De Saint Cast à saint Jacut

CARNET DU MONT SAINT MICHEL A SAINT MALO ET UN PEU PLUS A L’OUEST

SAINT CAST

De la Pointe de la Garde vue sur Saint Jacut et les rochers

La station balnéaire de Saint Cast ne ressemble pas à Saint Malo ni à Dinard. Plus aérée, avec des hameaux dispersés, plus moderne et plus sportive aussi avec une marina énorme, de nombreux pontons flottants. A notre arrivée ce matin vers 10h, la rue commerçante parait morte : lundi matin, les magasins sont fermés et il n’y a personne. Nous ne trouvons qu’une pâtisserie un peu désuète luxueuse et très chère qui vend des éclairs, religieuses et Salammbô ainsi qu’une spécialité le saintcastin meringué saupoudré de sucre blanc.

Une promenade cimentée relie la Grande Plage au port . De nombreux joggers courent, j’adopte le pas de promenade, intriguée par de curieuses cavités dans les rochers et de nombreux micro-plis : la complexité du métamorphisme. Je cherche des cristaux apparents, j’ai lu dans le guide Gallimard qu’il y avait un affleurement d’une amphibolite dans les environs, les amphiboles me plaisent surtout la glaucophane.

Du haut du port le sentier côtier dans une lande sauvage et sur des rochers abrupts rejoint en une petite demi -heure la jolie petite plage de la Mare, sable blanc, crique encaissée. Un sentier côtier contourne les pointes de la baie qui fait face à Saint Jacut. Il se trouve à la fin de la Grande Plage.

Sur la Grande Plage je me déchausse, le sable est très fin, tellement fin que les pieds s’enfoncent près de l’eau. Dans les vagues avancent trois silhouettes, des pêcheurs de crevettes ? Des jeunes frimeurs ? Non, elles sortent en combinaison courte (sans les jambes), elles sont largement sexagénaires et très souriantes.

Ar vro et les cabines sur la grande plage

A la fin de la plage, une rangée de cabines de plages laquées de blanc précèdent un magnifique hôtel  à colombages rouges. C’est l’hôtel  Ar Vro, créé par Marinier, le promoteur de la station, qui est devenu  une école hôtelière. Je me rechausse en même temps qu’une famille composé du papa d’Hector et Octave tandis que la mère est avec Morgane. Morgane, j’en ai plein ma classe mais Oc tave ! Est-ce le nouveau prénom à la mode ?

Le sentier grimpe très fort sur la colline pour arriver à la Pointe de la Garde ornée d’une statue et d’une table d’orientation. Le panorama est somptueux. J’avais prévu de contourner la côte pour découvrir les criques mais il est déjà midi et Le Guide Gallimard nous recommande la visite de la chapelle Saint Brigitte, le Manoir du Val et le port de Guildo. Je remonte en voiture, renonçant  à la randonnée.

Le Manoir du Val est une étape du pèlerinage Chateaubriand, propriété d’un oncle  de François-René. Maintenant le Manoir du Val est un château-hôtel offrant des chambres d’hôte avec douches et sans salle de bain de 90€ à 110€ et jusqu’à 170€ avec salle de bains et même des cabanes perchées dans les arbres (prix non indiqué) . Je passe par l’accueil pour demander la  permission de photographier le manoir à partir du parc (magnifique) mais il n’y a personne.

château fort du Guildo est estuaire de l'Arguemon

Le site suivant est celui des pierres sonnantes dans le lit de l’Arguémon, fleuve côtier dont l’estuaire se trouve au Guildo. Un sentier inondé et très boueux part du port. Les pierres sonnantes sont des amphibolites dont on trouve des grosses boules noires sur le bord de la rivière. Frappées avec un galet, elles sont censées produire un son cristallin et argentin. Au premier essai, ces propriétés sonores ne paraissent pas évidentes. Il faut bien choisir son bloc ! L’un deux convexe sonne mieux : le creux fait caisse de résonance.

Rabelais :

– Gargantua, sentant une odeur de raie à Saint-Jacut-de-la-Mer, est pris de haut-le-coeur et vomit les rochers du Bé, la Pointe de la Garde, le Rocher de Bec Rond (également présenté comme un étron), tandis qu’il laise tomber deux cailloux qui traînaient dans sa poche : la Petite et la Grande-Feuillâtre. Il vomit encore Canevet et chie la Basse à Chiambrée (qui pourrait aussi être, avec l’île Agot, et les Petit et Grand-Boudineau, des pierres avec lesquelles il cherche à abattre une bernache).

– une pierre posée, près de Saint-Jacut-du-Méné, porte l’empreinte du pied de Gargantua, qui était monté sur cette pierre afin de s’élancer sur une autre pierre à 3 km de là.

De l’autre côte de l’Arguémon se profile  les imposantes ruines du château du Guildo – château féodal du XIIIème siècle, appartenant à la Vicomté de Dinan, démantelé par Henri IV en 1598. Je découvre un personnage historique Gilles de Bretagne, qui pensant garantir l’indépendance de la Bretagne refusa de prendre parti pendant la Guerre de Cent Ans et correspondait également avec Henry VI d’Angleterre. Cette correspondance le conduisit en prison et causa sa mort en 1450. Paul Féval raconta ce destin tragique dans un roman La Fée des Grèves. (Selon Guide Gallimard p288). Pour trouver la fée des grèves : http://www.inlibroveritas.net/lire/oeuvre4718.html

Nous pique-niquons au château : saumon, avocat.

Le conseil Général des côtes d’Armor restaure ce château. On reconnait les tours et les courtines ainsi que l’emplacement de certaines chambres et salles.

Presqu’île de Saint Jacut-de-la-mer

Saint Jacut : bouchots et iles des Ebihiens

 

La presqu’île est très urbanisée,  les petites routes serpentent entre les maisons bretonnes, celle plus modernes des estivants et les bâtiments imposants de l’Abbaye. De nombreuses plages bordent les côtes mais nous préférons atteindre la pointe du Chevet juste en face de l’île des Ebiehens. Nous avons choisi cette excursion l’après midi pour aller à marée basse à pied sec (si on veut) , je me déchausse,  traverse le gué, et marche en compagnie de tous les pêcheurs du dimanche, familles bottées ou déchaussées…enfants avec seaux et pelles, la plupart d’entre eux vont aux coquillages.

Dans l’estuaire, les bouchots sont découverts on voit travailler les camions amphibies en métal argenté et les poteaux sont alignés jusqu’aux îlots.

De Paramé à Saint Jacut par la côte, retour par Plancoët

CARNET DU MONT SAINT MICHEL A SAINT MALO et aujourd’hui un peu plus à l’ouest

Paramé

Saint Malo à marée haute vu de Paramé

 

On nous avait dit :

– « par grandes marées, il faut aller à Paramé ! »

Pleine mer : 9h30,

à 9h33, nous sommes sur la digue.

Pas un souffle de vent, la mer émeraude lèche le ciment. Deux chinois font une sorte de gym douce avec France Musique devant des affiches dénonçant la répression contre la secte Fuong  en Chine.

Nous ne résistons pas à ‘envie de voir les murs de Saint Malo baignés par la mer.

Barrage de la Rance

A 70km/h on ne se rend pas compte que la route en traversant la Rance sur le barrage, passe sur une merveille de technologie en matière d’énergies renouvelables : l’usine marée-motrice. La file de voitures est immobilisée : le pont s’est levé pour laisser passer des voiliers.

J’en profite pour descendre et marcher. Des tourbillons se forment devant les turbines. Une mouette semble prise dans le vortex. Je m’inquiète : va-t-elle être avalée dans le barrage : Non !elle a l’air de s’amuser quand elle atteint le centre elle retourne au bord.

EDF a installé une salle de démonstration dans le barrage à l’extrémité de celui-ci côté Dinard. C’est une très belle salle d’exposition : on peut voir la flore et la faune, les oiseaux de la Rance, les poissons de la baie,  des maquettes de barrages et des audiovisuels…et même des visites guidées. Mais nous sommes pressées, le programme de la journée est copieux.

Villas de la Vicomté

Nous voulons voir les belles villas de la Vicomté à Dinard. Les maisons sont toutes de granite, de style 1900 dans des parcs verdoyants. Vers le centre ville la circulation bouchonne à cause du marché.

Saint Lunaire

La vieille église romane de saint Lunaire

Deux sites remarquables à saint Lunaire : une très jolie église romane au toit d’ardoises, qui contient cinq gisants de pierre et le sarcophage de Saint Lunaire curieusement porté par quatre personnages.

De là nous allons voir la Pointe du Décollé, nom évoquant la fente qu’ aurait porté Saint Lunaire avec son épée, voulant fendre le brouillard. C’est une pointe rocheuse occupée par un restaurant et une boite de nuit à l’extrémité d’un quartier de très belles villas 1900. Nous cherchons le « manoir écossais » et la « villa coloniale » que signale notre guide.

Sentier côtier de Saint Lunaire à Saint Briac

Après avoir traversé le quartier des belles villas, je descends sur la plage de Longchamp, belle plage de sable assez animée aujourd’hui samedi. A l’extrémité, un escalier conduit au sentier des douaniers caché dans un bosquet d’éléanus qu’on est en train de tailler avec une très grande scie mécanique. Je piétine des rameaux odorants. Le sentier contourne la Pointe de  la Garde-Guérin, truffée de blockhaus, lande très sauvage de fougères déjà brunies ; coincé entre un golfe très vert et magnifique et les piquets de bois qui protègent la dune qui borde la plage de la Hue, il part ensuite vers la pointe de la Haye où se poursuit le parcours de golf.

Pique-nique à Saint Briac

piquenique à saint Briac et pont sur le Fremur

Les crevettes que le propriétaire du gîte nous a offertes, pêchées d’hier après midi, cuites juste après la pêche, petits bouquets roses minuscules sont délicieux. Le soleil fait son apparition, la plage est très calme, de nombreux bateaux reposent sur le flanc à marée basse. Un peu plus loin se profile le pont sur le Frémur. Avant de monter en voiture nous découvrons que, juste derrière le petit port où nous avons déjeuné, il y avait une plage charmante bordée de cabines de bois de style désuet. De nombreux rochers forment des îlets et îlots. A marée basse pendant les marées de fort coefficient toute une armée de pêcheurs à pied s’est déployée avec râteau, pelles binette, filets à crevettes. Près des cabines des familles se sont installées. Animation de vacances !

Comme le GR quitte le rivage et s’engage dans les rues de Saint Briac et de Lancieux je remonte en voiture. Curiosité signalée à Lancieux, un clocher d’une église disparue et un moulin à vent.

GR de la plage de Sieu à la Baie de Beaussais

Sur la plage de Sieu découverte jusqu’aux rochers et presque jusqu’à la Pointe de Saint Jacut qu’on atteindrait aujourd’hui à pieds secs, je n’ai pas envie de monter sur le sentier côtier. Je surveille qu’il se trouve bien en vue sur la falaise. Et je marche à ses pieds sur le sable mouillé entre les rochers couverts de grosses moules. Encouragée par tous les  pêcheurs à pieds je longe le rivage, un peu inquiète : comment vais-je monter ? La falaise s’abaisse : une femme et ses deux filles s’installent. J’ai envie de lui demander si le sentier côtier est accessible mais quand j’arrive près d’elle, je la trouve plongée en méditation ses mains retournées paumes vers le ciel gracieusement, les petites filles jouent sur les rochers mais elles sont trop petites pour me renseigner.

Sur le sentier au dessus de la Plage de Briantais, il y a foule, un groupe de randonneurs mais aussi des joggers, le site du Tertre de Colieu a de belles dunes protégées par des palissades et des fils de fer. Il faut attacher les chiens et ne pas quitter les parcours aménagés. Ensuite la dune s’abaisse, la plage se termine en un pré salé où sont creusées des mares avec des cabanes d’affût pour les chasseurs de gibier d’eau. Le GR a disparu, comme je m’inquiète un peu je vois des marques rouge et blanches : pas de chemin et pourtant je suis bien sur l’itinéraire. Le topoguide prévient que « le sentier suit le fond de la baie de Lancieux à la limite du schorre sur la digue qui protège le polder. » La digue est bien là, mais il est impossible de marcher dessus, l’herbe est très haute, des buissons d’épineux et des tamaris barrent la route. C’est plus facile de marcher sur les salicornes dans la boue. La pluie, les grandes marées et les chevaux  ont rendu impraticable le chemin très glissant et boueux.

Je vois les voitures filer un peu plus loin mais chaque fois que j’avance, j’ai l’impression qu’elles s’éloignent ; Un petit pont de bois a été construit pour passer un ruisseau : deux flèches de bois confirment que je suis bien sur l’itinéraire mais c’est interminable. Enfin, le sentier franchit la digue et je me retrouve dans un  pré avec des vaches normandes. La marche devient plus facile et enfin j’atteins la route !

Plancoët

Plancoët dans les Mémoires d’Outre-Tombe :

« En sortant du sein de ma mère, je subis mon premier exil ; on me relégua à Plancoët, joli village entre Dinan, saint Malo et Lamballe…. »

« Ma nourrice se trouva stérile…une autre chrétienne me prit en son sein. elle me voua à la patronne du hameau, Notre-Dame-de Nazareth et lui promit que je porterai en son honneur  le bleu et le blanc jusqu’à l’âge de sept ans … »

Nous avons cherché,  la maison de la nourrice de Chateaubriand–  pas très efficacement, je le confesse, nous étions fatiguées – dans la petite ville fleurie et avec encore moins de succès le chateau de Monchoix. Dommage!

Randonnée sur la digue de la duchesse Anne

CARNET DU MONT SAINT MICHEL A SAINT MALO AVEC CHATEAUBRIAND POUR GUIDE

la digue rectiligne entre pré salé et polder

Sous un ciel bleu sans un nuage, la randonnée commence à la chapelle Sainte Anne sur la digue protégeant le polder. Le GR34-variante, va droit sur le Mont Saint Michel, 19 km.

Le Mont comme cap, encadré par les buissons taillés. Je rêve à cet autre Mont Saint Michel, celui des Pouilles au Gargano.

A ma gauche, les vagues et les salicornes très humides, à marée haute peut être après la pluie de cette nuit. Des mares avec des affûts ont sans doute été creusées par les chasseurs de gibier d’eau. A ma droite dans le polder, des vaches, des moutons, des salades…des petites routes aboutissent à la digue, de  Broladre,  de Palluel. Par ce jour ensoleillé, des familles arrivent pour un pique-nique, des cavaliers galopent dans les salicornes et s’éclaboussent  dans les flaques, belle vision.

Avec Chateaubriand pour guide

       » Entre la mer et la terre s’étendent des campagnes pélagiennes, frontières indécises des deux éléments : l’alouette de champ y vole avec l’alouette marine ; la charrue et la barque à un jet de pierre l’une de l’autre, sillonnent la terre et l’eau. Le navigateur et le berger s’empruntent mutuellement leur langue : le matelot dit « les vagues moutonnent », le pâtre dit « des flottes de moutons. »…..

Mémoires d’Outre-Tombe, livre I 102-105

 

Le Mont saint Michel est trop loin, je retourne sur mes pas. Nous déjeunons de crevettes et kouing aman.

la chapelle de Sainte Anne

Pour l’après midi, de la chapelle Sainte Anne vers le Vivier. La mer s’est retirée très très loin, la digues est bien tondue, j’arrive devant les moulins de Cherrueix , puis quitte la digue vraiment trop peuplée pour les chemins sur l’estran. Les coquilles des coques et des huitres craquent sous mes pas. Il faut rester sur ces bancs en relief. A la couleur, je choisis mon itinéraire : rose orange des salicornes, à éviter à cause des flaques et des ruisseaux, gris de la tangue à proscrire glissades et peut être pire, il faut se tenir au banc blanc de sable clair recouvert de coquillages.

Chateaubriand :

.... »Des sables de diverses couleurs, des bancs variés de coquillages, des varechs, des franges d’une écume argentée, dessinent la lisère blonde ou verte des blés »….