Tabarka – histoires de téléphone – hôtel sur la plage

CARNET TUNISIEN DU NORD AU SUD

Les aiguilles de Tabarka

Petit déjeuner : délicieuse omelette avec tomates et herbes, sur un joli plat en étoile, délicieuse pâte à la noisette et bonnes confitures.

8h30 quittons la Maison d’Hôtes sous le soleil par la route d’Ichkeul et remarquons sur le lac les îlots herbus, d’où l’intérêt de passer plusieurs fois ! Au pied du Jebel Ichkeul la plaine est très très plate cultivée de champ de blé dans de grands champs avec des tracteurs. Les grandes meules de pailles sont sous plastique. Vers le sud, l’horizon se découpe selon une ligne de crêtes pointues.

Téléphone

Fleurs d’oranger en décembre

Mateur est une agglomération d’environ 20.000 habitants avec de nombreux commerces. La boutique Orange est une copie des boutiques Orange de France, même mobilier, même décoration. Trois jeunes femmes y travaillent.  Une voilée, blanc et vert, un voile noir strict, la troisième, plus jeune, a une queue de cheval et des jeans serrés. Pour débloquer la carte Sim du petit téléphone que Djerba Autrement nous a prêté, la patronne me demande ma carte d’identité et refuse de le débloquer puis laisse les jeunes le faire d’un clic. Première opération réussie ! la seconde, équiper le téléphone de Dominique avec une carte Sim tunisienne. Instant d’émotion, va-t-il l’accepter ou se bloquer comme en Jordanie ? Soulagement ! On établit un contrat après photocopies du passeport. Tout se passe à merveille. Je bénéficierai même d’une promotion : bonus qui multiplie par dix le crédit, mais utilisable unique à l’intérieur de la Tunisie et pour une durée d’une semaine. Tout serait parfait si je n’avais pas égaré la carte SIM française, elles sont si petites maintenant que c’est facile de les perdre. Introuvable ! je secoue mon passeport, vide le porte-monnaie, vide tout le sac, les bonbons, les mouchoirs. Je suis dans la boutique depuis une heure. Dominique s’impatiente, elle entre et justement entend tomber quelque chose : la carte ; miracle ! retrouvée ! nous pouvons repartir. Nous avons enfin résolu les problèmes de téléphone, croyons-nous. Nous pourrons nous appeler l’une l’autre avec le bonus. A 13h lorsque nous arrivons à l’hôtel à Tabarka, c’est tout Orange Tunisie qui a buggé ! On a un téléphone tunisien, du crédit et on ne peut rien faire. D’autant plus que le bug s’étend au téléphone fixe et aux autres opérateurs !

Devant le lycée de Mateur, tous les élèves sortent pour une manifestation pro-Palestine très bien organisée.

la route de Mateur/Nefza 75 km

oliveraies

Plein ouest dans les collines de la Kroumirie. Les champs sont petits, pentus et piquetés d’arbres : oliviers, figuiers, cyprès, eucalyptus. Dans les vergers l’oliviers c’est la cueillette. La route zigzague. Nous doublons un pickup métallisé qui porte une véritable meule de paille attachée avec des sangles qui s’élargit en encorbellement vers le haut. Le même pick-up gris vient à notre rencontre avec un veau et une vache à l’arrière ?

pick up de paille

La montagne est pittoresque avec des figuiers de Barbarie (que Flaubert appelle des Nopals, et moi des Opuntia) bordant la route et les champs. Les eucalyptus forment une véritable forêt à l’arrivée à Sejnane, ville active (mines de plomb et de zinc). Le marché aux légumes occupe une partie de la route, suivi d’un marché de fripes le plus grand que j’aie jamais vu. On y vend de tout, des chaussures aux sous-vêtements. Des centaines de mètres de vêtements de seconde main. Le rond point est décoré de deux grandes cigognes en ciment.

Friche industrielle et nids de cigognes

En haut du minaret, sur les pylônes, sur la gare désaffectée, sur les poutrelles d’une installation industrielle, partout d’énormes nids de cigognes qui hivernent plus au sud en Afrique. Autour de Sejnane les petites maisons ont des toits à double pente couvertes de tuiles mécaniques rouges, ces tuiles soulignent de petits auvents. Héritage de la colonisation ou signe d’une météo plus pluvieuse que dans le reste de la Tunisie ? Un lac de barrage est desséché. Nous traversons une première forêt de chêne-liège, troncs noircis, trace d’un incendie. Un viaduc ferroviaire traverse une vallée, puis un joli petit lac. La route est maintenant bordée de mimosas ? Sur la carte un grand lac de barrage s’étend avant Nefza : bien à l’étiage alors que nous sommes quand même en décembre. Après Nefza, la route descend sur Tabarka.

Tabarka : Le Méhari

la plage de Tabarka vue du balcon

Avant l’entrée de Tabarka,  la route touristique  dessert les hôtels. Généralement nous fuyons ces hôtels-usines de milliers de chambres entourés de pelouses. Il y a même un golf. Les golfs en pays de sécheresse me mettent en colère. Nous n’y logerons qu’une seule nuit. Le Mehari  a des centaines de chambres (la nôtre est la 3320),  des  kilomètres de couloirs, deux piscines, l’une couverte et chauffée. Notre chambre est bien 4*, très vaste claire, confortable. Murs blancs, rideaux beiges à rayures rouges, deux lits jumeaux recouverts de rouge, une tablette de marbre sous la glace, kilims rouge et gris, mais surtout un grand balcon juste au-dessus de la plage de sable où déferlent les rouleaux puissants.

Visite touristiques

Négligeant les citernes antiques, l’une d’elle est transformée en basilique, et le fort génois, nous allons voir les Aiguilles : banc de grès découpé par l’érosion formant une dizaine de triangles à la pointe très effilée. Des coulées de rouille leur confèrent une teinte orangée et protègent les faces du vent et des embruns qui criblent de trous les endroits où la rouille est absente, formant ainsi des coulures, piquetis et des formes étranges. Promenade agréable en bord de mer, un peu trop urbanisée avec de grands lampadaires disgracieux et des gardes-du-corps peu discrets. Belle vue sur l’île Tabarque et son fort génois doublé d’un phare.

Les aiguilles de TAbarka et l’île Tabarque

L’île est reliée à la terre. Son histoire est mouvementée : le roi Hafside vaincu par Charles Quint, l’avait gardé en sa possession ; il l’échangea contre le corsaire Dragut prisonnier d’une famille génoise. Charles Quint afferma Tabarka aux Lomellini qui construisirent un puissant fort et s’y maintinrent deux siècles.   Les Génois y développèrent le commerce du corail, de la pêche et des produits locaux. Les histoires de corsaires se poursuivent….. Dragut est mort à Malte pendant le Grand Siège en 1565 sur les murs du fort Saint Elme ! Elle fut prise en 1781 par les Français.

Revenant des Aiguilles, passant devant les étals des marchands de souvenirs je file devant les propositions des vendeurs de colliers de corail. Leur table est pleine de collier de perles roses ; Les prix tellement alléchants que je les avais snobés, pris pour du faux, (peut être le sont-ils, comment savoir ?).

Autre spécialité locale : le liège -exploitation des forêts de chêne-liège dans les hauteurs : bouchons, plaques isolantes, semelles. Un vieil homme au marché des souvenirs vend des « rochers » en lièges sur lesquels sont fichées des cigognes en plastique, ensemble hideux, terriblement kitch et surtout intransportables en avion par les touristes.

Retournons à la recherche d’une boutique de téléphone. On nous l’indique « après la statue de Bourguiba ». Le grand homme est assis, son chien à ses pieds. Il fut assigné à résidence à l(hôtel de France en 1952.

Rien à faire chez Orange : leur magasin est aussi en panne.

Balade d’une bonne heure, les pieds nus dans le sable fin. Je roule mon jeans et laisse la vague me mouiller jusqu’au mollet. L’eau est tiède ? Les rouleaux ont une belle couleur menthe glaciale.

Je profite pendant une heure de la belle piscine pour moi toute seule, sous une verrière dépolie hémicylindrique.

Auteur : Miriam Panigel

professeur, voyageuse, blogueuse, et bien sûr grande lectrice

2 réflexions sur « Tabarka – histoires de téléphone – hôtel sur la plage »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s