L’encre en mouvement – une histoire de la peinture chinoise au XXème siècle

exposition temporaire : Musée Cernuschi jusqu’au 19 février

J’avais été éblouie par l’exposition de peinture ancienne peindre hors du Monde. L’affiche dans les couloirs du métro me faisait de l’œil.

L’exposition se déroule dans 6 salles :

  1. Ecriture ancienne et peinture moderne au début du XXème siècle : sans surprise des calligraphies,  des paysages, des motifs végétaux ou animaux 
    .

    pêcher
  2. moderniser la peinture entre Chine et Japon

j’ai adoré le gibbon, dommage que ma photo soit ratée!

les artistes chinois sont allés apprendre de nouvelles techniques au Japon. Ils ont aussi utilisé la photographie pour des cadrages spectaculaire comme la falaise rouge

Détail de La falaise rouge Zhang Daqian

3. Un exil intérieur : à la découverte des peuples de l’Ouest 

le Japon a occupé une bonne partie de la Chine, dans les années 30-40, certains artistes se sont repliés à l’ouest. La route du thé : sur un rouleau horizontal, en plusieurs tableau montre le thé chargé à dos d’homme, puis dans des caravanes de chameaux est m’oeuvre que j’ai préférée

la route du thé
la route du thé

4. peindre le nu à l’encre vers un art universel

Des Chinois allèrent à Montparnasse s’initier à La Grande Chaumière à la peinture occidentale et enrichirent la peinture chinoise de la peinture du nu qui n’était pas un thème traditionnel

 

nu

5. peinture rouge dessins et encres révolutionnaires 

Sans trop de surprise, ces œuvres s’apparentent au peintures soviétiques, ici à la gloire du Grand Timonier

Pluie de printemps

6. entre deux mondes dialogue avec l’abstraction

Zao Wou ki

On retrouve Zao Wou Ki sans surprise . Je découvre un autre plasticien qu’on voit peindre un seau à la main, faisant des grandes dégoulinades, étalant l’encre à pleines mains : Walasse Ting dont j’ai retenu ce corbeau

corbeau Walasse Ting

7. Couper le fil du cerf-volant?

la dernière section pose la question de la transmission de la tradition. Les Chinois peuvent créer de la peinture résolument contemporaine ou poursuivre la tradition;

 

Auteur : Miriam Panigel

professeur, voyageuse, blogueuse, et bien sûr grande lectrice

8 réflexions sur « L’encre en mouvement – une histoire de la peinture chinoise au XXème siècle »

  1. une expo certainement magnifique
    j’ai un gros faible pour la peinture chinoise et j’ai plusieurs livres sur le sujet en particulier les livres de François Cheng qui malheureusement sont devenus introuvables, on peut espérer que les éditeurs un jours les republieront

    J’aime

  2. Je n’avais pas été très attirée par l’affiche, aperçue dans le métro, mais après lecture de cette chronique je serais plutôt tentée ! Ça a l’air superbe et je suis sensible à l’art asiatique en général. Et puis j’aime Zao Wou Ki.

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :