Morlaix

RETOUR A ROSCOFF(2014)

 

Morlaix et son viaduc
Morlaix et son viaduc

 

8h,  il pleut à verse et le vent secoue les arbres.9h30, au moment de partir, le ciel se dégage.  De grands lambeaux  bleus apparaissent.

roscoffdtmorlaix 027 - Copie

 

 

Le GPS nous conduit dans les rues et venelles tournicotantes du centre ville de Morlaix jusqu’à ce qu’on trouve le parking sur la place Viarmes, proche de la Place des Jacobins où se trouve le Musée. Les collections permanentes doivent être transférées à la Manufacture.

 

 

 

le musée abrite une exposition est consacrée à Elodie Le Villette et Caroline Espinet, sous-titrée « Etre femme-artiste au XIXème siècle », deux sœurs nées à Strasbourg qui ont épousé des marins. Elodie exposa de 1870 à 1914.

élodie le vilette

 

Sujets bretons et marines. Dans les tableaux  d’Elodie Le Villette, une femme est peinte,  de dos, au premier plan :une jeune fille sous un chapeau, une paysanne avec sa brouette.

 

Caroline Espinet a peint une série de bateaux aux voiles rouges et aux ciels roses.

peinture

Au rez de chaussée  les sujets sont plus campagnards : paysages d’automnes dans les tons marron, clairières et brouillards hivernaux. Un âne traîne une charrette noire dans le brouillard. .

De 1888 à 1914, l’atelier de Portivy réunit des peintres et des musiciens.

peinture2

 

roscoffdtmorlaix 014 - Copie

 

Le billet du musée est combiné à celui de la Maison à Pondalez 9 rue Grande à proximité. Le curieux nom pondalez correspond à ces passerelles corridors reliant les chambres de la façade aux chambres de l‘arrière. Ces grandes maisons construites du XVème au XVIIème siècle étaient celles des marchands de Morlaix. Pour devenir négociant, les nobles devaient déroger : rendre leur épée et perdre leurs privilèges. La splendeur des demeures témoigne de leur noble lignage. La maison à pan de bois en encorbellement est décorée de sculptures sur bois à chaque étage, d’anges musiciens au premier, de saints avec leurs attributs au dessus.

 

l'escalier de bois
l’escalier à vis d

 

A l’intérieur elle s’organise autour d’un grand vide : la salle manoriale chauffée par une grande cheminée de granite et d’un magnifique escalier à vis en bois. De hautes poutres verticales finement sculptées s’élèvent d’un seul tenant sur toute la hauteur de la construction. A chaque étage une passerelle relie les chambres de l arrière à celles  de la façade. De belles cheminées, les latrines et un mobilier servent de décor à une exposition racontant le lin. Plus on monte, plus la façade de la maison d’en face se rapproche, on croirait la toucher.

 

 

 

 

Musée du Lin

Richesse de Morlaix, la toile de lin s’exportait en Espagne et au Portugal depuis le XV ème siècle et ensuite aux Amériques. Les semences, elles, venaient des Pays Baltes. La maison Pondalez montre les outils du travail du lin. De nombreux panneaux explicatifs racontent :

la cheminée de la cour manoiriale
la cheminée de la cour manoiriale
  • les 100 jours du lin : semis  en Mars/avril, croissance mai/juin, floraison en juin/juillet, les capsules apparaissaient en juillet/Aout. L’arrachage se fait à la main quand les capsules remplacent les fleurs.
  • De la fibre à la toile : rouissage, teillage, peignage, filage, blanchiment dans les maisons kanndi avec de la cendre de hêtre, tissage à la campagne et en ville et finalement pliage et empaquetage.
  • Le lin actuellement : de nouvelles utilisations en plus du textile : oméga3 présentes dans les graines, fibres composites : raquettes de tennis ou coques d’iphone, fabrication de papiers spéciaux mais aussi éco-construction, litière pour les animaux, paillis….

Nous terminons la matinée dans les rues anciennes, achetons des gâteaux : gâteau breton à la framboise et gâteau à la pomme et au beurre. La rue Grande aboutit à une vaste esplanade où se déploie le marché le samedi  au dessus le quartier Saint Mathieu est plus tranquille, la grand église Saint Mathieu est imposante. Au loin le viaduc domine l‘horizon visible de partout.

Le trajet du retour est moins direct : nous longeons les quais, la Manufacture et le port, puis l’estuaire de vase luisante à marée basse. C’est une jolie route tranquille qui nous conduit à Carantec où nous reprenons le Pont de Corde et la grande route avec ses ronds-points

Arrivée dans le Sine-Saloum

Sine Saloum : le ponton de Marsetal

Déjeuner à Fatick, la Journée de la Femme

Nous déjeunons de crevettes sautées, riz blanc, sauce aux oignons devant un téléviseur allumé. Une chaîne a dédié ses programmes à la Journée de la Femme, spectacle affligeant de clips où des sénégalaises blanchies et défrisées séduisantes se trémoussent et même cuisinent pendant que le mari se prélasse. Courtes interviews de femmes en vue, chef d’entreprise, chanteuses. Ce n’est pas comme cela que j’imagine le 8 mars ! Je pense aussi à la longue émission sur RFI, écoutée  sur la route du Djoudj, où une femme-médecin a décrit les conséquences néfastes du défrisage et de la dépigmentation, cancers, fibromes, anémies…

Il fait très très chaud quand nous parvenons dans le Sine-Saloum avec ses marais salants, ses forêts d’eucalyptus plantés pour lutter contre les infiltrations salées. Avec la construction de barrages et de digues, les eucalyptus devraient contribuer à la valorisation des terres inutilisables.

Terre de Senghor

Je demande à s’arrêter devant le monument à la mémoire de Senghor: une simple stèle avec son portrait et un texte de la préface  à « Comme les lamantins viennent boire à la source » , rien de spectaculaire, mais je m’en serais voulue de ne pas avoir marqué un temps pour honorer le  Poète-Président comme on l’appelle ici.

 

Marsétal

16h, sous une chaleur accablante, nous descendons la valise au port de Ndagandan  pour embarquer sur la pirogue qui nous conduit à l’île de MarSetal où nous allons passer la nuit. Nous n’emportons que le nécessaire, les deux autres valises resteront à terre. La traversée dure un quart d’heure. Un ponton nous conduit à une île toute plate. L’hôtel se compose de grandes cases rondes au crépi jaune contenant chacune deux chambres et une terrasse. Les chambres sont vastes, hautes de plafond, bien aérées sous un toit de chaume retenu par un filet et d’épaisses poutres. Le mur est tapissé de paille sur 1.5m, les meubles lourds laqués de bleu. C’est simple et frais avec le ventilo à grandes pales qu’on fait tourner à grande vitesse. Les cases sont dispersées dans le campement arboré. On s’installe sur une table au bout du ponton, dominant l’eau, jouissant de la fraîcheur jusqu’au dîner. Au menu, céleri rémoulade, couscous à la viande de zébu et de la papaye pour dessert.

Après la Bataille, film de Yousri Nasrallah

TOILES NOMADES

La Bataille, c’est celle qui opposa cavaliers et chameliers aux occupants de la Place Tahrir, le 2 février 2011.

J’étéis très curieuse de voir la nouvelle Egypte, la démocratie en train de se construire. Reem est une jeune femme moderne, laïque, journaliste branchée, enthousiaste. Elle rencontre par hasard Mahmoud, le cavalier qui se fit désarçonner au cours de la Bataille des Chameaux et qui depuis est la risée de son quartier au pied des Pyramides. Le film commence comme un roman d’amour. Je me suis bien demandée ce que Reem trouvait à ce cavalier naïf, ignorant, manipulé, marié et père de famille, si ce n’est la liberté d’un flirt dans cette nouvelle ère.

L’amourette ne dépasse pas le baiser.Reem fait la connaissance de Fatma, de ses fils et de tout le quartier ruiné par la désertion des touristes qui assuraient la subsistance de tous. L’amitiése noue  entre les deux femmes. Reem se sent aussi le devoir d’aller vers le peuple, d’expliquer la Révolution à ceux que Moubarak avait manipulés dans la Bataille des chameaux. Si Mahmoud ne sait comment retrouver sa dignité, Fatma est convaincue.  Elle part seule Place Tahrir.

La Révolution, comme l’ascension de la Grande Pyramide….

 

 

Avant la bataille : les Femmes de l’autobus 678