Ajloun, le château de Saladin

CARNET DE JORDANIE

 

Ajloun, le château de Saladin

Théoriquement, c’est facile de se rendre de Jerash à Ajloun deux sites touristiques majeurs. La route, très large, est balisée  par de gros panneaux. Notre GPS s’empresse de nous faire quitter la grande route (sans doute pour faire gagner quelques km). Nous dévalons une colline plantée de vergers, arrivons dans un agréable village aux maisons cachées dans des jardins. C’est enchanteur mais le GPS clame « vous êtes arrivés » alors que je ne vois pas de château fort ! J’ai programmé Dayr Ajlun et non pas la citadelle. Nous demandons notre chemin « castle ? » sans succès « kalaat ? » on nous explique en arabe. Heureusement je sais dire « droit » et « gauche ». Après maints détours nous arrivons au bourg d’Ajloun bien embouteillé. Le château qui couronne la montagne se voit de loin.

Le château d’Ajloun

Construit par Saladin (1171 -1250), avec 4 tours, des douves et un pont levis. C’était une citadelle surveillant la route de Damas et le sud de la vallée du Jourdain, il sécurisait le passage des caravanes et des pèlerins passant par le Hedjaz. Il ne fut jamais conquis par les Croisés, mais pris par les Mongols  puis par les mamelouks et Baybars qui l’agrandirent. Le château avait aussi des activités métallurgiques protégeant des mines de fer.

Ajloun : pont levis et barbacane

Après le passage par la barbacane et le couloir en L, on entre dans une très haute salle voûtée. Un petit musée présente des poteries de l’Âge de Bronze, du verre et des lampes byzantines, et de l’époque mamelouke un dispositif pour filtrer le sucre.

Je parviens dans la Tour de Baybars – héros du conte du conteur de Hakawati de Rabih Alameddine – où je découvre toute une réserve de boulets de pierre.

Ajloun tour de Baibars

Vers la terrasse supérieure on découvre le système de récupération de l’eau : citerne et filtration par les plantes de l’eau des bassins. Chaque tour avait un garde qu’i s’occupait des pigeons (encore une référence dans Hakawati).

Retour par le même chemin qu’à l’allée route 35 puis soirée tranquille. Dîner dans la chambre de yaourt (labneh) de Sabri j’avais aussi acheté des feuilles de vignes farcies qui ont atterri dans la poubelle, trop vinaigrées.

Auteur : Miriam Panigel

professeur, voyageuse, blogueuse, et bien sûr grande lectrice

3 réflexions sur « Ajloun, le château de Saladin »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s