne. Le relief est si accidenté qu’il est tout à fait improbable qu’une autre route se trouve sur la droite. Il est impossible d’envisager un demi-tour. Les bords de la route presque verticaux sont recouverts d’une épaisse végétation luxuriante et des cascades dévalent de la montagne. Paysage magnifique que cette cordillère centrale ! Nous avons dépassé de 30 km dans la direction de San José. 60 km à ajouter à un trajet déjà long.

Sur les bords de la route

La route n°4 traverse des bourgades très tranquilles. Les bananeraies ont laissé la place aux champs d’ananas denses et bleutés aux feuilles dressées comme des piquants. Comment récolte-t-on les ananas ? Nous croisons des hommes portant des machettes. Pour les ananas ? Détail assez antipathique : à l‘entrée des parcelles des panneaux avertissent que des traitements phytosanitaires ont été réalisés. Ananas local mais pas bio ! Quand on ne cultive pas d’ananas il y a du manioc : haut, propre en longues rangées parallèles, plus ordonné et  plus fourni qu’au Bénin ou au Togo !

La route n°4 est une belle route avec des bretelles de sorties. Le GPS nous la fait quitter à Pital – bourgade commerçante avec une belle librairie, des magasins de vêtements, de téléphonie, de motos, d’électroménager…de gros supermarchés des cafés et des sodas. Nous sommes heureuses de sortir des zones touristiques pour voir la vie ordinaire des gens.

Champs d’ananas

Nous nous dirigions vers le nord, vers le Nicaragua, toujours dans les champs d’ananas. Le relief est intéressant, les collines assez escarpées. Nous traversons le village de Saino puis Boca Tapada qui paraît un village perdu mais qui a deux belles écoles de chaque côté de la route.

Des prés verdoyants avec de nombreux bovins ont remplacé les ananas. Vaches grises ou noires et blanches, buffles gris clair, buffles blancs. Des arbres très hauts à la ramure clairsemée se détachent sur le ciel. De temps en temps on aperçoit la rivière San Carlos qui se jette dans le fleuve San Juan qui marque la frontière avec le Nicaragua. Le San Carlos est large aux eaux limoneuses brunes, majestueuses.

Après Saino, le goudron a disparu. 9 km sur une large piste de terre où parfois les pierres affleurent faisant penser à un pavage et parfois de terre lisse. Les nids de poules nous meurtrissent dos et fessiers. Lorsqu’on avance on découvre fincas et lodges, ranchos pour le tourisme vert avec des propositions de balades à cheval, d’observation des oiseaux ou canotage sur la rivière.

Pedacito de Cielo

orchidée bambou

Pedacito de Cielo  est un hôtel bien établi : les certificats affichés datent de 2009. Il possède une vingtaine de chalets de bois avec vue sur la rivière San Carlos ou sur le jardin fleuri. Marcos nous accueille et nous remet la clé du N°26 accessible par une rampe de ciment. Il nous invite à un pot d’accueil. Le bungalow est construit en rondins très réguliers. Il est très haut de plafond à deux pans en larges planches de beau bois foncé. Deux niveaux : au niveau supérieur, un lit une personne, une table contemporaine posée sur un tronc et la salle d’eau. Trois marches plus bas, une grande pièce avec un grand lit, une coiffeuse. Sur quatre côtés on a percé de larges baies voilées de rideaux fins blancs brodés de fleurs dorées. Un ventilateur à longues pales donne de la fraîcheur.  Il manque quand même une armoire : les vêtements resteront dans la valise. Pareil dans la salle de bains, rien pour poser le verre à dent ou le savon.

Pedacito de cielo : notre bungalow

Le dîner est servi tôt à 18h30. La salle à manger est construite sur une terrasse au-dessus de la rivière qu’on devine sans la voir. Nous sommes à la hauteur de la cime des arbres où se posent plein d’oiseaux. Avant le diner nous avons l’occasion d’observer des oiseaux colorés de toutes tailles, du minuscule colibri bleu métallique aux plus grands ; Tout le monde attend le toucan, ce sera pour une autre fois.

Le menu (15$) est imposé : une soupe excellente, une salade de crudité mélangées : tomates, salade verte, concombre, radis. Le plat du jour : poulet parfumé au gingembre et spaghetti avec une sauce de tomates fraîches et poivrons. De l’oignon vert décore le plat.

Un groupe allemand d’ornithologistes et de photographes est arrivé. Ils ne sont que 12 mais on n’entend qu’eux.

Fin du dîner à 19h et extinction des lumières à 21h30.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Auteur : Miriam Panigel

professeur, voyageuse, blogueuse, et bien sûr grande lectrice

2 réflexions sur « Traversée du Costa Rica du sud au nord, des confins du Panama au Nicaragua! »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s