Le sentier côtier de Saint Raphaël à Agay

CÔTE D’AZUR

Sentier côtier dans les rochers

Le sentier commence à la sortie du port de Santa Lucia où se trouvent, alignés,  les restaurants qui proposent les petits déjeuners aux plaisanciers amarré en face. je marche d’un  bon pas le long du quai. 

Visorando m’avait avertie que ce sentier n’en est pas vraiment un mais plutôt une succession de marches et de rochers. Prévenue, j’ai chaussé les Merrel qui accrochent mieux que les tennis et je n’ai pas oublié mon bâton. Un équipement de randonnée est indispensable. Un panneau met en garde : « parcours escarpé et sportif! » pas question d’essayer en tongs ou en sandales.

Dès les premiers mètres je suis au parfum : escaliers et marches puis roches rouges! Il faut être attentive aux balises jaunes (peu nombreuses) . Il faut surtout bien choisir ses appuis. Certains passages ont été cimentés pour stabiliser les pierres branlantes. En l’absence de marques jaunes, je cherche le ciment. parfois je dois m’asseoir : les marches sont bien hautes et mes jambes trop courtes. parfois il faut mettre les mains. je crois tomber sur un à-pic, au dernier moment je découvre des marches. parfois on a installé une main-courante – pas forcément là où c’est le plus vertigineux. Surout ne pas s’écarter de l’itinéraire.

En marchant, je remarque des cavités dans les roches, des inclusions qui m’évoquent du volcanisme. Les roches rouges, porphyre rouge, rhyolites sont les mêmes qu’en Corse. Sur le site Estérel-Côte d’Azur   Je trouve l’explication de la formation du Massif de l’Estérel il y a 290 MA (Stéphanien) puis Permien avec ouverture de failles et coulées d’ignimbrites. A l’ère Tertiaire, un épisode magmatique a permis la remontée d’esterellite (roche magmatique bleue très dure qui a cristallisé dans des sills entre Boulouris et Agay.). Si j’avais lu cet article avant la randonnée, j’aurais peut-être cherché les prismes de trachytes en face du Port de Santa Lucia.

Plage de Péguières

A l’approche de la plage de Péguière je trouve un peu de repos en marchant sur les mates de posidonies bien plus confortables que les rochers. 

Des petites criques se succèdent, séparées par des rochers qui sont différents des roches rouges. Certains sont noirs, trachyte peut-être. Des maisons sont construites à l’aplomb du rivage si bien que le passage devient étroit et parfois acrobatique. Un petit port dessert une maison jaune avec des arcades.

Plage Val fleuri et temple d’Amour

La plage d’Arène, de sable comme l’indique son  nom se termine par le joli port de Boulouris. Un beau restaurant a installé ses tables dehors. Une belle promenade dallée équipée de banc change du gymkhana précédent. une grande propriété, presque un manoir est bordée de balustres blanc crème (les promeneurs passent en-dessous bien sûr). La plage de la Tortue est minuscule. Un petit temple d’Amour aux colonnes blanches termine la plage de Val Fleuri. Pour arriver à la Plage de la Pescade puis à celle de Boulouris le passage sur les rochers est à nouveau compliqué et les marques sont de plus en plus rares.

Roches vertes vers le port Pussai et îlre d’or

Selon Visorando, il faut remonter sur la route sur la Plage de Pierre Blanc quand les roches deviennent noires mais je quitte le parcours à la Plage de Garde Vieille, fatiguée d’escalader. je retrouve Dominique et la voiture sur le grand Parking de la Plage du Débarquement (grande plage de galets) où se trouvent des engins du débarquement américain. ?

Pointe de Dramont

Déjeuner au petit port de Poussaï (salade pommes de terre, thon anchois). j’y retrouve les marches du sentier littoral autour du Cap Dramont . Ici encore, j’herborise avec Pl@ntNet et découvre deux inconnues : la Passerine hérissée Thymelaea hirsuta qui a des fleurs jaunes minuscules et des feuilles épaisses formant des sortes d’écailles. L‘Anthyllide Barbe de Jupiter Anthyllis barba-jovis est un buisson aux feuilles argentées. Accompagnées bien sûr de Romarin, genêt, lavandes. Au-dessus  des rochers j’avais trouvé de jolis freesias. Je zappe le Sémaphore et la Batterie d’Agay que j’ai vus dimanche et arrive directement à Tikki sur la plage de Camp Long. Par les rochers je rejoins Agay, fin d’une longue promenade! 

 

 

Saint Raphaël, Fréjus et le Cap Dramont

CÔTE D’AZUR

porty de Poussai : barques

Pluie au réveil et prévisions météo médiocres. 

9h15, le dimanche matin, la route d’Agay à Saint Raphaël est déserte. Nous avions prévu de longer le bord de mer, laisser la voiture au « vieux port » et de se retrouver un peu plus loin au port de Plaisance, Dominique en voiture et moi à pieds. D’après notre documentation, un marché des pêcheurs se tiendrait au vieux port. Poisson pour déjeuner?

Passé le grand et moderne Palais des Congrès, la circulation est déviée: le Carnaval se tiendra cet après-midi. La déviation nous conduit à l’intérieur de la ville et à la sortie à Fréjus. Fréjus et Saint Raphaël se touchent : un pont les sépare.

A Fréjus, c’est jour de marché qui se tient sur la corniche en bord de mer. Les marchands forains ont déballé leurs étals : fringues « pas du tout Côte d’Azur », bas de gamme. Sur une place, un peu en retrait se tient le marché alimentaire.

Sur le front de mer de Fréjus, des immeubles de ciment, constructions un peu vieillottes. Au rez de chaussée des cafés et des restaurants populaires et bien sympathiques. Nous retournerons à Fréjus, la ville historique est intéressante avec des antiquités romaines.

Saint Raphaël : vieux port

Encore une déviation et nous revoilà au Palais des Congrès de Saint Raphaël et nous trouvons une place de parking au port Santa Lucia où je peux retrouver l’itinéraire prévu sur la corniche et observer les préparatifs du Carnaval. Un vigile me chasse alors que je m’approchais pour photographier un éléphant. Plus loin on gonfle des animaux colorés : éléphant bleu, zèbre, panda qui s’envoleront comme des cerfs volants. 

Saint Raphpaël : Carnaval

Stèles et statues, et nom des rues commémorent le Débarquement de 20.000 GI le 15 Aout 1944. 

Un autre débarquement s’est déroulé à Saint Raphaël  : le 9 octobre 1799, Bonaparte, de retour d’Egypte, célébré par un obélisque et rappelé par le jardin Bonaparte qui surmonte un parking, jardin contemporain très réussi. En 1814, Napoléon s’embarque de Saint Raphaël pour l’Ile d’Elbe. 

le Marché des pêcheurs, poissonnerie moderne ne correspond pas à ce que j’imaginais.

Déjeuner à La Canne à Sucre

Pendant que j’arpentais la Croisette, Dominique a exploré la série de restaurants qui bordent le port Santa Lucia et a retenu une table à La Canne à Sucre joli petit restaurant avec une terrasse derrière des rideaux de plastique transparent : jolie salle blanche et bleue bien décorée au thème marin. L’accueil est très chaleureux : le patron se tient à la porte, invite les passants, il passe entre les tables, présente els plats, les desserts et revient bavarder avec les clients. Au menu, plats de poissons et salades exotique, y compris arménienne. La marmite du pêcheur luxueuse avec homard, gambas, poisson, moules et crevettes est à 44€. Nous nous contentons plus modestement de moules et Frites pour Dominique et sardines grillées. Mention spéciale pour les frites-maison délicieuses. le serveur commente « je les ai épluchées, coupées.. » Un café gourmand pour terminer. Nous recommandons!

Randonnée au Cap Dramont

la plage du Camp Long vue de la Batterie d’Agay

la  promenade commence à La Plage du Camp Long qu’on trouve sur la route principale en direction d’Agay. La quitter au  panneau « Tikki plage ». Le sentier part du parking (balisage jaune).

Première étape : La Batterie d’Agay (installations militaires qui ont servi aux Allemands) . Elle est située sur un piton, le panorama à 360°. la mer est merveilleuse, verte, transparente dans la crique du Camp Long, bleue brillante vers Agay avec des roches rouges très découpées et le vert des pins et des buissons. les asphodèles sont prêtes à fleurir.  La lavande déjà fleurie ne sent rien, trop frais. Les chêne-liège ont des troncs tortueux, les pins sont fournis. 

Cap Dramont

Pour grimper au Sémaphore (terrain militaire grillagé) une route cimentée très raide est en construction. Arrivée en haut, il n’y a rien à voir et il faut redescendre par le même chemin.

Le sentier littoral est très bien entretenu et très fréquenté en corniche sur un versant très escarpé. les roches rouges sont spectaculaires.

Cap Dramont Île d’Or

Le Port de Poussaï est très mignon avec ses petites barques colorées et de vrais bateaux de pêches. En face, sur l’Île d’Or, se dresse une haute tour.

Agay, résidence Agathos notre bastidon

De retour à la Résidence Agathos, à notre bastidon, sous une belle lumière nous traversons notre pelouse pour profiter de « notre » plage, la Plage des Beaumettes , je découvre les très belles maisons du voisinage. Dommage il fait trop frais pour se tremper les pieds!

Antibes – Juan-les-Pins par gros temps

CÔTE D’AZUR

Antibes, vue de loin

La route M18 qui descend de La Gaude à Cagnes-sur-Mer dans la pinède est charmante. Cagnes-sur-mer est une petite ville qu’on traverse à petite vitesse. Sur la colline le village ancien (Hauts-de-Cagnes) se blottit sur sa colline. Entre la route et la mer l’Hippodrome est un bel espace vert.

Villeneuve-Loubet : Marina Baie des Anges vue de Cagnes-sur-mer

Villeneuve-Loubet est assez repoussante, les panneaux publicitaires encombrent les bas-côtés, zones artisanales et commerciales n’arrangent rien. Une curiosité architecturale « Marina Baie des Anges » : un groupe d’immeubles qui s’enroulent eux-mêmes  avec de belles terrasses parfois arborées. Selon l’angle d’observation, on imagine des bateaux de croisière ou des pyramides, ou l' »écho des baous« (les sommets calcaires qui marquent le relief.

juan-les-pins par gros temps

Nous entrons dans « Antibes-la chic« , Antibes, l’urbaine, à l’urbanisme soigné qui ressemble plus à Neuilly-sur-Seine qu’à Nice (pourtant déjà chic). Circulation à petite vitesse. Le GPS nous conduit au départ de la randonnée du Tour de Juan-les-pins à la Plage de la Garoupe à travers des propriétés enfermées dans de grands murs.

Juan les pins : sentier côtier

la mer est agitée. Sur la corniche, de belles vagues se brisent. plus tard, nous découvrirons le panneau « Attention, coup de mer! ». par gros temps, le sentier côtier est fermé. Au début, je ne comprends pas pourquoi, il est dallé protégé par des garde- corps puis par des buissons. Je ne suis pas seule : des promeneurs munis de gros appareils-photos viennent immortaliser les vagues. Les pins tordus à contre-jour, les branches des buissons sont très pittoresques. je me serais volontiers arrêtée avec mon carnet-moleskine. La promenade tourne court : porte close cadenassée! Il faut faire demi-tour.

Juan les pins plage de la Garoupe

J’improvise une promenade de remplacement sur la route qui longe la mer jusqu’à Antibes sur le Boulevard de la Garoupe. Parfois les murs des propriétés cachent la mer, mais j’entends le fracas des vagues. Il y a peu de circulation. la silhouette de la vieille ville s’approche, le Château massif et la Tour Carrée.

la vieille ville dr’Antibes

Nous garons la voiture sur le très grand parking du vieux Port près de la Porte Marine. Il y a quelques bateaux de pêche, des filets mais ils sont éclipsés par des yachts énormes immatriculés à Malte, et même au Luxembourg!

Dans l’axe de la Porte Marine, dans la ville close, toute une série de restaurants précèdent le Marché Provençal très bien achalandé et coloré. je monte sur les remparts pour découvrir la petite Plage de la Gravette, bien abritée et fréquentée. A l’arrière des remparts, la vieille ville est pittoresque avec ses ruelles et ses maisons hautes. Je trouve la maison où a logé Nicolas de Staël mais je rate celle de Kazantzakis au Safranier et la plaque qui le rappelle. 

Un pan bagnat qui déborde de thon, œuf dur, tomate et roquette sur la plage de la Salis.

 

Saint Jean Cap Ferrat et Villa Ephrossi

CÔTE D’AZUR

Vue du salon de la Villa Ephrussi-Rothschild

Par cette journée ensoleillée, nous partons à la mer!

Nous avons soigneusement planifié l’itinéraire, le GPS prévoyait 45 minutes pour le départ du tour du Cap Ferrat. C’était sans compter sur les bouchons,  les chantiers du Grand Arenas près de l’aéroport de Nice, du démontage du Carnaval et de nos erreurs dans les petites rues de Villefranche…paysages merveilleux de la Côte d’Azur que nous n’apprécions pas à leur juste valeur parce que tel virage en épingle à cheveux dabs Villefranche était impossible à prévoir et que déviations et sens interdits contrarient les directives de Madame GPS. Après deux heures de route nous nous promettons de ne plus mettre les pieds dans Nice (tant pis pour les beaux musées Chagall et Matisse que je me faisais une joie de visiter), tant pis pour les sentiers côtiers à l’Est de Nice! 

Cap Ferrat : les belles villas

Excellent accueil à l‘Office de Tourisme de Saint Jean Cap Ferrat. la dame me remet deux plans détaillés et nous donne de précieux conseils.

Tour du Cap Ferrat

Cap Ferrat : le sentier côtier

Le sentier qui fait le tour du cap commence dans le village : chemin de la Carrière : une entaille dans le rocher du Cap. A ses pieds : des oliviers. Le « sentier » est une route dallée et cimentée assez large pour que circule la voiture de la police municipale au-dessous, très au-dessous de villas, hôtels invisibles  très gros format. On sait qu’ils existent à cause des grillages et parfois des murs mais on ne voit rien. En face, de m’aitre côté du golfe on voit des villas somptueuses à flanc de colline. La bande de ciment bien lisse est  déposée sur des rochers très pointus et très ravinés jusqu’à ce que le phare se profile. Des marches y conduisent. un belvédère est aménagé avec des banquettes de ciment. La rive ouest du Cap Ferrat est plus verte, plus sauvage. Le sentier moins bien cimenté conduit en une petite heure jusqu’à la Plage des Passables – petite plage de graviers bien fréquentée pour la saison (lundi 28 février). Des intrépides nagent. Après le pique-nique cette eau transparente me tente pour un bain de pieds. Elle est glacée. 

Villa Ephrussi-Rothschild

Villa Ephrussi-Rothschild palais Renaissance vu des jardins

Non loin de la plage des Passables, à l’endroit le plus étroit du Cap Ferrat : la villa Ephrussi-Rothschild . Un grand parking est prévu à l’entrée  mais au portail, un hôte, très élégant, très gentil, scanne nos pass sanitaires, vérifie la Carte handicapé de Dominique et ouvre la barrière. Devant la Villa d’autres Messieurs très élégants, très gentils font garer la voiture et gardent les clés. Au bureau on nous prête des audioguides (indispensables il n’y a pas de cartels).

la Villa est un véritable palais Renaissance rose à l’Italienne, construit entre 1905 et 1912. Béatrice Ephrussi-Rothschild collectionnait les meubles, les tableaux, tapis, porcelaines avec une prédilection pour le XVIIIème siècle.

patio

La profusion des objets d’art est éblouissante comme leur provenance. Certains tapis portent les monogrammes royaux, tissés à la Savonnerie pour Louis XIV. Des tapisseries ont appartenu à Marie Antoinette? les boiseries du Salon proviennent de l’Hôtel de Crillon. le Grand Salon est impressionnant : colonnades et arcades mettent en scène le merveilleux panorama. On imagine les fêtes, les réceptions, le train de vie extravagant de la Baronne Béatrice qui possédait une véritable ménagerie avec des caniches, une mangouste, des singes, des gazelles…Dans le petit salon sont exposés les petits fauteuils du caniche et de la mangouste.

Porcelaine de Meissen

La villa est un véritable musée des arts décoratifs. Au XVIIIème siècle, les chinoiseries étaient à la mode avec les boiseries peintes de singes et le spectaculaire paravent de Coromandel.

A l’étage plusieurs salles contiennent une véritable collection de porcelaines : Sèvres et Vincennes(magnifiques verts), Meissen sophistiqués. Collection de soieries.

J’ai oublié de citer les tableaux de Boucher, Carpaccio, le plafond spectaculaire de Giovanni Pelegrini : Phaeton et le Char du Soleil, un autre de Tiepolo. J’aurais dû prendre mon temps et disposer de toute la journée mais il faut prévoir du temps pour les jardins.

Face à la Villa : un jardin à la française est organisé sur deux terrasses. des massifs de cyclamens forment des bordures roses ondulantes autour d’un bassin. Toutes les  minutes, les Grandes Eaux se déclenchent en musique.  Les jets d’eau tournoient, c’est très joli. les choix musicaux, en revanche sont un peu faciles( Nabucco, Peer Gynt, Le Bolero…). Dans l’axe du bassin, sur une petite éminence on a construit un petit temple de l’amour (tholos) sous de grands pins parasols accompagnés d’un cyprès. A l’arrière se trouvent le Jardin Provençal, un Jardin Japonais, des cactus et autres succulentes. Plus loin, la Roseraie n’est pas à son avantage au mois de Février : rosiers taillés court et mulch sur le sol. 

jardin à la Française

Le retour vers La Gaude est plus facile que le trajet-aller, par la Moyenne Corniche et la Promenade des Anglais que nous parcourons avec plaisir : mer bleue, palmiers et bâtiments spectaculaires. C’est bien beau! Nous évitons les travaux d’Arenas en longeant la mer jusqu’à Cagnes-sur-mer. La remontée sous les pins par une route boisée qui ne traverse aucune urbanisation est très agréable. Je croyais la Côte toute construite, il reste de la nature!

Bonifacio et ses plages

CARNET DE CORSE 2021 de BASTIA à BONIFACIO

Bonifacio : la citadelle vue de la Marine

 

9h :parking de la Marine de Bonifacio. Le prix (0.70€ le quart d’heure) n’incite pas à la flânerie. De la Marine, partent les excursions aux îles Lavazzi . Il y en a pour toutes les durées et toutes les bourses. De très beaux bateaux sont amarrés. Des restaurants occupent les quais, du kebab aux très luxueux, servant des petits déjeuners aux plaisanciers. Ils ne m’attirent pas vraiment tout semble banal, standardisé.

Au bout du quai, de la petite église Saint Erasme, la montée Rastello est une rampe pavée avec des escaliers jusqu’au Col Saint Roch. Montée bien raide mais on est récompensé par la vue sur les falaises blanches et les côtes de la Sardaigne.

Bonifacio : la ville vue du sentier de campo romanello

Au lieu de rentrer directement dans la ville haute, je continue la montée pour aller chercher le plus beau point de vue en emprunter une rampe qui se poursuit par un sentier du Campo romanello qui longe la falaise. Les falaises blanches et l’eau turquoise me fascinent mais je n’ai pas le temps de terminer la promenade ; la visite de la ville m’attend.

Bonifacio rues étroites et église Ste Marie Majeure

J’entre par la Porte de Gènes, accès à la Citadelle. L’Office de Tourisme qui n’ouvre qu’à 10 h est encore fermé comme le Bastion de l’Etendard. Je me promène un peu au hasard dans les rues si étroites qu’une série d’arches relient les maisons au-dessus de la rue. les maisons les plus anciennes sont ornées de festons, d’arcs romans. Je découvre ici une belle fenêtre avec une colonnette, ici une plaque ? La promenade est agréable mais les restaurants ont envahi les rues si bien qu’à l’Eglise Sainte Marie Majeure le fumet du poisson entre par la porte latérale ouverte sur les tables du restaurant voisin. Les parasols cachent les plaques des rues si bien que j’ai beaucoup de mal à me repérer sur le plan.

lz g=falaise blanche de Bonifacio

Mon regret : de ne pas avoir emprunté l’escalier du roi d’Aragon haut de soixante mètres avec 187 marches creusées dans la falaise (selon la légende en une seule nuit pendant le siège de la ville par les troupes du roi d’Aragon en 1420). La billetterie n’accepte ni la monnaie, ni les cartes de crédit. Il faut scanner un QR code et s’inscrire sur le formulaire par Internet. Curieux procédé qui bugue (pas de Wifi et les données mobiles n’entrent pas,  parasitées par la Sardaigne, me dit-on). On peut acheter le billet à l’Office de Tourisme qui vient d’ouvrir mais la queue est rédhibitoire.

Les jardins de Carrotola  sont reposants .

Goulet de Bonifacio

La Grande Eglise Saint Dominique est fermée (ouvre à 11 h). C’est la seule église gothique. Je redescends par une promenade au- dessus du Goulet de Bonifacio. J’entends les commentaires au micro des bateaux-promenades ce qui donne très envie de les emprunter. Dominique est rebutée par la foule qui fait la queue au guichet.

les falaises vue du cap Pertusato

Promenade en voiture au Cap Pertusato. Une mauvaise route conduit au premier sémaphore, il faut ensuite continuer à pied sur la piste jusqu’au second à la Pointe de Sperone. Peinte sur le ciment une flèche verte et l’indication « plage ». En dessous la plus jolie plage secrète. Malheureusement je n’ai pas mon maillot et cela aurait peut-être été long de descendre. Je me contente de prendre la photo.

Sous la falaise une plage bien cachée

Nous cherchons une plage pour déjeuner. Du côté du Cap Spérone, les propriétés sont enfermées dans de grands murs, un golf- également enfermé – occupe la pointe avec une marina contenant de beaux bateaux. A Piantarella pas de place pour s’arrêter. Retour à Bonifacio pour tenter notre chance vers la pointe de Capicciola. Dans le Golfe de Santa Manza, juste avant la pointe nous trouvons deux charmantes plages vierges de tout équipement.  De l’eau claire et tranquille. Un bonheur de baignade. Nous nous promettons d’y revenir !

Sant’Amanza