De Millau à Montpellier : les villages templiers du Larzac

CARNET CATALAN

Granges du Larzac à l’entrée de La Cavalerie

Lever sous une pluie battante, véritable douche pour aller à la salle à manger du Campanile.

Nous avons tout notre temps pour rejoindre Montpellier; nous  sommes  attendues  à 15h.  Aucune raison de prendre l’A75, une autoroute très roulante. Nous préférons faire du tourisme sur le Causse du Larzac. L’évocation du Larzac me rajeunit de 40 ans.  Je n’ai jamais fait le déplacement, étudiante, je suivais les luttes avec passion. Bien sûr, Notre dame des Landes et sa conclusion récente m’a toujours fait penser au Larzac. Plogoff ! Parfois la lutte paie !

Le Larzac est hivernal, l’herbe  jaunie par la neige qui a fondu ; les végétaux semblent cuits. Les buis sont jaunes. Je n’ai jamais vu autant de buis ; buis et genévriers, rochers aux formes étranges.

La Cavalerie : Promenade sur les remparts

J’espérais que la route de La Cavalerie suivrait la Dourbie, mais non, dès la sortie de Millau, elle est montée très vite sur le plateau. Dépassant des granges basses et de grande taille, nous avons trouvé très tôt le village.

La Cavalerie n’est pas seulement le camp militaire qui a voulu s’agrandir en 1971. Bien avant c’était un village templier. La dénomination « Cavallaria » signifie « Chevalerie » c’est-à-dire lieu où résident les Chevaliers du Temple,  au bord de l’antique voie romaine En 1159 Raymond Bérenger, Comte de Barcelone et d’Aragon, donna aux Templiers son aval  pour construire villages et fortifications.  Les Templiersordre militaire créé pour la protection des pèlerins en Terre Sainte se sont établis au 12ème siècle sur le plateau du Larzac ; leur commanderie était à Sainte Eulalie-de-Cernon.

La Cavalerie est un village fortifié entouré de remparts impressionnants qui ont été très bien restaurés. Il faut laisser la voiture hors des murs. On entre sous un porche pour trouver l’Office de Tourisme qui propose soit une visite libre de la ville avec un petit plan, soit une visite audioguidée (1h30). Le temps étant incertain, la dame recommande la visite libre et m’ouvre la porte pour monter sur les remparts par la tour.

Histoire de Croisades :

Dans une grande salle, divers panneaux, objets, rappellent les Croisades. Une vitrine expose des monnaies de l’époque. La numismatique, pour peu qu’il y ait des commentaires , peut être passionnante. Les monnaies sont classées en trois groupes correspondant à la Principauté d’Antioche, celle de Tripoli et le Royaume de Jérusalem qui battirent monnaie. Les souverains ont  souvent  leur profil sur la face de la pièce.

A Antioche régnèrent successivement Bohémond de Tarente qui pris Antioche après le siège de 1098, de Tancrède (1101-1112), Roger de Salerne (1112-1119), Raymond de Poitiers, (1119-1149). Il y circulait deux types de monnaie : la monnaie byzantine avec des écritures en grec, de cuivre, d’or ou de bronze , à l’avers  gravés Saint Pierre, cathédrale d’Antioche, où Saint George à cheval. Il circulait aussi des monnaies de type occidental.

A Tripoli,  fondée par le comte de Toulouse Raymond de Saint Gilles, circulait des monnaies occidentales en argent.

Dans le Royaume de Jérusalem les monnaies étaient soit occidentales soit copiées des dirhems arabes avec des inscriptions chrétiennes en Arabe.

La Cavalerie, placette

Un chemin de ronde parcourt la partie restaurée des remparts. Pendant les guerres de religion, les tours furent abaissées pour les rendre inoffensives. Après la Révolution la population utilisa les remparts comme mur pour adosser les habitations ou même comme carrière pour prélever des pierres de construction.  Les remparts passent donc sur des maisons privées. On marche sur un revêtement que je croyais mis pour que le promeneur ne glisse pas. C’est en fait, un isolant pour éviter les infiltrations dans les habitations en dessous. La promenade est très plaisante avec une vue sur les toits, les terrasses que se sont aménagées les habitants.

Le circuit touristique dans les rues de la ville historique est amusant. J’adore chercher un détail signalé sur le plan, une fenêtre, un escalier. J’ai bien aimé les décors avec les chardons sur les portes, les tourelles des maisons nobles.

L’église de la Cavalerie, à l’origine, chapelle templière du 12ème siècle a subi de nombreuses restaurations, au 18ème siècle : le porche et la nef, au 19ème la sacristie, la chapelle et les vitraux, le clocher en 1875. Il ne reste donc plus guère de trace des templiers ou des hospitaliers qui leur succédèrent après la dissolution de l’ordre en 1312.

A l’écart de la ville close deux très beaux bâtiments : deux bergeries du Larzac aménagées.

La Couvertoirade

la Couvertoirade
La Couvertoirade

La Couvertoirade est un très beau village un peu plus au sud, qu’il ne fallait pas rater selon la dame de L’Office de Tourisme de Millau.  Les tours se voient de très loin.  La route fait une courbe vers le parking obligatoire. Le Village est enfermé dans de hauts murs. Mais c’est la belle au bois dormant ! Billetterie fermée, ville endormie, il n’y a personne en dehors de quelques artisans qui travaillent. Les boutiques et ateliers des artisans sont fermée. A une dame qui remettait en état son atelier, je demande où nous pourrions manger : « au Caylar » . Je monte aux ruines du château perché sur de vieilles marches inégales.

Lavogne
Lavogne

A défaut de restaurant, nous faisons une pause apéro avec des biscuits salés à côté d’une Lavogne : mare artificielle pavée pour retenir l’eau. J’ai été étonnée d’apprendre que cette lavogne avait été construite à l’extrême fin du 19ème siècle. Rien de médiéval !

Le Caylar :

Le Caylar

Le bourg est situé dans l’Hérault, proche de l’A75, coiffé  d’un château sur son rocher. De nombreux restaurants, hôtels hébergent les touristes de la Couvertoirade. Nous trouvons des spécialités : un merveilleux croque-monsieur au Roquefort me servira de déjeuner.

En route vers Montpellier

La route descend dans des pins, puis le paysage vers Lodève devient plus ensoleillé, plus riant, plus méditerranéen. Avant Lodève, on retrouve la A75. Plus facile pour entrer dans Montpellier de se trouver sur un grand axe. Nous faisons confiance au GPS, ratons la sortie et arrivons pile à l’heure chez Mimi. Sa terrasse est ensoleillée. Le printemps est déjà arrivé à Montpellier

Auteur : Miriam Panigel

professeur, voyageuse, blogueuse, et bien sûr grande lectrice

Une réflexion sur « De Millau à Montpellier : les villages templiers du Larzac »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s